Université franco-ontarienne: le projet de loi privé passe la 2e lecture

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le projet de loi privé du NPD visant à mettre sur pied un comité transitoire de gouvernance, la première étape menant à la création d’une université de l’Ontario français, a été adopté en deuxième lecture jeudi à Queen’s Park.

Les Libéraux et les Conservateurs ont donné leur appui au projet de la députée de Nickel Belt France Gélinas. Le projet passera maintenant devant le comité permanent de la politique sociale.

Parmi les questions litigieuses: le choix du site de cette nouvelle université. Selon le projet de loi, c’est son conseil d’administration qui trancherait.

«L’avantage principal [d’une université franco-ontarienne], c’est de donner à nos jeunes franco-ontariens accès au savoir universel, un lien avec les autres universités de la francophonie», a affirmé dans le passé le représentant du nord-est de la province à l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Réjean Grenier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), l’AFO et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) voudraient ouvrir un campus à Toronto d’ici 2018.

Toutefois, la députée libérale d’Ottawa-Orléans Marie-France Lalonde, qui est l’adjointe parlementaire de la ministre Madeleine Meilleur, a affirmé que cet échéancier était «pratiquement impossible».

Le campus bilingue Glendon de l’Université York, à l’angle des avenues Bayview et Lawrence, est souvent mentionné dans les conversations comme pouvant facilement être transformé en université franco-ontarienne ou en premier jalon d’un réseau regroupant ou coordonnant tous les programmes en français des universités bilingues de la provinces, notamment à Ottawa et à Sudbury.

En ajoutant les deux collèges communautaires franco-ontariens, Boréal et La Cité, qui interagissent déjà avec les universités, c’est tout un réseau postsecondaire qui pourrait être géré par et pour les Franco-Ontariens.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur