Arrivée du premier dirigeable au Canada

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les dirigeables ne datent pas d’hier. Au cours de la Première Guerre mondiale, les Allemands les utilisèrent pour bombarder l’Angleterre. L’un d’eux fut abattu en septembre 1916 et les Britanniques s’inspirèrent de ses débris pour construire leurs propres engins. C’est le R-100, de construction anglaise, qui sera le premier à se rendre au Canada.

Un mat d’ancrage est érigé à Saint-Hubert (Québec) pour recevoir le R-100.

Ce dernier quitte Cardington (Écosse) le 29 juillet 1930 à 15h48. Le 31 juillet, à 18h45, le R-100 passe au-dessus de Québec; les sirènes de bateaux et les klaxons de voitures accompagnent le rugissement des trois puissants moteurs Rolls-Royce du R-100.

L’aéronef vole au-dessus de Montréal à trois heures du matin, mais ce n’est que deux heures plus tard qu’il entreprend de se diriger vers Saint-Hubert.

Le 1er août, à 5h17, alors que les rayons du soleil commencent à remplacer l’éclairage artificiel des projecteurs, le R-100 entreprend sa manœuvre d’amarrage au mât de Saint-Hubert. Le vol aura duré 79 heures.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il y avait 44 passagers à bord, 47 250 livres de pétrole et 5,4 tonnes de ballast. Le maire de Montréal, Camillien Houde, s’était rendu à Saint Hubert pour accueillir les héros de l’envolée, dont le commandant R. B. Colmore et le constructeur de l’appareil, sir Denniston Burney.

Plus de 40 000 personnes s’étaient massées autour de l’aéroport le 1er août 1930 pour voir ce premier mastodonte du genre à survoler le ciel canadien.

Mais le beau rêve sera bref. Quelques semaines plus tard, le 5 octobre 1930, le R-100 s’écrasera à Beauvais (France), en route vers l’Inde, faisant 48 victimes.

Quant au R-100, on décida six ans plus tard de le démolir, là même où il avait vu le jour, à Cardington.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur