Cinéma: Katharine Gun a tenté d’empêcher l’invasion de l’Irak

Official Secrets vient de sortir à Toronto

Keira Knightley dans le rôle de la lanceuse d'alerte Katharine Gun.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le film Official Secrets, réalisé par Gavin Hood, lève le voile sur le rôle méconnu d’une lanceuse d’alerte lors de l’invasion américaine de l’Irak en 2003.

Traître ou héroïne?

Katharine Gun est employée dans les services de renseignements britanniques, au sein du Government Communications Headquarters (GCHQ).

Elle reçoit dans ses courriels un mémo indiquant que les États-Unis et la Grande-Bretagne menacent les autres pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU de divulguer des informations compromettantes s’ils ne votent pas en faveur de la guerre.

Katharine Gun hésite à garder le secret de cette intervention illégale. Elle finit par le divulguer anonymement, espérant éviter une guerre aux conséquences désastreuses.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Transmise aux médias, sa décision, considérée comme une trahison aux yeux des services secrets britanniques, mettra sa vie et celle de son mari en danger.

Un film bien mené

L’administration Bush, prétextant, sans preuve plausible, que Saddam Hussein détient des armes de destruction massive, lance sa guerre contre l’Irak le 20 mars 2003. Le régime Baas est rapidement défait et l’armée irakienne détruite, faisant des centaines de milliers de morts.

Official Secrets – une oeuvre de fiction aux allures de documentaires – présente une administration Bush encore une fois décrédibilisée par sa décision de mener une guerre préventive. L’objectif du réalisateur Gavin Hood était davantage de montrer les faits, la véritable raison de l’intervention américaine, que de grossir les traits d’une histoire déjà bien connue.

Ponctué de séquences d’archives présentant un Bush sûr de lui contrastant avec les explosions en cours sur le terrain irakien, le film présente une situation absurde, intenable et révoltante. La guerre apparaît d’autant plus douloureuse pour le spectateur que progresse le désespoir de Katharine Gun.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Images d’archive : Bush annonce le début de l’intervention américaine en Irak

Un spectateur pris dans le rythme effréné du procès

Au-delà de l’anecdote historique, le film questionne un thème plus large: jusqu’à quel point doit-on obéir? Dans quelle situation est-il légitime de se révolter et à quel prix?

Force est de constater que, bien que Katharine Gun ait trahi son pays, elle l’a fait avec un immense courage et un altruisme sans égal, tout en servant une noble cause: celle de préserver la vie de centaines de milliers d’innocents.

Doté de personnages réels interprétés à la perfection par Keira Knightley (Katharine Gun) et Ralph Fiennes (l’avocat Ben Emmerson), ce film au rythme effréné nous conduit à espérer voir l’humanité triompher sur la justice.

Keira Knightley dans le rôle de Katharine Gun.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur