Bïa, la chanteuse qui danse entre français et portugais

Rendez-vous le 16 novembre au Heliconian Hall

Bïa dans De bouche à oreille

Bïa se produira au Heliconian Hall, une vieille église du quartier Yorkville, le vendredi 16 novembre.


7 novembre 2018 à 9h00

Pour la deuxième saison de sa série De bouche à oreille, Dominique Denis propose un premier épisode haut en couleur.

La chanteuse brésilienne Bïa ouvrira le bal avec son large répertoire d’adaptations musicales et ses compositions personnelles. Pour l’occasion, elle sera accompagnée par deux musiciens basés à Toronto: Louis Simão et André Valerio.

Le public est aussi invité à une causerie en présence de la chanteuse mercredi 14 novembre à 19h30 au Coq of the Walk. Le concert, lui, se déroulera le 16 novembre à 20h au Heliconian Hall, sur l’avenue Hazelton.

Bïa dans De bouche à oreille
La chanteuse brésilienne Bïa.

«Elle était sur mon radar depuis longtemps»

«Elle était sur mon radar depuis longtemps», confie Dominique Denis, à l’initiative du projet. Le concept de sa série De bouche à oreille est simple: amener des auteurs-compositeurs francophones à s’associer avec des musiciens de Toronto, le temps d’une soirée.

«Bïa occupe une place importante dans la chanson francophone au Québec. Ses morceaux sont imprégnés des couleurs du Brésil et d’une musicalité très riche aux rythmes de samba, boléro ou valse. À côté de ses compositions, elle travaille sur des adaptations françaises de chansons brésiliennes, ou l’inverse. Elle effectue un travail transculturel minutieux avec un souci de mettre en valeur la dimension poétique des morceaux», explique-t-il.

La chanteuse s’était déjà produite à Toronto il y a très longtemps. «Je considère que c’est une sorte de première fois pour moi», s’amuse-t-elle.

Bïa dans De bouche à oreille
Louis Simão

Louis Simão et André Valerio

Pour l’accompagner, Dominique Denis a tenu à sélectionner deux musiciens en particulier. Louis Simão, Portugais et multi-instrumentiste, baigne dans l’univers lusophone de Bïa. André Valerio, quant à lui, est également Brésilien et joue du cavaquinho, une guitare typique de la culture musicale brésilienne.

Bïa ne cache pas son plaisir de monter sur scène avec eux: «C’est très excitant comme concept, c’est comme un rendez-vous à l’aveugle. Quitte à venir jouer sur un territoire où je n’ai pas d’ancrage, je suis contente d’être accompagnée par des professionnels qui connaissent la scène torontoise.»

Dominique Denis rappelle que les musiciens ne seront pas que des accompagnateurs lors de la soirée. «Ils joueront quelques morceaux en première partie du spectacle. Ce ne sont pas des faire-valoir, ils apportent leurs propres couleurs au concert. Le résultat ne ressemblera pas à ce que Bïa fait en solo, c’est une soirée de rencontres.»

Bïa dans De bouche à oreille
André Valerio

Adapter des chansons d’une langue à l’autre

Parallèlement au concert, Dominique Denis tient beaucoup à la soirée de rencontre où une trentaine d’intéressés pourront écouter l’échange qu’il organise avec Bïa. «J’invite des auteurs-compositeurs qui ont un parcours riche, ils ont donc des compétences qui méritent d’être partagées avec le public. Je leur propose d’identifier un aspect de leur pratique et d’en parler.»

Ce sont les défis de l’adaptation de chansons que Bïa a choisi d’aborder. «Si la traduction d’ouvrages se doit d’être fidèle aux originaux, l’adaptation musicale est très différente. Il faut faire des choix afin que les paroles aient du sens dans la langue utilisée, et qu’elles collent à la mélodie.»

Dans le cas de son adaptation de Foule sentimentale d’Alain Souchon par exemple, elle a fait le choix de raconter cette chanson en portugais en parlant de la société de consommation au Brésil. Au cours de son explication entremêlée de musique, elle compte expliquer au public ce qui est traduisible ou intraduisible.

Bïa dans De bouche à oreille
Bïa (Photo: Christina Alonso).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Un vent du Nord nous atteint

contes et légendes Finlande
Un vent d'hiver nous arrive tout droit de Finlande, avec des Légendes des pays du Nord, un superbe ouvrage artistique publié à l'occasion...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 11h00

L’étau sociolinguistique de la Conquête

roman
L’homme au regard de lion, le tout dernier roman du prolifique Pierre Chatillon, couvre une demi-douzaine d’années dans la vie de son héros Yvon...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 9h00

Quiz: Janvier

janvier - 13 janvier
Le mois de janvier est nommé en l’honneur du dieu romain... et d'autres curiosités sur le premier mois de l'année.
En lire plus...

13 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur