20 000 lieues sous des mers en péril

Partagez
Tweetez
Envoyez

Comédiens en chair et en os partageant la scène avec des marionnettes, check. Décors minimalistes compensés habilement par de la vidéo saisissante, check. Interactivité avec téléphones intelligents et tablettes, check. Personnages masculins et féminins, check. Anglais et français, check. Message sur la protection de l’environnement, check.

Le 20 000 Leagues Under The Sea de Rick Miller et Craig Francis, présenté en «première mondiale» cette semaine au Daniels Spectrum du quartier Regent Park dans le cadre de Panamania, est un spectacle multimédia à la portée de tous les âges qui est appelé à faire le tour du monde.

En entrevue à L’Express, l’animateur, comédien et auteur bilingue Rick Miller (Montréalais d’origine installé à Toronto depuis plusieurs années) indique qu’une version française de son adaptation pour la scène du célèbre roman de Jules Verne est en préparation.

«Nous travaillons sur ce projet depuis trois ans, tous les comédiens sont bilingues et la version française est déjà assez avancée», dit-il.

Même dans la version anglaise actuelle, on entend déjà beaucoup de français, le personnage du professeur Aronnax (une femme ici) étant Français et celui du harponneur Ned Land étant Québécois, s’exprimant en anglais avec un accent et laissant échapper en français les jurons québécois qu’on connaît bien.

Dans 20 000 lieues sous les mers, publié en 1869, Ned Land est effectivement né à Québec et parle français, mais il serait d’abord anglo-saxon. «Qui dit canadien, dit français», écrit Jules Verne pour expliquer l’amitié qui se lie rapidement entre le pêcheur et le scientifique sur le navire parti à la recherche du «monstre marin» qui s’avèrera être le Nautilus du capitaine Nemo… laissant poindre une certaine méconnaissance du Canada chez l’écrivain nantais.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La plus sérieuse entorse au récit original est le remplacement du domestique du professeur Aronnax par un narrateur prénommé Jules, comme l’auteur, qui serait d’ailleurs son héritier spirituel moderne, s’adressant souvent au public en manipulant un petit théâtre de marionnettes.

Rick Miller joue le rôle du capitaine Nemo, un personnage tragique mais adouci ici pour ne pas effrayer les enfants.

On a croisé récemment Rick Miller en tant que maître de cérémonie de la commémoration du 400e anniversaire de la présence française en Ontario devant les ministres de la francophonie canadienne au ROM.

Ces trois dernières années, il a tourné dans le monde avec une autre de ses créations, le spectacle solo Boom (sur l’histoire de notre siècle marquée par le baby-boom).

Avec 20 000 lieues sous les mers, d’abord en anglais, éventuellement en français, il compte sensibiliser gentiment le public à la protection des océans et de cette biodiversité qui est à l’honneur dans l’oeuvre de Jules Verne, tout autant que les progrès de la science et de la technologie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur