Collège Boréal: des diplômes très prisés

Partagez
Tweetez
Envoyez

Jeudi dernier, une centaine d’heureux finissants et finissantes torontois du Collège Boréal se sont vus remettre leurs diplômes de fin d’études au campus du 1 rue Yonge.

Huit autres cérémonies étaient organisées à travers la province, dont bien sûr au campus principal du Collège à Sudbury.

En poste depuis seulement un an, le président Pierre Riopel a félicité ses élèves avec une fierté et un plaisir non dissimulé: «J’aime beaucoup les applaudissements, alors je vais donc commencez par vous applaudir, chers finissants et finissantes» a t-il lancé joyeusement.

Dans une allocution rendant hommage à Nelson Mandela («L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde»), M. Riopel a rappelé l’importance des valeurs que défend l’école, de l’honnêteté, du courage et de l’éthique.

À cette occasion, le Club canadien de Toronto s’est vu remettre un prix «en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au développement du Collège Boréal et de sa collectivité». C’est Rodrigue Gilbert, membre du conseil d’administration, qui est venu chercher la récompense.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des étudiants de tous âges

Au cours de la cérémonie, le collège Boréal a aussi décerné plusieurs bourses aux étudiants les plus méritants de cette promotion.

Sur les bancs du Collège Boréal, beaucoup d’adultes et de nouveaux arrivants, mais aussi quelques jeunes tout juste sortis du secondaire. «C’est très intéressant de voir la diversité des groupes», explique Jacqueline Gauthier, responsable de la communication, «nous avons des élèves qui ont jusqu’à 50-55 ans!»

Pour elle, le collège communautaire a de l’avenir, comme en témoigne la croissance du nombre d’inscrits dans les programmes de métiers. «On arrive à un moment dans notre société où l’on va bientôt manquer cruellement de plombiers, de menuisiers ou encore de serruriers! On a lancé trop d’enfants sur des études universitaires dont ils ne savent que faire, alors qu’une société a besoin de tous les types de métiers pour fonctionner.»

À Toronto, le Collège Boréal dispose de trois écoles: une en «services communautaires», une en «développement et sciences générales» et une en «sciences de la santé».

Une affaire de famille

Le visage rempli d’émotion et d’impatience, les lauréats attendent leurs diplômes, tandis que Pierre Riopel rappelle l’importance de la famille et des professeurs dans le parcours collégial de chacun: «On ne fait jamais ce voyage seul.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et ce n’est pas Béatrice Boungou, venue accompagnée de toute sa famille, qui le contredirait. Après avoir travaillé plusieurs années en garderie, cette maman de quatre enfants a décidé de s’inscrire au Collège Boréal en Diplôme petite enfance il y a 2 ans.

«Sans diplôme, on n’a accès à aucun poste intéressant. C’est beaucoup de travail, mais ça vaut le coup», assure-t-elle. Un pompon passé de l’autre côté du chapeau, une poignée de main et un diplôme plus tard, ça y est, Béatrice est enfin officiellement diplômée.

De son passage à Boréal, elle dit qu’elle retient surtout l’ambiance scolaire «géniale» et l’esprit de groupe au sein des classes. «C’était la bonne chose à faire», conclut-elle le sourire radieux.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur