Art indigène du monde entier

Musée des beaux-arts du Canada

Partagez
Tweetez
Envoyez

Du 17 mai au 2 septembre prochains, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), à Ottawa, présentera Sakahàn – Art indigène international, une exposition qui réunit quelque 150 œuvres de plus de 75 artistes d’une quinzaine de pays. Pour le MBAC, ce sera la plus grande exposition de son histoire.

Sakahàn signifie «allumer un feu» dans la langue algonquine. L’art indigène occupe une place importante dans les collections du MBAC depuis plus de 50 ans.

Selon son directeur général, Marc Mayer, «il s’agit maintenant de faire rayonner l’art d’artistes autochtones du monde entier».

Vision internationale

Le Musée a choisi l’expression «art indigène» telle qu’employée à l’échelle internationale dans des organisations comme les Nations Unies.

«Lorsque nous considérons les artistes de manière globale, nous utilisons le mot indigène», de souligner Greg Hill, conservateur de l’exposition.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sakahàn réunira aussi bien des œuvres d’artistes établis qu’émergents. On y trouvera des tableaux, dessins, sculptures, photographies, installations, performances et vidéos.

Le Canada sera représenté par une trentaine d’artistes, les États-Unis par une quinzaine, l’Amérique centrale et du Sud par une dizaine, l’Océanie par une dizaine également, la Scandinavie par une demi-douzaine.

Seront aussi présents des artistes de l’Inde, de Taiwan, du Japon, du Kenya, des Pays-Bas et du Groenland.

Selon le conservateur Greg Hill, «si l’art indigène rayonne aujourd’hui, c’est parce que l’art a toujours fait partie intégrante de la vie indigène. L’art actuel s’inscrit dans un continuum de créativité qui rend hommage au passé et trace la voie de l’avenir.»

Pour cette raison, le MBAC prévoit présenter une exposition d’art indigène international tous les cinq ans.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sakahàn ne s’articulera pas autour d’une thématique précise. Les œuvres présentées seront plutôt des lieux de superposition et de résonance.

«Les œuvres d’art elles-mêmes se rejoignent par plusieurs fils conducteurs et même lorsque les artistes explorent des idées récurrentes, ils proposent des visions individuelles et font appel à une grande diversité de moyens d’expression», de préciser Christine Lalonde, conservatrice associée.

Vision autochtone

Une des artistes canadiennes, Rebecca Belmore, expose Frange qui représente une femme dans un caisson équipé de lampes fluorescentes.

Cette œuvre joue sur la dualité séduction/répulsion. Elle porte un regard critique sur l’apathie du public et des institutions à l’égard de la violence exercée sur les populations à risque telles que les femmes autochtones, tout en leur donnant une voix à travers des portraits empreints de beauté et de grâce.

Une œuvre de Marie Watt (États-Unis) s’intitule Sénéca et représente une pile de couvertures. Watt s’intéresse à la façon dont les couvertures et les modestes pièces de tissus deviennent souvent des marqueurs de temps pour la mémoire et le récit.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vous pouvez déposer votre couverture au vestiaire du Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa; il faut y joindre un mot sur le lien entre votre couverture et votre vie (formulaire fourni sur place). Veuillez noter que les couvertures ne seront pas retournées. Date limite: le 3 mars 2013.

En échange de votre couverture et afin de reconnaître votre contribution, vous obtiendrez une sérigraphie signée par l’artiste.

Sakahàn propose un survol international d’œuvres poétiques, surprenantes et audacieuses afin d’offrir une relecture des enjeux culturels, politiques et sociaux auxquels font face les peuples autochtones.

Des sites partenaires dans la région d’Ottawa participeront à cet événement culturel sans précédent. C’est pour cette raison qu’un mot de la langue algonquine a été choisi comme titre.

Durant la même période, soit du 26 avril au 2 septembre, le MBAC présentera aussi Perspectives émergentes du nouveau Nord, une exposition d’œuvres d’artistes inuits.

Puis, du 31 mai au 8 septembre, les visiteurs pourront voir une sélection de dessins et d’estampes dans L’art noble des Carrache et de leur école.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur