Chiffres éloquents pour le Centre francophone de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Centre francophone de Toronto (CFT) a récemment rendu public son rapport annuel 2008-2009. Ce document regorge de chiffres éloquents qui en disent long sur le rôle actif joué par le CFT. En une année, les rendez-vous, contacts, interventions et rencontres se chiffrent à plus de 20 000. Ce sont près de 8 000 clients qui en profitent.

Comme la population franco-torontoise est constituée de gens provenant non seulement du Canada mais également de l’Afrique, de l’Europe, de l’Asie et du Moyen Orient, il va de soi que la clientèle du CFT demeure on ne peut plus diversifiée. Les Africains forment le plus large contingent (46%), suivis des Canadiens (38%), des Européens (10%), des Antillais (4%) et des clients originaires de l’Asie (1%) et de l’Amérique centrale ou de l’Amérique du Sud (1%).

Selon le rapport annuel du CFT, on dénombre pas moins de 37 programmes distincts. Cela va évidemment des services de santé aux activités culturelles, en passant par les services offerts aux nouveaux arrivants, à la famille ou à l’enfance. Sans oublier les services plus spécialisés tels que l’aide juridique, l’aide à l’emploi et l’annuaire.

Voici quelques chiffres intéressants. À eux seuls, les services individuels de santé primaire ont desservi 5 300 clients pour un total de 18 400 rencontres.

Pour leur part, les Services d’aide juridique du CFT ont appuyé et représenté plus de 1 000 clients en 2008-2009. Pas moins de 260 familles ont été aidées par le biais de la campagne «Pour un avenir sans faim», soit 59 de plus que l’année précédente.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Enfin, le CFT a pu compter sur l’appui de 350 bénévoles affectés à plus de 15 programmes; les nouveaux arrivants représentent plus de 50% de ces bénévoles.

Le financement du CFT est essentiellement public puisque les ministères provinciaux et fédéraux couvrent 85% de ses dépenses. C’est le ministère ontarien de la Santé et des Soins de longue durée, par le biais du Réseau local d’intégration des services de santé du Centre Toronto (RLISS), qui vient en tête de liste avec 46% du financement.

Le ministère fédéral de la Citoyenneté et de l’Immigration est le deuxième bailleur de fonds (15%). La Ville de Toronto couvre 3% du budget du CFT, qui se chiffre à plus de 6 millions de dollars. Le ministère de la Formation, des Collèges et Universités assume lui aussi 3% du budget.

Les revenus non gouvernementaux incluent notamment la contribution de Centraide et de l’Association canadienne de la santé mentale, ainsi que les recettes de l’Annuaire des ressources francophones. Ces revenus non gouvernementaux représentent 453 000 $, soit 6,6% du budget total du CFT. Plus du tiers de cette somme est généré par la publicité dans l’Annuaire.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur