5000$ pour aider une clinique à rejoindre les francophones

Une partie de l'équipe de Reflet Salvéo: Nicholas Ng, Joyce Irvine, Patrick Padja, Isabelle Girard, Sylvie Lavoie, Gilles Marchildon, Pascale Andriamamonjy et Dave Champagne.


30 août 2017 à 14h56

Reflet Salvéo a lancé son quatrième concours annuel Ma communauté s’engage qui remettra 5000$ à l’organisme qui lui aura soumis, d’ici le 15 novembre, le meilleur projet de développement communautaire sur le thème de l’optimisation de la collaboration entre des agences de santé francophones et anglophones de la région.

«Il s’agit d’approcher un fournisseur de services de santé majoritairement anglophone (par exemples, centre de santé communautaire ou clinique sans rendez-vous), en vue de l’aider à mieux rejoindre notre communauté», a expliqué le directeur général Gilles Marchildon, lors de l’assemblée générale annuelle de Reflet Salvéo mardi soir à l’hôpital Women’s College.

Chaque année, le thème met l’accent sur un enjeu particulier des services de santé en français. La subvention sera remise lors d’un événement spécial le 12 décembre.

Financement continu

La cinquantaine de personnes qui ont participé à l’AGA ont aussi entendu un représentant du Réseau d’intégration des services de santé de Toronto (RLISS) indiquer qu’il va augmenter son financement pour former davantage d’intervenants à «l’offre active» de services en français, pour offrir davantage de services de réhabilitation aux Centres d’Accueil Héritage, et pour réduire le temps d’attente pour l’obtention de services de santé mentale au Centre francophone.

Présidé par Isabelle Girard (la directrice des CAH), Reflet Salvéo est l’entité qui conseille les RLISS de Toronto-Centre, Mississauga Halton et Centre-Ouest (Etobicoke Nord, Brampton et au-delà) en matière de services aux francophones. Les trois RLISS, principales sources de financement de Reflet Salvéo et de nos organismes offrant des services de santé, avaient délégué des représentants à l’AGA.

Tous ont indiqué qu’ils tenaient à ce que le système de santé tienne compte de la diversité culturelle de la région, et qu’ils cherchaient continuellement à améliorer l’expérience des francophones dans le système.

Marlène Thélusma-Rémy, Nathalie Codsi, Alexandra Harfouche.
Marlène Thélusma-Rémy, Nathalie Codsi, Alexandra Harfouche.

Défis et solutions

Ces défis ont d’ailleurs fait l’objet d’une discussion entre la Dre Nathalie Codsi, de l’hôpital Women’s College, l’interprète Alexandra Harfouche et l’activiste Marlène Thélusma-Rémy.

«En santé mentale, la langue est tellement importante», a notamment souligné la Dre Codsi, qui a proposé l’instauration d’un registre des professionnels francophones de la santé dans le Grand Toronto. Elle indique aussi que les étudiants francophones en médecine en Ontario profiteraient d’un cours de terminologie médicale en français.

Des services d’interprétation en français devraient être facilement accessibles dans tous les hôpitaux et cliniques de santé, selon Mme Harfouche.

Selon Mme Thélusma-Rémy, un trop grand nombre de francophones ne connaissent pas tous leurs droits et les services qui leurs sont offerts. L’offre active et la navigation dans le système sont donc toujours à améliorer.

Isabelle Girard, Christian Paquette, Gilles Marchildon.
Isabelle Girard, Christian Paquette, Gilles Marchildon.

Formation à l’offre active

Parmi les récents «bons coups» recensés dans son rapport annuel, Reflet Salvéo mentionne la création d’un poste en santé mentale au Centre francophone, des rencontres plus fréquentes avec les coordonnateurs des services en français des RLISS, ainsi que le développement d’une version francophone du programme «Peer Positive» du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) qui valorise le vécu des patients.

Isabelle Girard et Gilles Marchildon sont également fiers de l’impact de la première formation à l’offre active de services en français à 24 fournisseurs anglophones de services de santé, donnée au Collège Boréal en février. Depuis, plusieurs autres fournisseurs ont manifesté leur intérêt pour le prochain atelier de formation, qui sera aussi donné en ligne.

Novices et vétérans

Reflet Salvéo fonctionne avec un budget annuel dépassant 676 000 $, la plus grosse partie pour les salaires et les honoraires professionnels.

Lors de l’AGA du 29 août, on a modifié les statuts et règlements de façon à ce que les neuf membres du Conseil d’administration ne soient pas tous élus en même temps, afin de garantir la présence d’administrateurs expérimentés aux côtés des nouveaux. Par tirage au sort, le mandat d’un des membres du CA a été écourté d’un an, et les mandats de deux autres prolongés d’un an.

Mentionnons que l’Entité 4 (qui, contrairement à Reflet Salvéo, a conservé sa désignation originelle) dessert le territoire des RLISS Centre (North York et la région de York), Centre Est (Scarborough, Oshawa, Peterborough) et Simcoe Nord Muskoka. Les deux entités francophones couvrant la grande région métropolitaine de Toronto se parlent régulièrement et collaborent à divers projets, a-t-on assuré.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Quiz : Ottawa

En lire plus...

15 juillet 2018 à 7h00

Grande-Rivière-du-Nord, une terre haïtienne de caractère

Haïti
À l'heure du tourisme patrimonial durable
En lire plus...

14 juillet 2018 à 10h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur