10e Festival du film de l’Union européenne: 28 pays, 28 films

Partagez
Tweetez
Envoyez

Fondée en 1958 par six pays, dont la France et l’Allemagne ennemies pendant la première moitié du XXe siècle, la Communauté économique européenne, devenue l’Union européenne en 1993, comprend aujourd’hui 28 nations, dont 18 ont adopté l’euro comme monnaie commune.

Un simple coup d’oeil sur une carte géographique suggère qu’une dizaine de pays pourraient encore rejoindre cette alliance, tout dépendant de la situation économique et surtout politique de chacun.

Pour l’Islande, la Norvège et la Suisse, qui cultivent une certaine neutralité, un coup de téléphone suffirait. Pour la Serbie, l’Ukraine et surtout la Russie, ce serait historique!

Pour plusieurs Européens, a fortiori pour le reste de la planète, l’Union européenne reste une construction de l’esprit. Malgré cela – ou, peut-être, à cause de cela – elle produit souvent des manifestations artistiques originales.

C’est le cas du Festival du film de l’Union européenne à Toronto, dont la 10e édition se déroulera du 15 au 30 novembre au cinéma Royal (608 rue College), qui réussit pour la première fois à présenter 28 longs-métrages, un pour chacun des 28 pays membres, dont plusieurs premières mondiales ou nord-américaines.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons attiré 8 000 spectateurs l’an dernier et nous comptons faire encore mieux cette année», nous indique le directeur du Festival, Jérémie Abessira, un ancien de Cinéfranco. Le EUFF serait le 10e festival de films en importance à Toronto… qui en compte 76!

C’est aussi l’un des rares festivals où l’entrée pour tous les films (et les discussions qui suivent) est gratuite. (Pour 10$, toutefois, on peut réserver sa place d’avance.) L’événement se finance entièrement par les commandites et les partenariats.

M. Abessira se dit particulièrement fier de pouvoir présenter des films de tous les pays de l’UE, «même de Malte, où il se tourne beaucoup de films d’autres pays, mais dont la production locale est rare».

Comme l’UE, qui regroupe des cultures très différentes, ce festival offre une grande diversité de thèmes, de genres et de techniques. Plusieurs films sont des drames historiques; quelques-uns ont pour thème la musique; les comédies romantiques restent populaires; il y a des drames, des polars, du sport.

Un film italien ouvre le festival, Fasten Your Seatbelts (sur des amours difficiles), qui sera clôturé par un film grec, A Place Called Home (drame familial).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quatre films sont en français ou principalement en français: la sélection de la France, bien sûr, Mon âme par toi guérie (un drame avec une touche de fantastique), mais aussi le film belge Le monde nous appartient (qui commence par un meurtre), le luxembourgeois The Road Uphill (sur les cyclistes Andy et Fränk Schleck), et le portugais La cage dorée (une comédie familiale).

Parmi les invités spéciaux, mentionnons le directeur photo du film français, la réalisatrice grecque, le réalisateur lithuanien, un acteur italien et un acteur slovène.

Chacun des films est-il le «meilleur» de son pays cette année? «C’est celui que chaque service culturel a choisi pour représenter le pays à Toronto», répond diplomatiquement le directeur du festival torontois.  (Il y a deux autres festivals de films européens au Canada, à Ottawa et à Vancouver, avec chacun leur organisation distincte.)

Tous les films sont sous-titrés en anglais. Le site www.eutorontofilmfest.ca est lui aussi en anglais.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur