55% des jeunes catholiques de Toronto ne savent pas pourquoi le pape a abdiqué (et au moins 1 n’est pas d’accord)

Sondage dans deux écoles secondaires

Le livre se referme sur le pontificat de Benoît XVI.

5 mars 2013 à 10h33

87% des élèves des deux écoles secondaires catholiques de langue française de Toronto, Saint-Frère-André au centre-ville et Monseigneur-de-Charbonnel dans le nord, étaient au courant que le pape Benoît XVI avait annoncé sa démission le 11 février dernier, mais 55% d’entre eux ont avoué ne pas savoir pourquoi.

C’est ce qui ressort d’un sondage mené au cours des deux dernières semaines pour L’Express, par un stagiaire coop du journal, dans les classes de 10e, 11e et 12e des deux écoles. Les élèves ont répondu à nos questions par écrit.

La nouvelle de la «démission» du pape n’est pas passée inaperçue chez ces jeunes, mais les réactions sont partagées sur sa pertinence pour eux.

Est-ce la faute des médias si plusieurs d’entre eux ne connaissaient pas les raisons du départ du pape (la chrétienté a besoin d’un pape plus vigoureux physiquement, a-t-il expliqué lui-même) ou est-ce que les élèves eux-mêmes n’ont pas pris le temps de s’informer, par manque d’intérêt?

Et quelques étudiants ont en effet répondu: «Who cares?», «Je m’en fiche». La plupart des répondants au sondage ont cependant manifesté de l’intérêt et ont trouvé positif le fait d’aborder le sujet.

Démission, départ ou… abandon

Partout dans les médias, le mot «démission» a été associé à cette grosse nouvelle. Nous avons demandé aux élèves si c’était bien là le mot qui convenait pour décrire la décision du pape. Sans surprise, c’est aussi le mot «démissionner» qu’ont choisi une majorité des élèves des deux écoles catholiques que nous avons rencontré

22% d’entre eux ont cependant indiqué que le mot «abandonner» décrivait mieux l’action du pape.

Un élève en particulier s’est indigné: «Le pape nous a abandonnés. Ça faisait 600 ans qu’un pape n’avait pas ‘démissionné’. Tous les autres papes sont restés pour nous, jusqu’à la mort. Il est la représentation du Christ sur Terre, il ne peut pas juste décider de partir et nous laisser…»

La moitié des jeunes francophones de Toronto qui vont à une école française sont dans le système catholique. Ils sont plus nombreux dans le reste de la province, qui compte huit conseils scolaires catholiques, mais seulement quatre conseils scolaires publics, c’est-à-dire non confessionnels.

Un grand nombre de jeunes catholiques, toutefois, ne sont pas impliqués autrement dans la communauté dirigée par le pape.

Un pape canadien?

Parmi les cardinaux mentionnés comme successeurs possibles de Benoit XVI, on retrouve le Québecois Marc Ouellet.

Première nouvelle, là aussi, pour bon nombre de jeunes rencontrés par L’Express dans le cadre de ce sondage sans prétention. Mais la perspective d’un pape d’origine canadienne ne manque pas de piquer leur curiosité.

Le pape Benoît XVI nous quitte. C’est un événement qui peut nous rapprocher comme communauté catholique. Les jeunes des écoles catholiques françaises représentent le futur de la religion. Pour l’instant, cependant, on constate qu’un grand nombre d’entre eux porte peu d’attention au pape et à ses actions. Le prochain conclave pourra-t-il commencer à changer cela?

* * *
André Varty est étudiant à l’école secondaire catholique Mgr-de-Charbonnel. Il collabore à L’Express dans le cadre d’un stage coop.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur