À travers la photo, le collage et le bois: un «flow» de créativité

Trois artistes à l'Otto Space dans le Chinatown Est

Stephen Redlich, Martine Côté, Josée Duranleau (Photo: Martine Côté)


9 octobre 2017 à 8h20

À l’occasion de leur première exposition commune, intitulée FLOW, du 19 au 22 octobre à l’Otto Space, L’Express a rencontré la collagiste Josée Duranleau, la photographe Martine Côté et le designer de mobilier Stephen Redlich.

L’Otto Space, au 652 rue Gerrard, dans le Chinatown de l’Est de Toronto, c’est le studio de Stephen Redlich. Recouvert d’une fresque murale très colorée à l’extérieur, sobre et moderne à l’intérieur, l’espace révèle dans son arrière-boutique un grand atelier de travail du bois.

De grosses machines, l’odeur de la sciure, des mobiliers modernes en création, ambiance…

Féminisme

Josée Duranleau travaille la matière, crée des œuvres qu’elle observe ensuite prendre des formes inattendues.

Elle utilise des personnages féminins forts: Frida Kahlo, Joséphine Baker, Billie Holiday… S’affirmant en tant que féministe «jusqu’au boutte», Josée est passionnée par les années 20 et les femmes de cette époque.

«Dans les années 20, les femmes se sont coupé les cheveux, elles ont raccourci les robes, elles ont commencé à fumer, danser, sortir… C’était comme le début de la libération des femmes.»

Selon elle, les femmes sont sous-représentées dans le milieu de l’art, comme dans beaucoup d’autres domaines.

En tant qu’artiste, et en tant que femme, c’est aussi cette représentation qu’elle cherche à exprimer à travers ses œuvres.

Équilibre rationalité/sensibilité

Martine Côté a rencontré Josée il y a seulement quelques mois, et elle l’a présentée à Stephen, une des premières personnes qu’elle a rencontrée à Toronto. L’idée de faire une exposition commune s’est faite naturellement.

«C’était assez naturel qu’on s’intègre les uns aux autres, dans nos flows artistiques, car il y a une certaine cohérence dans l’énergie qu’on travaille par l’art», assure la jeune femme.

À travers ses photographies, Martine adopte, plus qu’une méthode, un langage visuel qui fait appel au temps (ses photos nécessitent de longues expositions), au mouvement (elle travaille l’hydrographie), mais aussi à la lumière (elle aime travailler au crépuscule).

C’est leur passé commun dans le domaine de la communication et du marketing qui a également motivé les deux femmes à se lancer dans le projet FLOW, qu’elles pourraient promouvoir elles-mêmes.

«Mon art est abstrait, mais ma démarche est très structurée, quasiment mathématique à certains égards», confie Martine.

C’est aussi ce qui réunit les trois artistes: un rationalisme, de par leur passé, dont découle finalement l’essence d’une forte sensibilité, qui s’exprime à travers leur création.

Dialogue et temps

Stephen Redlich a été ingénieur en aéronautique et développeur de logiciels.

L’artiste relie son activité passée à son présent de créateur de mobilier: il continue de construire, de développer un travail très détaillé, fin et rationnel. Il a toujours la même fascination pour la structure. Il indique cependant qu’aujourd’hui, il est plus libre dans un travail qu’il décrit comme plus «organique».

Avec FLOW, Josée, Martine et Stephen font dialoguer leurs œuvres, dans un rapport au temps très fort.

Josée et son attrait pour le vintage et les années 20, Martine qui, en plus que de capturer un instant, travaille sur la longueur de cet instant dans sa création, et Stephen, inspiré par d’anciens courants artistiques comme le cubisme, et qui travaille le bois, un matériau ancien qui évolue dans le temps.

Ce dialogue entre leurs œuvres, les artistes sont d’accord pour ne pas en dire plus qu’il n’en faut aux spectateurs pour regarder leur travail. Ils s’accordent sur le fait que l’interprétation d’une œuvre est subjective, et que, parfois, ce que dit un public de leur travail dépasse ce à quoi eux-mêmes avaient pensé en créant.

L’art, c’est un dialogue entre les œuvres, entre les artistes, mais aussi avec les spectateurs.

Pour découvrir l’exposition FLOW, rendez-vous à l’Otto Space le 19 octobre de 18h à 21h pour le vernissage, et du 20 au 22 octobre de 11h à 18h pour l’exposition.

Oeuvres des trois artistes
Oeuvres des trois artistes

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La campagne «Bonjour Welcome» gagne Durham-Peterborough

Bonjour Welcome Durham
Après la région de York, au nord de Toronto, c’est la région de Durham-Peterborough, à l’est, qui se met au «Bonjour Welcome». Le mercredi...
En lire plus...

22 février 2018 à 18h22

Débat sur l’Université franco dans l’atrium de Radio-Canada

L'atrium de Radio-Canada accueillera le Grand débat sur l'Université de l'Ontario français.
#universiteONfr le 6 mars
En lire plus...

22 février 2018 à 14h00

Droits constitutionnels: les francophones doivent-ils envier les Autochtones?

Justin Trudeau Premières Nations
Beaucoup d'engagements, peu d'actions
En lire plus...

22 février 2018 à 13h00

Maven rejoint la course de l’autopartage à Toronto

Les voitures Maven arrivent à Toronto
Un nouvel acteur de l’autopartage, Maven, associée à General Motors, vient d’arriver à Toronto. On comptait déjà des entreprises comme Zip Car, Car2Go ou Car...
En lire plus...

22 février 2018 à 12h30

Le sel de mer pas plus santé que le sel de table

sel de mer
On tire de plus en plus la sonnette d’alarme quant à notre consommation de sel: un Canadien moyen avalerait 3400 mg de sodium par jour,...
En lire plus...

22 février 2018 à 11h00

La Cour supérieure de justice augmente sa capacité bilingue

Sandra Nishikawa
Une magistrature davantage en mesure d'utiliser les deux langues officielles
En lire plus...

22 février 2018 à 9h30

La valeur d’une entrevue d’information

access-employment-speed-mentoring
L’une des meilleures sources d’information sur les actualités d’une profession ou d’une industrie consiste à parler aux personnes qui travaillent dans le domaine.
En lire plus...

22 février 2018 à 7h00

À la découverte de la francophonie canadienne

Corridor patrimoine
Le Corridor patrimonial, culturel et touristique ouvert dès ce printemps
En lire plus...

21 février 2018 à 18h08

Quand le sport blesse le cerveau

Olympiques-hockey-commotion-cerveau
Risques élevés de blessures à la tête en ski, hockey, patinage, luge
En lire plus...

21 février 2018 à 16h00

Winter Stations sur le thème de la révolte

À la plage Woodbine jusqu'au 1er avril
En lire plus...

21 février 2018 à 14h14

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur