Bill Graham n’apprend pas vite

Partagez
Tweetez
Envoyez

Je reçois, encore une fois, le rapport trimestriel de mon député fédéral. Il est rédigé, encore une fois, en anglais seulement. Bill Graham sait pourtant que je veux recevoir ses communications en français. Suis-je obligé de loger une plainte lors de chaque envoi? Cela semble bien être le cas car le député de Toronto-Centre n’apprend pas vite.

Je dois constamment exiger d’être servi en français par mon député fédéral et, comme je suis francophone, je dois accepter d’être servi le dernier.

De toute évidence, la traduction n’est pas une priorité de Graham. Voilà deux semaines que son bureau m’a promis une version française… et je l’attends toujours!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À noter que la version française du site Internet de Bill Graham présente tous ses bulletins dans la langue de Shakespeare seulement. On a peine à croire que monsieur le député a été président de l’Alliance française de Toronto!

Je ne comprends pas pourquoi de telles communications, émanant du Parlement canadien, ne sont pas rédigées dans les deux langues officielles du pays. Que nous soyons de langue officielle majoritaire ou minoritaire, ce sont nos impôts qui servent à défrayer les coûts de production de ces bulletins.

Peu importe l’origine d’un député – Toronto, Moncton, Chicoutimi, Calgary, Saint-Boniface, Sudbury, Montréal, Sydney, Prince-Albert, Stephenville, Dawson City, Nanaimo – son rapport trimestriel devrait refléter la dualité linguistique canadienne. De cette façon, ses commettants seraient sensibilisés à une facette unique de la réalité canadienne. Et qui sait, peut-être en découlerait-il une meilleure compréhension mutuelle.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur