Adieux à une dame choquée

Partagez
Tweetez
Envoyez

Je commence par des adieux aux lecteurs. J’ai bien des chats à fouetter, trop de travail, de l’ordre à mettre en mon désordre. C’est pourquoi je dois renoncer, avec regrets, à cette chronique, pour le moment. D’aucuns en seront ravis, comme Solange Rabi que j’ai choquée. Elle me le dit vertement dans un message que vous pouvez lire sur Internet après ma chronique sur le VIOL.

Solange est d’abord choquée qu’un journal tel que L’EXPRESS DE TORONTO ait osé publier mon texte. Elle aimerait sans doute que le journal de ses rêves soit le reflet de son comportement religieux bien pensant. Un tel canard perdrait vite ses plumes dans une société de gens qui ont pris la triste habitude de raisonner plutôt que se conformer! L’EXPRESS accueille toutes les opinions, même la vôtre, chère Solange. C’est cette ouverture d’esprit qui fait la force et la liberté d’un journal.

Chère Solange, vous m’accusez ensuite de «parler de ce que je ne connais pas », en particulier de la Bible. Je vous rassure tout de suite. J’ai été élevé dans la religion chrétienne et j’ai passé plusieurs années de ma vie dans un collège de jésuites. On nous faisait réciter une prière avant et une prière après chaque activité. Cela devait bien faire trente par jour ! L’âge de raison venant, j’ai été vite saturé d’oraisons.

Quant à la Bible, on en lisait copieusement des extraits, chaque jour. C’était une Bible expurgée, édulcorée, qu’on avalait comme un roman de cow-boys. L’idée m’est venue tardivement de lire la vraie Bible.

J’en ai été tellement stupéfait, choqué, comme vous, que j’ai écrit un bouquin que je vous conseille vivement, LE PIED DE DIEU, LECTURE IRRESPECTUEUSE DE LA BIBLE*. Je vous défie, chère Solange, de trouver une citation erronée dans ce texte. Elles sont toutes reproduites de la traduction de la Bible hébraïque d’Édouard Dhorme, Paris, Gallimard, Pléiade, 1956.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vous me chicanez parce que, selon vous, il ne faudrait pas accuser Dieu d’avoir donné aux filles de Loth l’idée de violer leur père. C’est elles toutes seules qui ont pris cette belle initiative. Ben voyons, puisque c’est vous qui le savez ! (À moi, Dieu ne dit jamais rien, le cachotier !) Je vous rappelle, au passage, l’injonction divine, que nous serine la Bible : «Croissez et multipliez!». Vous tenez à excuser ces filles incestueuses qui venaient de Sodome et Gomorrhe, ajoutant délicieusement : «Elles avaient été à bonne école» ! Quant au viol des vaincues, il s’insère dans la logique de peuplement des Hébreux.

Je vous remercie de me rappeler que la Bible ne rapporte pas la parole de Dieu, comme le prétendent les religions, mais raconte en fait les turpitudes des hommes.

Allons jusqu’au bout. La Bible, comme les Évangiles, est un bricolage d’histoires. Ce sont les hommes qui ont façonné un dieu à leur image, et non le contraire. Affirmer que: «Dieu est un être infiniment bon…» comme on l’apprenait au catéchisme, est démenti par toutes les catastrophes naturelles, les épidémies, les guerres.

Devant le mystère de la vie, s’il faut croire en une force créatrice supérieure, pourquoi ne pas admettre comme l’astronome en chef du Vatican, le Révérend Père Jose Gabriel Funes (Associated Press, May 14, 2008) : LE VATICAN EST MAINTENANT D’ACCORD AVEC LES EXPLICATIONS SCIENTIFIQUES DE DIEU.

L’une des théories explicatives de la création est bien celle du big bang. Le savant romain nous dit que la relation entre foi et science est une des préoccupations du Pape. Il affirme, et cela va dans votre sens, Solange, que la Bible n’est pas une science. On s’en serait douté. C’est de la littérature, comme le catéchisme et toutes les religions. Cela ne l’empêche évidemment pas de prêcher ce qui lui passe par la tête.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vous concluez, chère Solange, et nous serons d’accord avec vous : «Avant d’affirmer, encore faut-il savoir ou chercher à savoir»

*Toronto, GREF, 2001, traduction anglaise: Peter Seyffert, THE FOOT OF GOD, order on line: trafford.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur