Aventures de lubricité éhontée

Partagez
Tweetez
Envoyez

Denis-Martin Chabot est connu pour ses romans homo-érotiques. Après sa tétralogie sur le Village gai de Montréal, il nous peint le portrait d’un homme qui en vient à ne vivre que pour le plaisir sexuel. Son dernier-né s’intitule Le journal de Dominique Blondin, un récit ponctué d’aventures lubriques à Montréal, à Banff et Jasper, à Toronto, à Berlin, à Mexico, à Taïwan, au Rwanda, au Mali, alouette!

Le Dominique en question est un jeune journaliste qui aspire à une grande carrière. Dès son premier stage pour un important journal, il épate le directeur qui voit en lui un «partenaire» particulier. C’est juste une question de le former, de le modeler, de le faire pencher du bon bord.

Ce bord est l’homo-érotisme. La tâche ne sera pas difficile pour le séduisant directeur car son sex appeal fait vite flancher le jeune homme qui s’est toujours pensé hétéro.

Envoyé en Alberta pour un reportage sur les parcs nationaux de Banff et Jasper, Dominique rencontre deux cyclistes aux «cuissards ajustés mais très confortables qui ne laissent rien à l’imagination… Après le feu de camp, le feu de la passion!»

L’auteur ne se contente pas de quelques métaphores ou envolées poétiques lorsqu’il décrit les ébats de Dominique et compagnie. Il ne laisse rien à l’imagination. Je vous fais grâce de toutes les positions décrites avec force détails et me contente de souligner quelques expressions qui étayent ce récit: «cèpe engorgé, morille bien mûre, embouché un ithyphalle, son missile forçant son chemin dans mon zénith pour ne me faire voir que des étoiles.»

À mon avis, les descriptions de baises sont souvent trop explicites et trop longues. J’aurais préféré que l’auteur s’en tienne parfois à une simple phrase du genre: «il évite mon loulou qui pourtant fait le beau, comme un chien espérant une caresse de son maître».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Après une ou deux aventures, Dominique en vient à vouloir se trouver dans les bras de tout type moindrement séduisant qui se présente à lui. «C’est à se demander si je ne suis pas carrément devenu une salope de premier ordre.» Poser la question équivaut à y répondre.

Dominique a l’art «de tomber amoureux avec l’amour». Il aurait souhaité devenir l’amant de son patron (qui est beaucoup plus âgé que lui), mais ce dernier ne croit pas «à l’engagement entre hommes, encore moins à l’amour entre saisons. Pour lui, le printemps ne va pas avec l’été.»

Les aventures lubriques de Dominique Blondin ont toujours lieu avec des mecs musclés et super membrés. Joël, Luc, André, René, Ivan, Daniel, Mohammed, David, Mark, Hsun-Chien, Damien, Jaime et le travesti Angie sont tous dignes de figurer dans les pages des plus grandes revues pornos.

Blondin voyage pour écrire des reportages, mais on en apprend peu sur les différences culturelles des endroits visités, notamment sur l’acception de l’homosexualité, sauf dans le dernier quart du livre lors de séjours à Taïwan, au Rwanda et au Mali.

Ce qu’on retient surtout, c’est qu’une aventure ou deux peuvent remettre en question tout ce qu’un homme «croyait savoir de lui-même, de sa masculinité» et son orientation sexuelle surtout.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur