Cabbagetown: du bidonville à l’embourgeoisement

Quartier d'immigrés du 19e siècle

Cabbagetown
Les maisons victoriennes de Cabbagetown.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Au cœur du vieux Toronto, délimité par la rue Parliament, la rue Bayview, la rue Gerrard et le parc Rosedale, se trouve Cabbagetown.

Ce sont les immigrés irlandais arrivés dans le quartier à la fin du 19e siècle qui lui ont donné ce nom original. En effet, victimes de la pauvreté, ils avaient pris l’habitude de remplacer leurs pelouses par des plantations de choux.

L’Express s’est rendu dans ce quartier historique, notamment reconnu pour son architecture, et croyez-nous, ça vaut le détour.

Quartier d’immigration

À la fin du 19e siècle, de nombreux immigrés irlandais qui travaillaient dans les usines de Corktown, au bord du lac, s’installent à Cabbagetown. Le lieu, qui regroupe la classe ouvrière torontoise de l’époque, connaît sa période de prospérité avant la Première Guerre mondiale. De nombreuses maisons en briques rouges de style victorien sont alors construites.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Cabbagetown
Eglise au cœur de Cabbagetown.

Toutefois, à la suite de la Grande Guerre, le quartier devient pauvre et malfamé. Une maison peut être habitée par plusieurs familles en même temps. Les belles demeures du 19e siècle commencent à se détériorer, et la zone devient un quasi bidonville.

Un bidonville gentrifié

À partir des années 40, des rues entières sont rasées pour créer des projets plus modernes. En 1970, des règlements municipaux commencent à contrôler les nouvelles constructions pour ne pas dénaturer les lieux. Au même moment, des groupes de résidents se mettent à restaurer les maisons victoriennes. L’agent immobilier Darrell Kent est reconnu comme étant la figure de proue de ce mouvement.

Aujourd’hui, grâce à leur travail, Cabbagetown est le quartier comportant le plus de maisons victoriennes très bien conservées de toute l’Amérique du Nord, selon l’association de préservation de Cabbagetown. D’un bidonville, le quartier est devenu bourgeois.

Cabbagetown
Les maisons de style Victorien aujourd’hui bourgeoises.

Multiculturalisme

Le quartier est de nos jours très multiculturel. Cela s’explique par les vagues d’immigration de la fin du 19e siècle et de la fin de la Première Guerre mondiale.

De plus, Darrell Kent ayant été homosexuel, c’est une grande communauté gays et lesbiennes qui s’est mobilisée dans ce quartier, aujourd’hui considéré comme queer friendly.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sa proximité avec l’Université de Toronto et des quartiers d’affaire en fait également un quartier où se côtoient beaucoup d’étudiants et de professionnels. Par ailleurs, de célèbres musiciens et artistes sont originaires de cet arrondissement, à l’image d’Avril Lavigne, Robbie Robertson ou Larry Gains.

Chaque année, au début du mois de septembre, un festival familial et culturel se déroule au sein du quartier du chou.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur