2026 : l’engouement pour le soccer sera-t-il au rendez-vous?

La Coupe du Monde au Canada, aux États-Unis et au Mexique

En rouge: les joueurs de Cherry Beach/Franco Foot lors de leur dernier match de la saison au stade Monarch Park. (Photo: François Bergeron)
Des équipes d'ados au stade de l'école Monarch Park à Toronto. Il se trouve peut-être parmi eux de futurs joueurs professionnels.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’élection pour l’organisation de la Coupe du Monde de soccer en 2026 a eu lieu à Moscou le 13 juin dernier et c’est le groupe Canada, USA, Mexique qui a été élu par les Fédérations de 200 pays.

L’Amérique du Nord a devancé le Maroc, candidat malheureux pour la cinquième fois malgré un bon dossier et le soutien de nombreux pays avec des ambassadeurs de poids : Messi, Ibrahimovic, Cristiano Ronaldo…

La Coupe du Monde de foot, au même titre que les Jeux olympiques, un événement mondial considérable. En 2014 au Brésil elle a été suivie par 3,2 milliards de personnes, près de la moitié de la planète. Ce chiffre sera beaucoup plus élevé en 2026.

Que peut-on en attendre pour le Canada?

Déjà, l’équipe nationale sera qualifiée d’office comme pays organisateur, ce qui est un gros avantage quand on sait que le Canada ne s’est pas qualifié depuis 1986.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ensuite, et ce dès avril 2019 – c’est une obligation de la FIFA pour tous les pays organisateurs – nous aurons notre propre championnat professionnel, différent de la MLS qui est un championnat américain.

Enfin, le Canada pourra compter sur les revenus générés par la Coupe pour améliorer ses infrastructures et aider les clubs, car le nombre de pratiquants va inévitablement augmenter. Ce fut le cas après la Coupe aux États-Unis en 1994 qui a permis, selon la FIFA, d’atteindre plus de 25 millions de pratiquants de soccer en Amérique du Nord.

Face à cette échéance, les autorités compétentes doivent prendre toute la mesure de cet événement planétaire et se préparer au «Soccer Boom 2026». Un grand élan va naître qui permettra d’avoir, il faut l’espérer, une équipe nationale de haut niveau capable de répondre à la formidable attente des joueurs, des parents, du public et de toute une nation.

On dit aujourd’hui «oui mais 2026 c’est loin… C’est dans huit ans»… Souvenez-vous du sacre de l’Espagne en Afrique de Sud 2010… C’était il y a huit ans, c’était hier!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur