Appel pour plus d’offre de programmes de langue française

Des Franco-Ontariens lancent un cri du cœur

programmes de langue française

Les représentants de la Table postsecondaire de l’Ontario français demandent que les universités francophones et bilingues soient mieux financées pour rester concurrentielles avec le milieu anglophone. Photo : Martin Roy, Le Droit


7 juin 2018 à 9h00

Les établissements post-secondaires francophones ou bilingues de l’Ontario réclament d’une même voix des actions concrètes pour leur donner les moyens d’augmenter leur offre de programmes de langue française.

Réunis à l’Université d’Ottawa (Ud’O) lundi dernier, les représentants de la Table post-secondaire de l’Ontario français demandaient aux chefs des différents partis politiques de dévoiler leur plan pour les universités bilingues et les collèges francophones de la province.

«Graduellement, ce qu’il arrive c’est qu’on perd des programmes, et chaque fois qu’un programme disparaît, c’est l’offre qui diminue. C’est important qu’on soit capable de maintenir une bonne offre de service. On veut trouver un équilibre avec les programmes offerts dans les institutions anglophones», soutient Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

De son côté, le recteur de l’Ud’O, Jacques Frémont, estime qu’un élève franco-ontarien n’a pas l’occasion d’étudier en français dans les domaines où la main-d’œuvre sera en demande au cours des prochaines années.

400 à 500 places supplémentaires dans les sciences

Les représentants ont demandé 400 à 500 places dans les disciplines scientifiques, soit les sciences, les technologies, les mathématiques et le génie. «Les Franco-Ontariens ont le droit de participer à l’économie du savoir» affirme M. Frémont.

À l’Université d’Ottawa, les seuls programmes qui ne sont pas bilingues, où les étudiants ne peuvent pas étudier au complet dans un programme en français, c’est dans ces domaines-là.

Le portrait est le même dans les collèges de l’Ontario. Il y a urgence d’agir pour répondre à la transformation du marché de l’emploi, selon la présidente de La Cité, Lise Bourgeois.

Les établissements d’enseignement francophone se doivent d’être concurrentiels avec le milieu anglophone. «Pour être concurrentiel et que les Franco-Ontariens choisissent les collèges francophones, il faut que la formation soit pertinente, suffisante et de qualité» soutient Lise Bourgeois.

«Sinon, on sait que les Franco-Ontariens parlent les deux langues et c’est pour ça que je dis le mot “choisir”. Il faut qu’on soit attrayant et qu’on ait les bons choix de programmes» ajoute-elle.

Université franco

Les établissements scolaires profitent de la campagne électorale provinciale pour demander un financement adéquat, affirmant que le gouvernement a gelé les sommes accordées depuis 2009.

Les membres de la table de concertation estiment que la création d’une université de langue française n’est pas suffisante.

«On félicite le gouvernement pour la création de l’université de langue française, mais 90% des finissants francophones vont sortir des universités francophones et bilingues existantes. Il faut aussi financer ces institutions-là si on veut continuer à faire l’expansion de l’offre», souligne Pierre Zundel, recteur et vice-chancelier par intérim de l’Université Laurentienne.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Un vent du Nord nous atteint

contes et légendes Finlande
Un vent d'hiver nous arrive tout droit de Finlande, avec des Légendes des pays du Nord, un superbe ouvrage artistique publié à l'occasion...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 11h00

L’étau sociolinguistique de la Conquête

roman
L’homme au regard de lion, le tout dernier roman du prolifique Pierre Chatillon, couvre une demi-douzaine d’années dans la vie de son héros Yvon...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 9h00

Quiz: Janvier

janvier - 13 janvier
Le mois de janvier est nommé en l’honneur du dieu romain... et d'autres curiosités sur le premier mois de l'année.
En lire plus...

13 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur