Bruges, la magnifique

«La Venise du Nord»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Un voyage en Belgique ne saurait se limiter à une rapide visite de la capitale. À n’en pas douter, Bruxelles a tout ce qu’il faut pour charmer les touristes, mais la quintessence de la Belgique se trouve ailleurs. À Bruges, tout particulièrement.

Surnommée la «Venise du Nord» en raison des canaux qui sillonnent son centre historique, Bruges est encore aujourd’hui la destination touristique la plus courue en Belgique, devançant d’ailleurs Bruxelles, mais aussi d’autres villes importantes comme Anvers, Gand ou Liège.

Située en Flandre Occidentale, à environ une heure de Bruxelles et à un peu moins d’une heure de Lille, en France, Bruges jouit d’une situation avantageuse.

Directement reliée à la mer du Nord, même si elle n’en est pas directement riveraine, la ville a toujours été un important carrefour commercial. Ses origines remontent au Moyen Âge et la vieille ville regorge encore de traces architecturales de ce riche passé médiéval.

C’est d’ailleurs la vieille ville qui constitue le principal pôle touristique de Bruges. En 2000, le centre historique de Bruges a été inscrit à la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. L’organisme considère que la ville historique témoigne sur une longue période d’un échange d’influences considérable sur le développement de l’architecture, et en particulier sur le gothique en brique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La ville est aussi un «exemple remarquable d’un ensemble architectural illustrant des étapes significatives de l’histoire commerciale et culturelle de l’Europe médiévale, dont les institutions publiques, sociales et religieuses sont un témoignage vivant».

Dominée par le beffroi, dont la construction remonte au treizième siècle, la Grand-Place est le principal carrefour et le lieu de rassemblement par excellence. Comme la plupart des grandes places des villes du nord de la France et de la Belgique.

Il est possible de visiter le beffroi, légèrement incliné, à condition de monter les 366 marches de la tour néogothique. D’en haut, la vue sur les toits de Bruges est spectaculaire.

S’il fait parfois bon s’arrêter dans un des restaurants ou cafés de la Grand-Place, histoire de voir défiler les locaux et les touristes dans un décor spectaculaire, il ne faut pas oublier que les établissements de la Grand-Place sont souvent des pièges à touristes. Les prix sont démesurément élevés par rapport aux cafés ou restaurants des alentours. Il suffit de chercher un peu pour trouver un endroit avec autant de charme, sinon plus, à moindre coût et assurément plus tranquille.

Autour de la Grand-Place, il faut non seulement se laisser envoûter par le charme des petites rues, mais prévoir aussi une balade en bateau sur les canaux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il est possible de monter à bord par l’un des cinq embarcadères, et ce pour un parcours qui permet d’admirer l’architecture et la richesse historique de la ville sous un angle très différent.  Il en coûte moins de dix euros pour une croisière d’une demi-heure environ. Les bateliers sont de bons guides, souvent polyglottes, ce qui rend cette visite encore plus intéressante.

Un détour par le Kantcentrum, le centre de la dentelle, est nécessaire. Depuis des siècles, Bruges est célèbre pour sa dentelle, reconnue comme étant l’une des plus fines d’Europe. Au Kantcentrum, on présente de beaux exemples anciens dans un petit musée. Mais ce qui rend la visite intéressante, c’est de voir des dentellières à l’oeuvre dans l’atelier attenant.

C’est d’ailleurs à cet endroit qu’il faut se procurer des pièces de dentelle si c’est le souvenir que vous souhaitez ramener. Dans les boutiques de souvenirs, les nappes et autres chemins de table sont souvent des pièces faites en Chine…

Situé légèrement à l’extérieur du centre de la vieille ville, le béguinage est un autre incontournable de Bruges. Il s’agit d’un ensemble de maisons aux façades pittoresques qui sont construites autour d’un joli jardin intérieur, surplombé par une église. Le Béguinage princier a été fondé au milieu du XIIIe siècle, alors qu’un regroupement de «béguines» s’y est installé.

Les béguines sont des femmes célibataires ou veuves dévouées à Dieu, vivant en quelque sorte à la manière d’une communauté religieuse, mais sans avoir prononcé les vœux. En 1927, le Béguinage a été repris par les religieuses moniales bénédictines, qui l’occupent encore, du moins en partie, de nos jours. Une des maisons du béguinage a été transformée en musée où il est possible de découvrir comment vivaient et travaillaient les béguines au fil des siècles. Le Béguinage est aujourd’hui classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un coup d’œil furtif dans chacune des églises qui jalonnent les rues étroites du cœur historique de la ville est une autre belle façon de faire quelques bonds en arrière dans l’histoire de la ville.

Il faut aussi savoir s’arrêter à l’occasion pour casser la croûte. On retrouve plusieurs restaurants servant des plats typiques. Il n’y a pas que les moules et les frites, évidemment, mais c’est une spécialité locale qu’il faut essayer absolument. On peut aussi savourer une des bières locales. Après tout, la Belgique est le pays de la bière. Et celles de Bruges sont savoureuses.

À n’en pas douter, Bruges est une ville riche de son histoire et romantique à souhait. En marchant dans ses rues et en admirant son architecture, on comprend vite pourquoi la destination reste si populaire et, surtout, pourquoi elle fait partie de la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur