20 000 lieues sous des mers en péril


13 juillet 2015 à 17h02

Comédiens en chair et en os partageant la scène avec des marionnettes, check. Décors minimalistes compensés habilement par de la vidéo saisissante, check. Interactivité avec téléphones intelligents et tablettes, check. Personnages masculins et féminins, check. Anglais et français, check. Message sur la protection de l’environnement, check.

Le 20 000 Leagues Under The Sea de Rick Miller et Craig Francis, présenté en «première mondiale» cette semaine au Daniels Spectrum du quartier Regent Park dans le cadre de Panamania, est un spectacle multimédia à la portée de tous les âges qui est appelé à faire le tour du monde.

En entrevue à L’Express, l’animateur, comédien et auteur bilingue Rick Miller (Montréalais d’origine installé à Toronto depuis plusieurs années) indique qu’une version française de son adaptation pour la scène du célèbre roman de Jules Verne est en préparation.

«Nous travaillons sur ce projet depuis trois ans, tous les comédiens sont bilingues et la version française est déjà assez avancée», dit-il.

Même dans la version anglaise actuelle, on entend déjà beaucoup de français, le personnage du professeur Aronnax (une femme ici) étant Français et celui du harponneur Ned Land étant Québécois, s’exprimant en anglais avec un accent et laissant échapper en français les jurons québécois qu’on connaît bien.

Dans 20 000 lieues sous les mers, publié en 1869, Ned Land est effectivement né à Québec et parle français, mais il serait d’abord anglo-saxon. «Qui dit canadien, dit français», écrit Jules Verne pour expliquer l’amitié qui se lie rapidement entre le pêcheur et le scientifique sur le navire parti à la recherche du «monstre marin» qui s’avèrera être le Nautilus du capitaine Nemo… laissant poindre une certaine méconnaissance du Canada chez l’écrivain nantais.

La plus sérieuse entorse au récit original est le remplacement du domestique du professeur Aronnax par un narrateur prénommé Jules, comme l’auteur, qui serait d’ailleurs son héritier spirituel moderne, s’adressant souvent au public en manipulant un petit théâtre de marionnettes.

Rick Miller joue le rôle du capitaine Nemo, un personnage tragique mais adouci ici pour ne pas effrayer les enfants.

On a croisé récemment Rick Miller en tant que maître de cérémonie de la commémoration du 400e anniversaire de la présence française en Ontario devant les ministres de la francophonie canadienne au ROM.

Ces trois dernières années, il a tourné dans le monde avec une autre de ses créations, le spectacle solo Boom (sur l’histoire de notre siècle marquée par le baby-boom).

Avec 20 000 lieues sous les mers, d’abord en anglais, éventuellement en français, il compte sensibiliser gentiment le public à la protection des océans et de cette biodiversité qui est à l’honneur dans l’oeuvre de Jules Verne, tout autant que les progrès de la science et de la technologie.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur