Affrontements sur le port du voile en Frace

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h21 HAE, le 20 juillet 2013.

TRAPPES, France – Un rassemblement qui avait apparemment pour but de dénoncer un incident lié au port du voile islamique, a tourné au vinaigre à Trappes à l’ouest de Paris.

Environ 250 protestataires armés de divers projectiles ont confronté la police qui a eu recours à des gaz lacrymogènes pour tenter de les disperser, ont précisé les autorités samedi.

Selon ces dernières, six individus ont été incarcérés et cinq personnes ont subi des blessures dont un adolescent de 14 ans qui a été sérieusement atteint à un oeil par un projectile d’une provenance inconnue. Quatre policiers auraient également été blessés, a fait savoir un responsable de l’administration régionale de police.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a lancé un appel au calme. Il a également insisté sur la nécessité de respecter l’ordre public et la communauté musulmane de la France.

Les troubles de vendredi sont intervenus dans la foulée de l’arrestation d’un individu dont l’épouse aurait reçu une contravention pour avoir porté un voile. L’homme en question aurait tenté d’étrangler le policier qui avait émis le constat d’infraction.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon le Collectif contre l’Islamophobie en France, la situation se serait envenimée car l’agent aurait tiré sur le foulard islamique et qu’il aurait bousculé la mère de la femme voilée.

Cette même organisation a invité le ministre de l’Intérieur à réprimer les attaques et les injures visant des cibles musulmanes.

Samedi soir, la brigade de lutte contre les émeutes a été déployée à Trappes pour éviter tout débordement mais l’atmosphère semblait calme.

Depuis 2011, le voile intégral est banni de l’espace public en France, ce qui a soulevé bon nombre de confrontations.

Les partisans de la mesure y voient une façon de protéger le caractère laïc de l’État tandis que ses détracteurs estiment plutôt qu’elle contribue à ostraciser une portion de la communauté musulmane.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur