4000 Arméniens sauvés par la marine française en 1915

Une exposition bilingue à la Bibliothèque de Toronto

Noms de certains des résistants arméniens du Musa Dagh sur bois, à l'exposition Les 40 jours de Musa Dagh


2 novembre 2017 à 15h14

Du 12 au 14 septembre 1915, la marine française en Méditerranée, sous le commandement du vice-amiral Dartige du Fournet, évacue 4000 Arméniens de la région de Musa Dagh fuyant l’Empire ottoman, qu’elle débarque ensuite à Port-Saïd en Égypte.

L’exposition bilingue Les 40 jours de Musa Dagh : Testament de la résistance au coeur du génocide arménien , pendant tout le mois de novembre au troisième étage de la Bibliothèque de référence de Toronto sur la rue Yonge au nord de Bloor, rappelle ce sauvetage – que raconte Franz Werzel, écrivain originaire de Prague et ami d’enfance de Franz Kafka, dans un roman écrit après un voyage en Syrie en 1930.

C’est à la fois à son roman et aux faits historiques que s’intéresse l’exposition ludique, enrichissante et émouvante, organisée par le Sara Corning Centre for Genocide Education, et le Comité canadien du centenaire du génocide des Arméniens, dans le cadre de la Semaine d’éducation sur l’Holocauste du Sarah and Chaim Neuberger Holocaust Education Center.

Vatché Iskedjian présente l'exposition Les 40 jours de Musa Dagh au maire de Toronto John Tory le 1er novembre.
Vatché Iskedjian présente l’exposition Les 40 jours de Musa Dagh au maire de Toronto John Tory le 1er novembre.

Plus d’un million de morts

Pendant la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman (actuelle Turquie) voit le parti Jeunes Turcs au pouvoir se radicaliser, notamment à cause d’une perte de territoire dans les Balkans et de l’arrivée des Russes, ennemis de l’Empire ottoman à la frontière nord.

L’Empire soupçonne les Arméniens de sympathiser avec les Russes, en plus de craindre leurs élites intellectuelles, et lance au printemps 1915 un grand plan d’éradication de cette population. Jusqu’à la fin de la guerre, les Arméniens sont déportés, et massacrés. Sur 2 000 000 d’Arméniens, 1 300 000 sont exécutés.

Musa Dagh est un mont situé à la frontière de la Turquie et de la Syrie actuelles près de la Méditerranée. En 1915, la population d’Arméniens qui y habite organise une résistance au génocide, avant d’être sauvé par la flotte française.

Photo d'archive de certains des Arméniens de Musa Dagh
Photo d’archive de certains des Arméniens rescapés de Musa Dagh
Image d'archive du débarquement des Arméniens de Musa Dagh en Égypte par la flotte française.
Image d’archive du débarquement des Arméniens de Musa Dagh en Égypte par la flotte française.

L’importance de l’éducation

Déjà présentée à Montréal il y a deux ans pour le centenaire du génocide arménien, l’exposition Les 40 jours de Musa Dagh a été inaugurée à Toronto le 1er novembre en présence du maire John Tory, qui a indiqué y avoir «appris de nouvelles choses».

Le maire a souligné l’importance de la commémoration du génocide arménien, mais aussi la nécessité d’inclure l’Histoire du génocide dans l’enseignement.

«L’Histoire du peuple arménien est aussi notre Histoire», dit-il. «Il est nécessaire de l’enseigner pour mieux comprendre d’autres évènements d’actualité, et empêcher la reproduction de ce genre de crimes».

En effet, plus de 100 ans après, la Turquie refuse toujours de reconnaître ce génocide.

Affiche présentant plusieurs premières de couverture du roman Les 40 jours de Musa Dagh de Franz Werfel.
Affiche présentant plusieurs premières de couverture du roman Les 40 jours de Musa Dagh de Franz Werfel.

Histoire méconnue

Vatché Iskedjian, président de l’association Sara Corning Center for Genocide Education, et descendant des habitants du Musa Dagh sauvés par la marine française, confie à L’Express qu’il espère que la Turquie admette un jour le génocide.

«Plusieurs générations turques ont grandi sans être au courant de ce que leurs ancêtres ont commis sur la population arménienne. Un pays bâti sur un mensonge finira par s’écrouler.»

Il indique que cette exposition et le roman de Franz Werfel «rappellent au monde qu’il y a eu durant le génocide des actes et des événements qui, non seulement ont donné espoir au peuple arménien, mais ont aussi servi de source d’inspiration à d’autres peuples opprimés, comme les Juifs d’Europe durant la période nazie».

Selon lui, l’exposition assure la transmission aux générations futures de l’histoire de ces résistants, à laquelle ont participé ses grands-parents.

«Si l’humanité ne tire pas de leçon des atrocités et des génocides du passé, alors comment pouvons-nous les prévenir à l’avenir? Éduquer les jeunes et le grand public sur ces évènements historiques est la meilleure façon de promouvoir l’harmonie et le respect entre les peuples.»

Greg Chitilian, président du Comité canadien du centenaire du génocide des Arméniens, section Ontario, remet au maire un livre qui résume toutes les activités et tous les événements organisés dans le cadre du centenaire du génocide en 2015.
Greg Chitilian, président du Comité canadien du centenaire du génocide des Arméniens, section Ontario, remet au maire un livre qui résume toutes les activités et tous les événements organisés dans le cadre du centenaire du génocide en 2015.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur