Annulation cavalière de Franco-Expo

Partagez
Tweetez
Envoyez

Floué, déçu, frustré: les qualificatifs ne manquaient pas la semaine dernière pour décrire l’état d’esprit causé par l’annulation surprise de Franco-Expo. La foire devait proposer du 28 au 31 mars à Exhibition Place un condensé de culture francophone: gastronomie, mode, musique étaient notamment au programme. Mais rien de tout cela n’a eu lieu, sans que les organisateurs daignent prévenir les participants et le public.

Des autobus d’écoliers se sont ainsi présenté le jeudi 29 mars au Queen Elizabeth Hall pour participer à ce qu’on leur avait décrit être un événement incontournable de la francophonie torontoise. Des représentants de collèges et universités, venant d’institutions de plusieurs provinces, avaient monté leurs kiosques. Et le groupe franco-ontarien Konflit Dramatik avait fait le déplacement jusqu’à Toronto avant qu’on leur annonce de façon cavalière que Franco-Expo était annulée. Pourquoi? Aucune explication de Kimber Management, organisateur de l’événement, n’a été donnée.

Des gros noms de la musique québécoise ressortent également hautement amers et écorchés par cette expérience. Marie-Chantal Toupin, Sylvain Cossette et Audrey de Montigny devaient chacun offrir un concert durant les trois jours de festivités. Les billets étaient en vente jusqu’à mardi dernier sur le site de Franco-Expo. Mais comme tous les autres, ces trois artistes ont été floués par Joseph Civitella, Gail Makila et David Kimber de Kimber Management. Des poursuites judiciaires sont en cours pour obtenir réparation.

«C’est la première fois en sept ans que je vois ça et pour mon directeur de tournée, c’est la première fois en 15-20 ans de travail qu’il voit une chose pareille», s’indigne Jacques Terrault, agent de Marie-Chantal Toupin. «Je leur ai envoyé une mise en demeure cette semaine. Je sais bien que c’est juste un coup d’épée dans l’eau, ils vont sûrement déclarer faillite, mais si personne ne le fait, ils vont s’en sortir indemnes.»

Il y a trois semaines encore, Joseph Civitella s’était déplacé à Montréal pour rencontrer Marie-Chantal Toupin et peaufiner les détails du spectacle. Mais depuis deux semaines, l’équipe de Marie-Chantal Toupin n’avait plus de nouvelles de Kimber Management. Courriels et téléphones étaient laissés sans réponse.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Marie-Chantal était très fébrile à l’idée de faire un spectacle à Toronto. Pour elle, c’était un nouveau marché qui s’ouvrait. Elle avait préparé des chansons en anglais et des interventions en anglais pour son spectacle. Pour nous, c’était quelque chose de très important d’aller à Toronto», relate son agent. L’artiste a refusé des spectacles au Québec pour pouvoir faire le déplacement, avec son équipe de 20 personnes, jusqu’à Toronto.

«Sur le site de Kimber Management, il y a trois poissons rouges. Je trouve ça assez spécial», laisse tomber Jacques Terrault, encore échaudé par l’expérience.

Même amertume et déception du côté d’Audrey de Montigny, qui en plus de son spectacle, devait lancer son album en français pour le marché francophone hors Québec ainsi que son album en anglais. «Encore la semaine dernière, on a discuté avec eux et ils nous ont dit qu’ils avaient besoin d’un coup de main supplémentaire. Ils voulaient qu’on baisse nos taux et même qu’on défraye nous-mêmes certaines dépenses», explique Jean de Montigny, père d’Audrey qui agit également à titre d’agent pour sa fille. Et depuis, plus de nouvelles. C’est pas le biais des médias qu’il a appris que le spectacle était annulé.

Jean de Montigny dit ne jamais s’être douté que quelque chose ne tournait pas rond du côté de Kimber Management. «Ils ont réussi à réunir des gros noms pour leur événement. En plus de Marie-Chantal Toupin et Sylvain Cossette, Justin Trudeau et Bernard Voyer devaient donner des conférences. Ils se sont bâti une bonne crédibilité à mes yeux.» L’équipe de Kimber Management devait même organiser une tournée canadienne des communautés francophones pour Audrey de Montigny.

Son père prévoit lui aussi intenter des recours en justice. «Je vais essayer au moins qu’ils nous remboursent les coûts qui ont été engendrés. Je dois payer 14 membres de notre équipe qui étaient bookés pour la fin de semaine.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Ça nous tenait à coeur d’aller jouer pour les francophones de Toronto. Audrey n’avait jamais encore fait de spectacle à Toronto. Mais bon, on est maintenant en négociation avec d’autres gens à Toronto pour organiser son lancement», ajoute Jean de Montigny.

Sylvain Cossette et son équipe ont été tenus dans le même mystère. Selon M. de Montigny, tout leur matériel était dans les voitures et les bagages étaient bouclés lorsqu’ils ont appris qu’il valait mieux qu’ils ne prennent pas la route. Son équipe a préféré ne pas répondre à nos questions, manifestement encore troublée par le fâcheux événement.

Du côté des organismes francophones, quelques-uns d’entre eux, dont CHOQ-FM et le Collège Boréal, avaient décidé quelques jours avant l’ouverture prévue de ne pas participer à l’événement qui souffrait à leurs yeux d’une organisation chambranlante.

Aucune publicité n’avait été faite dans les médias locaux. Ceux et celles qui ont acheté des billets pour les spectacles avec leurs cartes de crédit peuvent tenter de se faire rembourser auprès de leur compagnie de crédit.

Les seuls mots d’excuses sont venus d’Arlene Campbell, directrice générale du Direct Energy Centre d’Exhibition Place, rejointe la semaine dernière au téléphone. «Nous sommes désolés de l’inconvénient que cela à pu causer et nous nous en excusons», a-t-elle déclaré en spécifiant que Kimber Management avait rempli toutes ses obligations financières à leur endroit.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est d’ailleurs à l’équipe d’Exhibition Place qu’est revenue la tâche de poser une affiche sur les entrées du Queen Elizabeth Hall pour annoncer l’annulation de l’événement de Kimber Management.

La société Kimber Management n’a pas retourné nos nombreux appels.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur