Visite de la brasserie Steam Whistle

Se rafraîchir en se cultivant


21 août 2012 à 9h15

À deux pas de la Tour du CN et du Centre Rogers se trouve un bâtiment circulaire abritant une des brasseries locales de Toronto, Steam Whistle.

Planté sur l’historique RoundHouse de la rue John, qui servait à réparer les trains arrivant et repartant de la Ville Reine, le bâtiment abrite la brasserie, que l’on peut visiter, mais aussi une galerie d’art et un bar. Le parfait mélange pour passer quelques heures en après-midi lorsque le soleil se fait trop pesant.

Si vous n’avez jamais fait un tour du côté de la brasserie Steam Whistle, vous pourrez apprendre pas mal de choses sur la compagnie, la bière qu’ils font et surtout quelques anecdotes bien sympas sur les fondateurs.

Trois chômeurs

Sur les trois personnes, qui se sont lancées dans le projet, seulement deux sont encore à la tête de la compagnie, Cam Heaps and Greg Taylor. Le troisième larron, Greg Cromwell, les a quittés peu de temps après avoir fondé la compagnie.

Salariés de la brasserie Upper Canada, ils se font virer et décident de partir leur propre compagnie de bière. Si le nom Steam Whistle se rapporte au sifflet qui marquait la fin des quarts de travail pour les employés d’usine – et donc sonnait l’heure de la bière – il se marie bien avec le lieu où s’est implantée la brasserie, un ancien garage à trains. Tchou Tchou…

Au départ, les trois gars ne voulaient pas appeler leur brasserie Steam Whistle, mais Three Fired Guys. Finalement, ils ont abandonné l’idée, mais un petit rappel à cette histoire figure sur chaque bouteille de Steam Whistle, on vous laisse le trouver.

Que de la Pilsner

Depuis 1999 dans cet édifice historique au bord du lac, la brasserie ne prépare qu’une sorte de bière, de la Pilsner, originaire de Plzen, en République tchèque.

Cette bière ne doit contenir que quatre ingrédients: de l’eau, de l’orge, du houblon et de la levure. Décorée de nombreux prix, la Steam Whistle a commencé à conquérir le monde et se vend à l’international.

Toutes les 30 minutes, un employé de Steam Whistle est chargé de faire une visite guidée de la brasserie. On peut y découvrir les salles de fermentation, de transformation et de mise en fût, ou bouteille. C’est assez fou de se dire qu’on peut voir ça en plein milieu de Toronto.

La recette fonctionne puisque selon Steam Whistle, plus de 100 000 personnes ont visité la brasserie l’an passé.
Une galerie d’art

Pour attirer le public, Steam Whistle peut aussi compter sur sa galerie d’art. En effet, chaque mois depuis sa création, la brasserie offre son espace d’accueil à un artiste ou un groupe d’artiste.

Jusqu’à fin août, vous pouvez découvrir l’exposition Down The Rabbit Hole, qui vous plonge dans l’imaginaire des artistes, à la manière d’Alice au pays des merveilles.

Dès septembre l’exposition fera place au Rock’n Roll Art Show, un mélange de photos de concert et d’œuvres abstraites. Le vernissage aura lieu le 5 septembre à partir de 19h.

Avant de quitter le bâtiment, rien de mieux qu’une petite bière au comptoir avant d’affronter la chaleur étouffante de la ville. Santé!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Avec Françoise Sullivan, le McMichael fait un saut dans l’avenir

Entrevue avec Françoise Sullivan sur la rétrospective de son oeuvre de 70 ans au musée McMichael, à Kleinburg, jusqu'au 12 mai.
En lire plus...

17 mars 2019 à 13h00

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur