Bizarre! Vous avez dit bizarre?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Et vous allez encore dire bizarre, à la lecture du petit livre Le mont Blanc n’est pas en France! Et autres bizarreries géographiques, d’Olivier Marchon, qui s’est amusé à faire un premier inventaire descriptif des bizarreries géographiques ou géopolitiques que vous pouvez apercevoir sur une carte du monde.

Que vous pourrez apercevoir si vous avez bon œil ou si vous disposez d’une bonne loupe et plus encore d’une carte à grande échelle, car, pour la plupart, ces bizarreries passent inaperçues ou sont parfaitement inconnues tout en étant réelles. C’est bien ce qui fait que ce sont des bizarreries, résultant le plus souvent de l’histoire, d’oublis ou de questions en suspens depuis longtemps.

Et un bon pied vous sera utile si vous désirez vous rendre compte par vous-même, sur le terrain, de l’une ou l’autre de ces étrangetés, en commençant par celle qui fat le titre énigmatique du lire, Le mont Blanc n’est pas en France!

Une frontière en pointillés?

Tous les Français et même bon nombre d’étrangers, nous Canadiens compris, sont persuadés que le mon Blanc, avec ses 4 810,45 m d’altitude, est non seulement le plus haut sommet de la France, mais aussi que le plus haut sommet de l’Europe occidentale se trouve ainsi en France. Cocorico chante le coq gaulois!

Mais en est-il bien ainsi? Olivier Marchon pose cette question saugrenue, qui n’est pas sans conséquence au niveau des principes: «À quelle nationalité pourrait prétendre un enfant né au sommet du mont Blanc? Française ou italienne?» Les Italiens prétendent que la frontière «passe exactement au sommet, partageant équitablement la montagne entre les deux pays».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Comme personne n’est né sur le mon Blanc, les gouvernements français et italien n’ont pas pris la peine de régler cette question qui traîne depuis 150 ans. On pourra en lire l’histoire bien décrite par l’auteur, qui a conclu son exposé par cette remarque désabusée: «Devant le refus des gouvernements de se rencontrer pour en discuter, l’affaire n’est pas prête d’être réglée…» Mont Blanc? Monte Bianco?

Moult exemples

Cette histoire, développée sous le titre humoristique «Pas de rencontre pour le sommet», n’est qu’un des 30 exemples de bizarreries que l’auteur nous présente sou d’autres titres plus ou moins cocasses, classés en cinq catégories: Les territoires enclaves, Les territoires symboliques, Les territoires disputés, Les territoires spéciaux Les territoires utopiques, L’erreur. Dix cartes permettent de voir ce que l’on ne voit pas habituellement sur les cartes.

Voici quelques-uns de ces titres, qui ne peuvent que susciter une légitime curiosité. Et il va sans dire – mais peut-être encore mieux en le disant – la lecture de ces petits textes, clairs, nets et précis en 4 ou 5 pages, améliore nos connaissances et permet aux amateurs de jeux divertissants de se distinguer.

«La guerre du persil, Le Tibet chrétien, Vous avez dit Arbézie? Comme c’est bizarre…, Le gouvernement belge a une nouvelle adresse, Moins de manne à Oman, Chérie, tu auras ton île, tu seras princesse, La cité sans interdits», et bien d’autres.

Quelques bizarreries

Une île a disparu. Non, il ne s’agit pas de l’Atlantide, cette île mythique qui aurait été engloutie il y a des siècles et dont parle Platon, mais de la disparition récente d’une île du golfe du Mexique. Dans «Recherche Bermeja désespérément», l’auteur nous raconte les curieuses péripéties entourant l’île de Bermeja. «Les Mexicains ont égaré Bermeja. À moins que ce ne soit Bermeja qui n’ait égaré les Mexicains.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Connaissez-vous l’Angle nord-ouest? C’est un petit morceau du territoire des États-Unis, du Minnesota précisément, qui se trouve enclavé dans le territoire du Canada, entre l’Ontario et le Manitoba. Il n’est accessible qu’en passant par le Canada. Une curieuse histoire de tracé des frontières (1783) qui ne fait guère l’affaire des 150 habitants de cette enclave de 1 500 km2, qui ont demandé leur rattachement au Canada.

Vous connaissez peut-être mieux ce triangle, pas celui des Bermudes popularisé par une chanson de Mort Shuman, mais celui du Bir Taawil, qui n’appartient à personne ou dont personne ne veut.

Ce triangle, ainsi qu’on le dénomme, même s’il a la forme d’un trapèze, représente 2 006 km2, coincé entre l’Égypte, qui prétend qu’il appartient au Soudan, et le Soudan qui le désigne comme territoire égyptien. C’est une étendue de sable et de cailloux, peu attrayante. Ah! S’il y avait du pétrole dans son sous-sol! Étrange histoire.

D’autres encore

Et vogue la galère. Olivier Marchon vous entraînera ailleurs, comme dans cet hôtel dont les lits sot partagés en deux par le tracé d’une frontière. Où vous pouvez déjeuner dans un pays et votre partenaire de table dans un autre. Les cocasseries de ce genre ou d’un autre ne manquent pas. Et on pourrait en ajouter d’autres avec quelques villages et maisons de la frontière Canada-États-Unis. Mais vous avez déjà de quoi vous divertir.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur