À travers la photo, le collage et le bois: un «flow» de créativité

Trois artistes à l'Otto Space dans le Chinatown Est

Stephen Redlich, Martine Côté, Josée Duranleau (Photo: Martine Côté)

Stephen Redlich, Martine Côté, Josée Duranleau (Photo: Martine Côté)


9 octobre 2017 à 8h20

À l’occasion de leur première exposition commune, intitulée FLOW, du 19 au 22 octobre à l’Otto Space, L’Express a rencontré la collagiste Josée Duranleau, la photographe Martine Côté et le designer de mobilier Stephen Redlich.

L’Otto Space, au 652 rue Gerrard, dans le Chinatown de l’Est de Toronto, c’est le studio de Stephen Redlich. Recouvert d’une fresque murale très colorée à l’extérieur, sobre et moderne à l’intérieur, l’espace révèle dans son arrière-boutique un grand atelier de travail du bois.

De grosses machines, l’odeur de la sciure, des mobiliers modernes en création, ambiance…

Féminisme

Josée Duranleau travaille la matière, crée des œuvres qu’elle observe ensuite prendre des formes inattendues.

Elle utilise des personnages féminins forts: Frida Kahlo, Joséphine Baker, Billie Holiday… S’affirmant en tant que féministe «jusqu’au boutte», Josée est passionnée par les années 20 et les femmes de cette époque.

«Dans les années 20, les femmes se sont coupé les cheveux, elles ont raccourci les robes, elles ont commencé à fumer, danser, sortir… C’était comme le début de la libération des femmes.»

Selon elle, les femmes sont sous-représentées dans le milieu de l’art, comme dans beaucoup d’autres domaines.

En tant qu’artiste, et en tant que femme, c’est aussi cette représentation qu’elle cherche à exprimer à travers ses œuvres.

Équilibre rationalité/sensibilité

Martine Côté a rencontré Josée il y a seulement quelques mois, et elle l’a présentée à Stephen, une des premières personnes qu’elle a rencontrée à Toronto. L’idée de faire une exposition commune s’est faite naturellement.

«C’était assez naturel qu’on s’intègre les uns aux autres, dans nos flows artistiques, car il y a une certaine cohérence dans l’énergie qu’on travaille par l’art», assure la jeune femme.

À travers ses photographies, Martine adopte, plus qu’une méthode, un langage visuel qui fait appel au temps (ses photos nécessitent de longues expositions), au mouvement (elle travaille l’hydrographie), mais aussi à la lumière (elle aime travailler au crépuscule).

C’est leur passé commun dans le domaine de la communication et du marketing qui a également motivé les deux femmes à se lancer dans le projet FLOW, qu’elles pourraient promouvoir elles-mêmes.

«Mon art est abstrait, mais ma démarche est très structurée, quasiment mathématique à certains égards», confie Martine.

C’est aussi ce qui réunit les trois artistes: un rationalisme, de par leur passé, dont découle finalement l’essence d’une forte sensibilité, qui s’exprime à travers leur création.

Dialogue et temps

Stephen Redlich a été ingénieur en aéronautique et développeur de logiciels.

L’artiste relie son activité passée à son présent de créateur de mobilier: il continue de construire, de développer un travail très détaillé, fin et rationnel. Il a toujours la même fascination pour la structure. Il indique cependant qu’aujourd’hui, il est plus libre dans un travail qu’il décrit comme plus «organique».

Avec FLOW, Josée, Martine et Stephen font dialoguer leurs œuvres, dans un rapport au temps très fort.

Josée et son attrait pour le vintage et les années 20, Martine qui, en plus que de capturer un instant, travaille sur la longueur de cet instant dans sa création, et Stephen, inspiré par d’anciens courants artistiques comme le cubisme, et qui travaille le bois, un matériau ancien qui évolue dans le temps.

Ce dialogue entre leurs œuvres, les artistes sont d’accord pour ne pas en dire plus qu’il n’en faut aux spectateurs pour regarder leur travail. Ils s’accordent sur le fait que l’interprétation d’une œuvre est subjective, et que, parfois, ce que dit un public de leur travail dépasse ce à quoi eux-mêmes avaient pensé en créant.

L’art, c’est un dialogue entre les œuvres, entre les artistes, mais aussi avec les spectateurs.

Pour découvrir l’exposition FLOW, rendez-vous à l’Otto Space le 19 octobre de 18h à 21h pour le vernissage, et du 20 au 22 octobre de 11h à 18h pour l’exposition.

Oeuvres des trois artistes
Oeuvres des trois artistes

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur