Charlie: French bashing et faux musulmans


20 janvier 2015 à 0h00

Ça leur apprendra à ces Français grandes gueules et racistes… Bien sûr personne n’a lancé cette phrase-là, ou du moins pas dans des cercles modérés.

Et pourtant… Il semble régner un «French bashing» latent, à demi-mot, en sous-entendus ou par le biais de couvertures médiatiques, depuis l’attentat terroriste dans les locaux de Charlie-Hebdo à Paris et les autres assassinats qui ont suivi.

Certes, des jeunes Français basculent dans l’islamisme intégriste, car l’exclusion des minorités notamment d’origine africaine (du Nord et subsaharienne) en France, amplifiée par les difficultés économiques dont un chômage élevé, ne leur laisse pas beaucoup d’espoirs dans ces quartiers défavorisés dits «cités».

Mais la France n’est pas responsable des tensions internes au sein de l’Islam, entre chiites et sunnites, dont les salafistes fondamentalistes. Le tout rappelant les horreurs et barbaries entre catholiques et protestants, voire celles de l’Inquisition.

La satire au vitriol de Charlie-Hebdo n’est pas non plus responsable de l’interprétation déformée du Coran par certains. D’ailleurs, certains érudits confirment que la représentation de Mahomet n’est pas interdite dans le Coran et que certaines imageries anciennes du prophète existent. (La presse anglo-canadienne qui a refusé de publier certaines caricatures pourrait sans doute fouiller ce sujet.)

Enfin la France est loin d’être la seule responsable des déséquilibres au Moyen-Orient, principalement pour le pétrole (postcolonialisme?).

Il reste que la fièvre de la violence terroriste monte. Mais ce n’est qu’un symptôme. Plus de sécurité et d’interventions militaires seront comme prendre un cachet pour faire tomber la température, sans se préoccuper des causes profondes de la maladie.

Alors ce «French bashing» ambiant est loin de faire avancer les choses, car il s’arrête aux facteurs superficiels.

Quoi qu’il en soit, la violence n’est pas acceptable pour faire taire des opinions dissonantes et contraires. Comme l’a si fermement affirmé le maire de Toronto, John Tory, loin d’être un libéral de gauche et plutôt conservateur.

Et pour tenter de tordre le cou à une dernière ineptie, sottise colportée. Les croyants musulmans n’ont pas à s’excuser de cet attentat ou d’autres. Car ces fous de Dieu ne relèvent pas de cette religion «de paix, de partage et d’amour», comme l’a résumé le frère du policier français froidement abattu sur un trottoir à bout portant: «Mon frère était musulman et il s’est fait abattre par des faux musulmans. Il ne faut pas mélanger les extrémistes et les musulmans. Les fous n’ont ni couleur, ni religion.»

Par contre, les musulmans se doivent de condamner ces horreurs sans retenue.

Mais d’autres, plus savants, apporteront sans doute leurs réponses. Pour l’heure, la meilleure analyse de ces tristes événements revient sans doute au sage parmi les sages, Boris Cyrulnik, devenu psychiatre pour comprendre les nazis qui ont détruit sa famille et rendu orphelin. Cette pensée fondamentaliste religieuse tient du même totalitarisme dissocié de la réalité que le nazisme, résume-t-il à TV7 L’info Sud-Ouest.

* * *

À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:

Trois rassemblements torontois en solidarité avec la France

L’humour sans peur et sans reproche

La liberté d’expression pour tous

L’intégrisme: un choix personnel, mais…

Cher 2015

D’autres commentaires sur les attentats de Paris…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur