À la recherche des Mères de l’Acadie

L’ADN au service de la généalogie

Voix acadienne

Grâce à sa généalogie compilée par Claude Arsenault, Ginette Arsenault a découvert qu’elle est une descendante directe d’une des mères fondatrices de l’Acadie dont le prénom est Catherine et dont on ne sait pratiquement rien. Son échantillon d’ADN sera précieux aux chercheurs du projet Mothers of Acadia.


6 juin 2018 à 10h00

Ginette Arsenault, fille de Louise (à Félix) Arsenault, est une descendante directe d’une des premières femmes en Acadie, Catherine, dont on ne sait même pas le nom de famille. Ginette Arsenault est capable de remonter sa lignée jusqu’à cette Catherine exclusivement par les femmes dans sa famille.

Cela fait de Ginette une candidate idéale au projet «Mothers of Acadia» (Mères de l’Acadie), que mènent le généalogiste Stephen White et une collègue américaine, Lucie LeBlanc-Consentino.

Le but de ce projet est d’établir, une fois pour toutes, qui étaient les Mères de l’Acadie et surtout, si elles étaient des Acadiennes d’origine française ou des femmes issues des Premières Nations.

Une rencontre fortuite

Claude Arsenault est un généalogiste bien connu. Comme la plupart des gens, il a besoin de temps à autre d’une coupe de cheveux. C’est ainsi qu’il y a quelques mois, il s’est retrouvé dans le salon de Ginette Arsenault à Richmond.

«En parlant avec Ginette, j’ai expliqué que je faisais des chartes de généalogie. Et Ginette m’a montré un très beau calendrier qu’elle a fait faire pour les membres de sa famille. J’ai décidé de faire sa généalogie», a expliqué Claude Arsenault, qui déborde d’enthousiasme pour le projet des Mères de l’Acadie.

Une fois sa charte compilée, il a constaté que Ginette était une descendante directe de cette mère de l’Acadie, Catherine, dont on ne sait presque rien. «J’ai aussi découvert que nous étions cousins au 3e degré. J’ai communiqué avec les responsables du projet des Mères de l’Acadie et j’ai aussi parlé de ce projet avec Ginette», poursuit Claude Arsenault.

Recours à l’ADN

Ginette Arsenault, de son côté, s’est sentie interpellée par cette recherche. «Quand il m’a parlé de ce projet, je n’ai pas hésité. J’ai commandé le kit pour fournir un échantillon d’ADN au projet. D’après ce que je comprends, les chercheurs seront capables de déterminer l’origine exacte de cette fameuse Catherine. Quand je pense à cela, les larmes me montent aux yeux», admet Ginette Arsenault.

La coiffeuse acadienne est la première personne de l’Île-du-Prince-Édouard à participer au projet. Elle est aussi la première femme identifiée comme ayant une ligne directe confirmée avec la fameuse Catherine des années 1680.

Les échantillons d’ADN sont un élément clé de la recherche. Sur les sites web reliés à ce projet, on trouve une liste d’environ 80 femmes qui auraient, pour ainsi dire, donné naissance à l’Acadie. La fameuse Catherine se trouve au numéro 74.

Ginette va fournir sous peu, si ce n’est déjà fait, son échantillon d’ADN à la compagnie Family Tree ADN, qui transmettra ses résultats d’ici quelques semaines aux chercheurs responsables du projet. «J’ai vraiment très hâte de savoir», a indiqué Ginette Arsenault.

Et tout cela est arrivé grâce à une coupe de cheveux.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur