Appui aux langues autochtones à Glendon

De jeunes Autochtones dans un pensionnat au début du 20e siècle.

De jeunes Autochtones dans un pensionnat au début du 20e siècle.


16 novembre 2016 à 18h07

Une déclaration répondant aux «appels à l’action» de la Commission de vérité et réconciliation (décembre 2015) bénéficie d’une attention particulière au Collège Glendon de l’Université York, où des profs proposeront officiellement vendredi l’adoption d’une «Déclaration Glendon sur la Politique sur les langues autochtones du Canada».

C’est «pour vraiment célébrer le 150e anniversaire du Canada en 2017» que ces intervenants veulent associer Glendon aux démarches pressant le gouvernement canadien de répondre favorablement aux appels de la Commission concernant la définition des droits des langues autochtones, l’adoption d’une Loi sur les langues autochtones et la création d’un Commissariat tricéphale aux langues autochtones pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

«Il est temps que notre fierté du bilinguisme officiel français-anglais s’étende afin d’englober les langues autochtones», explique en entrevue à L’Express le prof Ian Martin (Études anglaises et Maîtrise en affaires publiques et internationales à Glendon), co-rédacteur de la Déclaration avec la chercheuse anishinaabe Maya Chacaby, prof à Glendon, et Amos Key, Jr., chercheur haudenoshaunee, prof à l’Université de Toronto.

Déjà, en février dernier, 82 chercheurs, dont plusieurs Autochtones, avaient participé à Glendon à un colloque pancanadien sur les répercussions du Rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Cette Déclaration est le fruit de leur délibérations.

«Les langues autochtones ont survécu au linguicide des pensionnats, mais à peine», indique Ian Martin. «Sur les 90 langues autochtones couramment parlées au Canada, seules 26% sont parlées par la plupart des enfants.»

La Déclaration Glendon – que la direction de l’institution n’a pas encore endossée, ce qui pourrait prendre encore plusieurs mois – s’adresse surtout aux établissements d’enseignement postsecondaires, à qui on demande de favoriser la recherche et l’enseignement des langues autochtones et de s’engager dans des activités de renforcement des collectivités autochtones.

Maya Chacaby offre déjà à Glendon un cours d’Ojibwé – la langue autochtone la plus parlée en Ontario – suivi par une quarantaine d’étudiants enthousiastes, «alors que les places sont limitées à 35», rapporte M. Martin. Lui-même a oeuvré dans le Nord de l’Ontario et au Nunavut, et il se débrouille en inuktituk et en ojibwé.

Selon lui, il est démontré que les profs autochtones attirent les étudiants autochtones. Les collèges et universités du pays doivent donc faire un effort pour embaucher des profs issus des Premières Nations.

La version courte de la Déclaration (une page, alors que la version longue comprend une quarantaine de pages d’annexes sur les 94 «appels à l’action») est disponible en français, anglais, inuinnaqtun, inuktitut, cayuga et ojibwé.

La Déclaration Glendon sera lancée officiellement à l’ouverture de la Conférence internationale sur le contact des langues et des cultures. Cet événement reçoit ce weekend à Glendon des conférenciers comme: Mark Fettes, de l’Université Simon Fraser, dont les recherches portent sur «l’écologie des langues»; Naomi Nagy, de l’Université de Toronto, qui coordonne un projet sur les variations et les changements des langues du patrimoine; et Ellen Elias-Bursać, spécialiste des langues slaves.

De jeunes Autochtones dans un pensionnat au début du 20e siècle.
De jeunes Autochtones dans un pensionnat au début du 20e siècle.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Grosse fin de septembre franco à Toronto

Jean-Pierre Ferland lance le festival Francophonie en fête le 22. Gabrielle Goulet fête le Jour des Franco-Ontariens le 25. Robert Charlebois est à Markham le 28 et à Toronto le 29. Tifane fait partie de la Nuit africaine le 30.
L’agenda des francophones et des francophiles du Grand Toronto est plein ces deux prochaines semaines: festival Francophonie en Fête, anniversaire du Collège français, Jour...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h22

TIFF 2017: des cris dans les salles obscures

Downrange
Suite à la suppression, pour l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto, de deux programmes du festival international de Toronto, dont Vanguard,...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h10

Musique Extravaganza Afro-Caribéenne

elage
À l’image d’un repas gastronomique aux mille et une saveurs, la Nuit Africaine viendra clôturer en beauté une délicieuse 12e édition du festival Francophonie...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h09

Édouard et les maisons de bouteilles

La première maison de bouteilles d’Édouard a été construite en 1980. (Photo: Sandra Dorélas)
Île-du-Prince-Édouard
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h07

Les sucres naturels ne sont pas meilleurs que les sucres raffinés

Ce n’est pas la nature du sucre qui fait la différence, mais bien la quantité totale de sucre qu’on consomme. (Photo: Monika Adamczyk | Dreamstime)
Il y a plusieurs mythes entourant les sucres qui dérangent Catherine Lefebvre. Au point où la nutritionniste a dédié un livre entier à ce...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h02

Un tour du monde de la francophonie à TV5

tv5
25 heures, 23 destinations, 5 continents
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h00

Le rôle très stratégique d’une première ministre

Rachel Notley, présidente du Conseil de la fédération et Première ministre de l'Alberta. (Photo: Connor Mah - https://www.flickr.com)
Tribunaux albertains: on peut employer le français dans les communications verbales... mais pas écrites
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h59

Islamophobie? Non, véritéphobie!

Le président Donald Trump et son épouse Melania avec le roi  Salman et le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi. (Photo: Maison-Blanche)
L’État islamique continue de frapper. Que faire?
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h58

Des coffrets pour monter votre propre exposition

Gustav Klimt. Éditions Taschen, 2017, coffret d’affiches (16 tirages sous coffret), 25,4 x 33 cm.
Les éditions Taschen, comme cela ressort des nombreux articles de L’Express qui mentionnent leur nom, se consacrent à la promotion d’œuvres artistiques ou de...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h57

La drogue pimente deux romans américains

Elin Hilderbrand, À nous, roman traduit de l’anglais par Perrine Chambon, Paris, Éditions JC Lattès, 2017, 414 pages, 29,95 $. 
David Swinson, La Fille de Kenyon Street, roman traduit de l’anglais par Mireille Vignol, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2017, 354 pages, 29,95 $.
Qu’arrive-t-il quand le testament d’un grand chef cuisinier stipule que ses trois épouses doivent souligner sa mort en répandant ses cendres ensemble et qu’elles...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h56

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur