Au Cameroun, le choléra est le produit de l’incurie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Branle-bas de combat tardif au Cameroun pour arrêter le choléra qui continue à tuer. À peine un tiers des Camerounais, y compris les citadins, ont accès à l’eau potable et les nombreux forages récemment réalisés sont encore insuffisants pour stopper l’épidémie.

La file de jeunes aux tenues multicolores, doublée d’une rangée de cuvettes et bidons de toutes tailles, est longue devant le forage de Bépanda à Petit Wouri, un quartier populeux de Douala.

Pourtant, l’attente ne semble pas les gêner. Ils s’estiment heureux d’avoir accès à ce point d’eau potable construit l’an dernier. Seul un tiers des 2,5 millions d’habitants de la métropole économique du Cameroun a cette chance alors que le choléra sévit.

Il a tué près de 50 personnes depuis janvier et 514 dans tout le Cameroun entre janvier 2004 et juin 2005.

Face à cette situation, les pouvoirs publics ont récemment débloqué 200 millions de FCFA (Franc de la Communauté Financière Africaine, l’équivalent de 305 000 Euros) pour lutter contre l’épidémie et décidé de construire, dans la seule ville de Douala, une vingtaine de forages d’eau potable et de traiter des milliers de puits.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Cette année, la région de Douala a droit à la construction de 24 forages contre seulement deux l’an dernier et à la réhabilitation de quatre adductions d’eau», affirme Liga Rosetta, chef du service provincial de l’eau et de l’assainissement à la délégation régionale du ministère de l’Eau à Douala.

Depuis le démarrage des premières épidémies de choléra, début 2004, pouvoirs publics, entreprises privées comme le Pari mutuel du Cameroun, pays partenaires à l’instar du Japon ou encore ONG, telles Médecins sans frontières ou la Croix-rouge, multiplient les actions pour apporter l’eau potable aux populations en creusant de nombreux forages. Le Japon en a ainsi prévu 200 sur l’ensemble du pays.

Deux tiers des Camerounais n’ont pas accès à l’eau potable

L’eau potable est une denrée tellement rare au Cameroun que l’inauguration d’un de ces points d’eau s’accompagne toujours de grandes réjouissances populaires.

«Ce don est un signe de délivrance et de grand espoir», déclarait ainsi, ivre de bonheur, Mvogo Onana, un habitant de Douala, lors du démarrage d’un forage offert par une entreprise privée locale. Un enthousiasme justifié puisque seuls 30% des ménages en zone urbaine et 40% en zone rurale ont accès à un point d’eau de la Société nationale des eaux du Cameroun (SNEC.)

Au milieu des années 90, la SNEC, en pleine restructuration après les accords avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, avait fermé les bornes-fontaines publiques car les mairies ne payaient plus les factures. Elles ont ensuite été privatisées mais, non rentables, elles ont été progressivement fermées.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Malgré une demande croissante, la SNEC, toujours en attente d’un éventuel repreneur depuis 1999, n’étend plus son réseau. Son dernier investissement d’envergure date de plus de 20 ans. En dépit des efforts récents, le nombre de forages reste très insuffisant. «Je suis parfois obligée de faire près d’une demi-heure sur place dans l’attente que la file arrive à mon tour», se plaint Nadine, habitante du quartier Tergal à Douala.

Boire sain ou manger

La grande majorité des Camerounais est donc contrainte soit de consommer de l’eau souillée soit d’acheter de l’eau potable au prix fort. «Mes enfants font près d’un kilomètre à pied afin de puiser de l’eau de source», s’apitoie Clotilde Ngayap.

«Il est évident que les gens vont continuer de se ravitailler dans des puits tant que la SNEC ne sera pas présente partout», déplore le Dr Gnignianjouena Oumarou, directeur de l’hôpital du district santé de Nylon.

Dans de nombreux quartiers de la ville, les familles achètent l’eau chez leurs voisins lorsqu’ils disposent d’un branchement sur la SNEC. «Nous vendons cinq litres d’eau à 5 FCFA», affirme Bertrand, un vendeur d’eau qui en a fait une bonne affaire. Les opérateurs privés ont également saisi la perche et multiplié les sociétés de captage et de distribution d’eau minérale. La bouteille d’un litre et demi est vendue entre 250 et 400 FCFA (0,40 et 0,60 Euros).

Trop cher dans un pays où plus de la moitié de la population vit avec moins d’un dollar (500 FCFA) par jour.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur