Catastrophe au Collège Boréal

Partagez
Tweetez
Envoyez

En collaboration avec les Services policiers du Grand Sudbury et les Services d’urgence de la Ville du Grand Sudbury, le Collège Boréal a organisé vendredi dernier une catastrophe simulée sur le site de son campus principal.
 
Cet événement biannuel vise à permettre aux étudiants et étudiantes en Soins paramédicaux de mettre en pratique l’ensemble de leurs connaissances dans le contexte réel d’une situation d’urgence. Des élèves de quatre écoles secondaires offrant une Majeure Haute Spécialisation (MHS) en santé et bien-être y participent également à titre de figurants. Au total, une centaine d’intervenants assistent à cet exercice de grande envergure.
 
«Cet exercice de simulation contribuera sans doute à bien préparer nos étudiants et étudiantes au marché de l’emploi tout en assurant leur réussite professionnelle», estime Pierre Riopel, président du Collège Boréal. «Il s’agit d’une occasion supplémentaire de vivre une expérience de terrain réelle, valorisante et enrichissante pour tous les participants et participantes.»

Le scénario comprend l’enchaînement des événements suivants : une voiture transportant un groupe de jeunes adultes voyage à toute vitesse; le conducteur échange des messages texte et perd le contrôle de sa voiture près d’un arrêt d’autobus encombré; le véhicule heurte aussi bon nombre de piétons.
 
Les étudiants et étudiantes en Soins paramédicaux devront participer au triage des patients ainsi qu’à la gestion des soins paramédicaux en situation de crise. On évaluera notamment leur capacité de travailler sous pression tout en communiquant efficacement avec toutes les parties impliquées.
 
À la suite de cet exercice de simulation, les participants auront l’occasion de discuter de l’accident et des interventions dans le but d’évaluer leur travail. Ce retour sur l’activité leur permettra également de parler des émotions que peut engendrer ce type de situation potentiellement traumatisante.    
 
«Les étudiants et étudiantes du Collège Boréal ne peuvent que bénéficier de telles expériences pratiques qui leur permettent d’acquérir de précieuses connaissances dans un environnement sécuritaire», pense Kim Morris, doyenne de l’École des sciences de la santé. «Je tiens à féliciter notre équipe qui a coordonné l’activité, nos partenaires communautaires qui ont bien voulu se prêter au jeu ainsi que tous ceux et celles qui ont contribué au succès de celle-ci. »

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur