À travers la photo, le collage et le bois: un «flow» de créativité

Trois artistes à l'Otto Space dans le Chinatown Est

Stephen Redlich, Martine Côté, Josée Duranleau (Photo: Martine Côté)

Stephen Redlich, Martine Côté, Josée Duranleau (Photo: Martine Côté)


9 octobre 2017 à 8h20

À l’occasion de leur première exposition commune, intitulée FLOW, du 19 au 22 octobre à l’Otto Space, L’Express a rencontré la collagiste Josée Duranleau, la photographe Martine Côté et le designer de mobilier Stephen Redlich.

L’Otto Space, au 652 rue Gerrard, dans le Chinatown de l’Est de Toronto, c’est le studio de Stephen Redlich. Recouvert d’une fresque murale très colorée à l’extérieur, sobre et moderne à l’intérieur, l’espace révèle dans son arrière-boutique un grand atelier de travail du bois.

De grosses machines, l’odeur de la sciure, des mobiliers modernes en création, ambiance…

Féminisme

Josée Duranleau travaille la matière, crée des œuvres qu’elle observe ensuite prendre des formes inattendues.

Elle utilise des personnages féminins forts: Frida Kahlo, Joséphine Baker, Billie Holiday… S’affirmant en tant que féministe «jusqu’au boutte», Josée est passionnée par les années 20 et les femmes de cette époque.

«Dans les années 20, les femmes se sont coupé les cheveux, elles ont raccourci les robes, elles ont commencé à fumer, danser, sortir… C’était comme le début de la libération des femmes.»

Selon elle, les femmes sont sous-représentées dans le milieu de l’art, comme dans beaucoup d’autres domaines.

En tant qu’artiste, et en tant que femme, c’est aussi cette représentation qu’elle cherche à exprimer à travers ses œuvres.

Équilibre rationalité/sensibilité

Martine Côté a rencontré Josée il y a seulement quelques mois, et elle l’a présentée à Stephen, une des premières personnes qu’elle a rencontrée à Toronto. L’idée de faire une exposition commune s’est faite naturellement.

«C’était assez naturel qu’on s’intègre les uns aux autres, dans nos flows artistiques, car il y a une certaine cohérence dans l’énergie qu’on travaille par l’art», assure la jeune femme.

À travers ses photographies, Martine adopte, plus qu’une méthode, un langage visuel qui fait appel au temps (ses photos nécessitent de longues expositions), au mouvement (elle travaille l’hydrographie), mais aussi à la lumière (elle aime travailler au crépuscule).

C’est leur passé commun dans le domaine de la communication et du marketing qui a également motivé les deux femmes à se lancer dans le projet FLOW, qu’elles pourraient promouvoir elles-mêmes.

«Mon art est abstrait, mais ma démarche est très structurée, quasiment mathématique à certains égards», confie Martine.

C’est aussi ce qui réunit les trois artistes: un rationalisme, de par leur passé, dont découle finalement l’essence d’une forte sensibilité, qui s’exprime à travers leur création.

Dialogue et temps

Stephen Redlich a été ingénieur en aéronautique et développeur de logiciels.

L’artiste relie son activité passée à son présent de créateur de mobilier: il continue de construire, de développer un travail très détaillé, fin et rationnel. Il a toujours la même fascination pour la structure. Il indique cependant qu’aujourd’hui, il est plus libre dans un travail qu’il décrit comme plus «organique».

Avec FLOW, Josée, Martine et Stephen font dialoguer leurs œuvres, dans un rapport au temps très fort.

Josée et son attrait pour le vintage et les années 20, Martine qui, en plus que de capturer un instant, travaille sur la longueur de cet instant dans sa création, et Stephen, inspiré par d’anciens courants artistiques comme le cubisme, et qui travaille le bois, un matériau ancien qui évolue dans le temps.

Ce dialogue entre leurs œuvres, les artistes sont d’accord pour ne pas en dire plus qu’il n’en faut aux spectateurs pour regarder leur travail. Ils s’accordent sur le fait que l’interprétation d’une œuvre est subjective, et que, parfois, ce que dit un public de leur travail dépasse ce à quoi eux-mêmes avaient pensé en créant.

L’art, c’est un dialogue entre les œuvres, entre les artistes, mais aussi avec les spectateurs.

Pour découvrir l’exposition FLOW, rendez-vous à l’Otto Space le 19 octobre de 18h à 21h pour le vernissage, et du 20 au 22 octobre de 11h à 18h pour l’exposition.

Oeuvres des trois artistes
Oeuvres des trois artistes

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Charismatiques mais en voie de disparition

Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar. (Photo: Pixabay)
Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar
En lire plus...

9 décembre 2017 à 10h00

L’évolution continue en ville

Pinson de Phoenix, Haemorhous mexicanus. (Photo: Daderot — Wikimedia Commons)
De nouvelles espèces urbaines
En lire plus...

9 décembre 2017 à 8h30

Les premiers Russes en Alaska

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)
Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand
En lire plus...

9 décembre 2017 à 7h00

Des lumières d’hiver et une patinoire à la Place de l’Ontario

La patinoire synthétique de la Place de l'Ontario. (Photo: ministère du Tourisme)
Un feu de camp les fins de semaine
En lire plus...

8 décembre 2017 à 14h00

Raymond Théberge clarifie sa position et obtiendra la nomination

Raymond Théberge. (Photo: L'Acadie Nouvelle)
Le prochain commissaire aux langues officielles a clarifié sa position sur le bilinguisme à la Cour suprême, mais son ambivalence initiale a fait tiquer...
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h44

Engouement pour Montessori à London

La pédagogie Montessori mise beaucoup sur l'expérience sensorielle, le travail manuel et l'esthétique.
L'enseignement alternatif se porte bien en Ontario
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h30

Des algues pour nettoyer l’eau des fermes à crevettes

Micro-algae-growing-in-the-lab-web-2583d4f397199d3d844bf90e8eb8caa72cf74eaf
Et traiter d'autres eaux industrielles?
En lire plus...

8 décembre 2017 à 11h00

150 ans, 150 nouvelles, 150 mots

Collectif sous la direction de Charles Leblanc, Bref, nouvelles, Saint-Boniface, Éditions du Blé, 2017, 122 pages, 19,95 $.
Lancement à la Librairie Mosaïque de Toronto
En lire plus...

8 décembre 2017 à 10h00

Le tiers des radios communautaires en péril

Un jeune bénévole de la radio CKRP, fondée en 1996 par l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. (Photo: CKRP)
Les médias francos n’ont reçu aucune indication leur permettant de compter sur le prochain Plan d’action fédéral.
En lire plus...

8 décembre 2017 à 9h00

La concentration continue de se développer jusqu’à 25 ans

La capacité à se concentrer ne serait pas encore pleinement développée chez les ados. (Photo: Mike Poresky - Flickr)
Cela expliquerait le déficit d'attention chez bien des ados
En lire plus...

8 décembre 2017 à 7h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur