104 ans plus tard… des excuses pour le Règlement 17


22 février 2016 à 15h21

La première ministre Kathleen Wynne a présenté ce lundi 22 février à l’Assemblée législative de l’Ontario des excuses officielles pour l’adoption en 1912 du Règlement 17 qui interdisait l’enseignement en français dans les écoles.

Face à la mobilisation et la résistance des Franco-Ontariens, le gouvernement a cessé en 1927 d’appliquer le Règlement 17, qui n’a toutefois été formellement aboli qu’en 1944.

«La communauté franco-ontarienne a fait preuve d’un remarquable courage et de ténacité dans sa longue lutte pour s’assurer que la culture francophone fasse partie intégrale de l’Ontario dynamique et prospère que nous connaissons aujourd’hui», a déclaré Mme Wynne.

La résolution, une idée de l’ACFO du Grand Sudbury portée par le nouveau député libéral Glenn Thibeault depuis décembre dernier, a aussi été endossée par les deux partis d’opposition à Queen’s Park.

Le député progressiste-conservateur Steve Clark a présenté des excuses particulières au nom de son Parti, qui était au pouvoir en 1912. «Il y a eu une erreur dans le passé, et il est important de reconnaître cette erreur», a-t-il dit.

La chef du NPD, Andrea Horwath, a mentionné qu’il s’agissait d’une «époque très sombre» dans l’histoire ontarienne.

Le lobby politique des Franco-Ontariens, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, a accueilli ces excuses officielles avec «enthousiasme». «C’est une bonne nouvelle pour notre communauté qui a subi les conséquences néfastes de ce règlement privant toute une génération d’un accès à l’éducation en français», a souligné Denis Vaillancourt, le président de l’AFO.

C’est le Règlement 17 qui avait conduit à la création de l’ancêtre de l’AFO afin de défendre les droits des francophones en Ontario. Le journal Le Droit avait été fondé en 1913 dans le sillage de ces événements.

«Ce geste va permettre de fermer la porte sur un chapitre noir de l’histoire franco-ontarienne», a conclu M. Vaillancourt.

Une foule d’intervenants et de commentateurs lui ont fait écho. C’est ainsi que la présidente du Centre francophone de Toronto, Claire Francoeur, «applaudit le courage de la première ministre de l’Ontario», estimant que «ce Règlement dévastateur a causé un tort sans précédent à la communauté franco-ontarienne».

«Nous pouvons nous réjouir qu’en 2016, malgré le règlement 17, l’éducation pour les francophones a le vent dans les voiles et ne cesse de prendre de l’expansion», ajoute Mme Francoeur, qui est d’ailleurs aussi directrice des communications du Conseil scolaire Viamonde.

C’est en 1984 que l’Ontario a officiellement reconnu le droit de tous les francophones de recevoir une éducation en langue française aux niveaux élémentaire et secondaire. Les francophones ont obtenu la gouvernance complète et exclusive de presque toutes les écoles de langue française de l’Ontario en 1998, via la création de 12 conseils scolaires.

La ministre des Affaires francophones, Madeleine Meilleur, se dit «très fière du travail accompli par les gouvernements qui se sont succédé, dont le nôtre. Ce travail a permis de rebâtir notre relation avec la communauté francophone.»

* * *
À lire aussi dans L’Express: Une petite centaine de manifestants à Queen’s Park pour une université

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur