40 km/h en ville?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Réduire la vitesse permise de 50 à 40 km/h sur les boulevards et de 40 à 30 km/h dans les quartiers résidentiels sauveraient des vies.

C’est ce qu’indique le médecin-chef de Toronto, David McKeown, dans un rapport déposé lundi.

Le taux de collision automobile-cycliste et automobile-piéton est presque deux fois plus élevé dans la Ville reine qu’à Montréal, a indiqué la directrice du Service de santé publique de la ville de Toronto, Monica Campbell. Il est aussi trois fois plus élevé qu’à Vancouver.

Environ 3000 cyclistes et piétons sont blessés ou tués annuellement dans des collisions avec des véhicules dans la métropole. Selon le Bureau de la santé publique de Toronto chaque réduction de 10 km/h de la vitesse permise diminuerait le risque d’accident mortel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

« À ce compte-là, on devrait tous marcher », a critiqué le président du comité des Travaux publics, Denzil Minnan-Wong, qui soutient qu’un abaissement de la limite de vitesse serait ignoré par les automobilistes.

De fait, la tendance internationale est à l’élévation des limites de vitesse, notamment sur les autoroutes où 120 km/h est déjà la pratique généralisée, malgré les affiches indiquant 100 km/h. Dans certains pays, il n’y a même aucune limite de vitesse, seulement des lois contre la « conduite dangereuse ».

En ville, il est souvent difficile de s’en tenir à la limite permise sans retarder tout le monde. Les automobilistes sont également frustrés par des limites de 40 km/h sur des artères qui n’ont pas du tout l’air de petites rues de quartier.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur