Vers un bouleversement du système d’éducation de langue française?


7 février 2006 à 15h49

Le Livre blanc rendu public la semaine dernière par l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) a fait l’effet d’un pavé dans la mare en venant relancer de véhémentes discussions sur l’avenir des écoles de langue française en Ontario.

L’une des propositions avancées par le document de 24 pages préconise une collaboration accrue entre conseils scolaires publics et catholiques. Cette dernière pourrait s’effectuer tant au niveau des ressources financières que sur le plan des infrastructures et de la formation des enseignants.

Sur cette question épineuse, les avis sont aussi divergents qu’il existe de parties engagées dans la discussion. Le directeur de l’éducation du Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Bernard Lavallée, reste ferme sur ses positions.

Il affirme demeurer ouvert à un partage accru de ressources entre conseils publics et catholiques «dans les domaines où c’est nécessaire», mais plaide en faveur du maintien du système actuel, qui selon lui, fonctionne très bien.

«Dans la province de l’Ontario, on a un droit constitutionnel de posséder deux systèmes d’enseignement – catholique et public – et les parents ont le droit de choisir entre ces deux options», fait valoir M. Lavallée.

Dans ce même débat, le virage à 180 degrés provient du côté public. Certains acteurs préconisent l’instauration d’un système d’éducation de langue française, à voie unique, laïque, de surcroît.

Des cours de religion y seraient certes dispensés. Cependant, à l’instar de provinces comme le Québec, l’enseignement basé sur la trilogie «foi, langue et culture» n’aurait plus le monopole au sein du système d’enseignement.

Dans le paysage éducatif de l’Ontario où les écoles catholiques se justifient d’une longue tradition, cette prise de position défendue par le président de l’Association des conseillères et des conseillers des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO) fait figure de véritable révolution.

«Comme c’est le cas des autres provinces, l’éducation deviendrait un sys-tè-me basé sur la lan-gue et non plus sur la religion, argue le président de l’organisme, Ronald Marion. Ça ne veut pas dire que l’enseignement religieux ne pourrait pas se dispenser. Il faudrait regarder toutes les alternatives possibles, mais il ne fait aucun doute que le caractère de l’école, c’est avant tout d’être non confessionnel.»

Les défis du système scolaire de langue française

Un territoire étendu sur plus de 30 000 km2, de petites écoles qui font de leur mieux pour prévenir l’assimilation et garder les élèves dans le système: les conseils scolaires de langue française jonglent chaque jour avec des réalités qui donneraient des maux de tête à plus d’un.

Y aurait-il place à l’amélioration au sein de ce système d’administration et de gestion complexe, bientôt vieux de 10 ans?

M. Marion croit que la situation la plus favorable à une meilleure éducation de langue française résiderait dans la création de deux systèmes d’enseignement parallèle: l’un pour tous les élèves anglophones, l’autre pour tous les élèves francophones de la province.

À ce jour, le président de l’ACÉPO qualifie de «rares» les exemples de collaboration entre conseils catholiques et publics, ajoutant qu’il s’est vu refuser le partage de plusieurs édifices par ses homologues des conseils catholiques. «Les partenariats entre nos deux systèmes sont souvent difficiles, alors, la solution ultime, c’est la fusion», lance-t-il à ce propos.

Le président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco–on-tariens, Paul Tail-lefer, cite, lui, le cas de figure d’élèves francophones en provenance d’écoles catholiques qui se retrouvent à partager un édifice avec des élèves anglophones issus du système catholique plutôt qu’avec des francophones d’écoles publiques.

«Les statistiques nous démontrent qu’on perd 300 élèves par année au profit des écoles de langue anglaise. Le Livre blanc fait état des défis rencontrés au niveau de l’éducation de langue française. L’un des principaux problèmes qui revient, c’est l’hémorragie des élèves qu’il faut stopper», fait remarquer le président de l’AEFO.

Ce dernier rappelle toutefois que le document de l’AEFO préconise, non pas une fusion, mais une collaboration accrue entre les conseils catholiques et publics et ce, dans le plus grand respect «des droits constitutionnels du système catholique».

Du 10 au 12 mars prochain, intervenants du milieu de l’éducation et membres de la communauté francophone pourront se prononcer sur ces mêmes questions ayant trait au futur de l’éducation de langue française lors du congrès d’orientation 2006 de l’Association des enseignants et des enseignantes franco-ontariens (AEFO).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Cybersécurité: quelques clés pour protéger votre vie privée

vie privée
La radio communautaire franco-torontoise CHOQ-FM lance une nouvelle série de capsules vidéos pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux dangers qu’il peut représenter pour leur...
En lire plus...

14 février 2019 à 15h00

Les langues officielles enfin inscrites dans la Loi sur le divorce

La nouvelle Loi canadienne sur le divorce, dont l'ébauche a été adoptée en troisième lecture par la Chambre des communes le 6 février, confirme...
En lire plus...

14 février 2019 à 13h00

Au terminus McCowan, l’un des plus grands centres commerciaux au pays

Nous poursuivons notre tour d'horizon des extrémités du métro torontois à la station McCowan. Cette semaine, Visite Express à l'extrême-Est de la ville pour...
En lire plus...

14 février 2019 à 11h00

Le plus grand gratte-ciel obstruera la vue des Torontois

La construction du gratte-ciel de 306 mètres, nommé The One, qui se situera à l’angle des rues Yonge et Bloor et dont l’achèvement est...
En lire plus...

14 février 2019 à 9h00

Des ados veulent se faire vacciner sans le consentement de leurs parents

vaccin, vaccination
Défiant l’autorité de ses parents, un adolescent de l’Ohio a décidé de se faire vacciner — après avoir découvert qu’il ne l’avait jamais été,...
En lire plus...

14 février 2019 à 7h00

Ce qu’on comprend de l’affaire SNC-Lavalin Jody Wilson-Raybould jusqu’à maintenant

Un mois après le remaniement ministériel dans lequel Jody Wilson-Raybould a été rétrogradée, on comprend mieux ce qui s’est passé en coulisses face au...
En lire plus...

13 février 2019 à 20h40

Un vent d’optimisme sur Cinéfranco jeunesse

Larcelle Lean
Avant même le début du festival, un peu plus de 9 000 spectateurs sont déjà attendus au Famous Player place Canada pour la 10e...
En lire plus...

13 février 2019 à 13h13

Franco Foot va jouer dans un tournoi international

Dès samedi, Franco Foot entame la sélection de joueurs de moins de 17 ans pour participer au Tournoi International Toronto Azzurri SC, qui se tiendra...
En lire plus...

13 février 2019 à 11h00

Les jeunes plongent dans l’arène politique

Chaque année, des simulations parlementaires rassemblent des centaines de jeunes francophones désireux de se plonger dans le système politique canadien, d’aiguiser leurs compétences oratoires...
En lire plus...

13 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur