Une compagnie de danse, symbole de la revitalisation de Regent Park

Un point d’ancrage pour la vie sociale

Partagez
Tweetez
Envoyez

La compagnie Coleman-Lemieux, composée du couple Bill Coleman et Laurence Lemieux possèdera bientôt, au cœur de Regent Park, leurs propres locaux de danse, ainsi qu’une salle de «hot yoga», dans un ancien bâtiment de l’Armée du salut, appelé La Citadelle, construit en 1912, que le couple a acheté au 304 rue Dundas au courant de l’année 2007. Les rénovations en sont pour le moment à 70% et les travaux avancent rapidement.

«En 2009, quand on a commencé les travaux de rénovation, il y avait besoin de beaucoup de travail. Au premier étage, il y aura un grand studio de danse et une salle de spectacle, en bas ce sera une salle de yoga, parce qu’il n’y a pas de yoga à Regent Park. Acheter ce bâtiment était un investissement solide pour la compagnie, on aura plus besoin de louer, comme le font la plupart des compagnies», explique Laurence Lemieux, dans les locaux du 304 Dundas, encore en travaux.

Des aides pour la rénovation

Pour faire toutes les rénovations, la compagnie a pu compter sur l’aide d’investisseurs privés, mais aussi publics, avec la Ville de Toronto, Patrimoine Canada et la Fondation Trillium.

«En 2008, avec la crise économique, le gouvernement offrait des subventions pour les bâtiments artistiques et culturels, ça tombait bien! »

Plusieurs rencontres ont également rendu les rénovations possibles financièrement, dont celle de la compagnie Diamond et Schmitt.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Lors d’un événement lié au réaménagement de régent Park, Bill Coleman rencontre un des propriétaires de la firme d’architecture et lui parle de son projet.

Amoureux des arts, l’homme propose alors d’offrir gratuitement les services de son entreprise pour les plans de la rénovation.

Robert Boyd, architecte de la firme Diamond et Schmitt supervise les travaux: «Au tout début, il fallait apprendre à connaître la compagnie et ses besoins, pour trouver un moyen de maximiser l’espace.»

«On a réussi, les salles importantes sont polyvalentes, ce qui fait gagner beaucoup de place. Par exemple, les salles de bain du sous-sol serviront pour le yoga et pour les spectacles, ce seront les salles de bain publiques.»

Impliquée dans la construction de beaucoup d’édifices dans le quartier Regent Park, la compagnie Diamond et Schmitt souhaite assurer le succès du réaménagement en aidant la renaissance d’une vie culturelle et sociale. Pour développer le financement de La Citadelle, la compagnie a lancé une levée de fonds sous forme d’achat de briques, qui feront partie de l’édifice.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Développer la culture à Regent Park

«Dessiner des immeubles c’est une chose, mais là il faut créer quasiment un mode de vie, pour que la vie puisse s’accrocher à quelque chose.»

«Le bâtiment de la compagnie doit être un point d’accroche. Cela serait un désastre pour nous, et pour la Ville de Toronto tout entière si le projet n’était pas un succès. It’s like a canari in a coal mine. S’il meurt, cela veut dire que ce n’est pas bon.»

L’adage dit que les mineurs prenaient avec eux un canari et que s’il mourait, les mineurs mourraient aussi.

Pour la firme d’architecture, l’implantation de la compagnie de danse Coleman-Lemieux dans le quartier peut créer une synergie. Plusieurs autres écoles ou compagnies de danse se trouvent à proximité et ils espèrent créer une dynamique comme dans l’entertainment district avec les théâtres.

Avec déjà 70% des travaux effectués, le 304 Dundas devrait bientôt devenir l’espace dont rêve Coleman-Lemieux et un point d’ancrage pour la communauté.

Les cours de Yoga, YogaBeat devraient débuter en octobre et donner le premier souffle de vie au bâtiment.
citadeltoronto.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur