Abondance de dollars…

Partagez
Tweetez
Envoyez

Quatre grandes banques canadiennes ont annoncé des résultats exceptionnels pour l’exercice 2005. Profits nets combinés de plus de 11 milliards $. A-t-on besoin de vous dire qu’il s’agit de profits records? Ces banques, qui encaissent tout cet argent, sont la Royale (la plus grande au Canada), la Scotia, la TD et la Banque de Montréal.

La conjoncture des dernières années a été excellente pour ces institutions, qui ont multiplié les prêts hypothécaires, grâce à des taux d’intérêt extrêmement bas et à un engouement pour l’immobilier particulièrement féroce dans les grands centres urbains du pays.

Bonne nouvelles pour les investisseurs, mais pour les clients, il est difficile de demeurer calme à la lecture des pages financières portant sur les résultats bancaires. Les frais de transaction se multiplient dans les banques et on ne tend pas vers une baisse des coûts, au contraire. Les économistes sont d’avis que l’année 2006 sera un peu moins profitable aux banques, en raison de la hausse des taux d’intérêt.

Mais, en même temps, les institutions financières pourraient profiter de la décision du ministre fédéral des Finances d’abaisser les impôts sur les dividendes, très populaires dans les banques, ce qui pourrait attirer les investisseurs. Devant une telle abondance d’argent, est-ce que le gouvernement doit vraiment donner son aval aux fusions bancaires pour permettre aux institutions d’être plus «concurrentielles»? Est-ce vraiment nécessaire?

Les chiffres

Royale: profit net de 3,4 milliards $
Scotia: profit net de 3,2 milliards $
BMO: profit net de 2,4 milliards $
TD: profit net de 2,3 milliards $
Banque CIBC: perte nette de 32 millions $

La CIBC coupe

La Banque CIBC fait bande à part dans l’avalanche de milliards. L’institution a annoncé une perte nette pour l’année 2005 de 157 millions $ en raison de provisions prises pour couvrir les litiges liés à l’affaire Enron, des provisions de près de 3 milliards $. Résultat: la CIBC supprime 900 emplois et va éliminer également 15% de son personnel cadre. L’objectif est de réduire de 250 millions $ ses dépenses annuelles. La 5e banque en importance au pays a indiqué avoir modifié ses règles de gouvernance et sa structure de rémunération.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Domtar ferme et supprime

Domtar poursuit son plan de restructuration et abolit 1 600 postes dans ses usines du Québec et de l’Ontario. Au nombre des usines fermées, on compte celle de -Cornwall, qui va mettre fin de façon définitive à ses activités.

Ce sont 500 emplois qui sont supprimés et s’ajoutent aux 390 postes abolis en décembre 2004. On note aussi la fermeture de deux machines à papier à Ottawa-Gatineau. La société est affectée par différents coûts jugés élevés, tels que la fibre et l’énergie. Le dollar canadien à 85 cents US nuit également à un exportateur comme Domtar. La société est d’avis également que ses coûts de main-d’oeuvre ne sont pas assez bas.

Baisse du chômage

Le taux de chômage en Ontario a baissé de 3/10 en novembre à 6,1% en raison du fait qu’il y a moins de personnes à la recherche d’un emploi. Par ailleurs, il s’est créé 1400 emplois seulement. Voici les statistiques pour quelques villes ontariennes avec, entre parenthèses, la donnée du mois précédent:

Toronto: 6,4% (6,6)
Hamilton: 5,8% (5,9)
Kitchener: 5,7% (5,7)
London: 6,8% (6,6)
Oshawa: 6,0% (6,2)
St. Catharines-Niagara: 7,1% (7,9)

Gérald Fillion anime Capital Actions à RDI, du lundi au vendredi à 18h30.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur