Une Charte québécoise qui fait jaser… en privé

Francophonie ontarienne

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans la francophonie ontarienne, le projet de Charte des valeurs québécoises fait jaser dans les chaumières, mais pas beaucoup sur la place publique.

C’est tout le contraire qui se passe au Canada anglais, où politiciens, éditorialistes et autres ténors se disputent le micro – presque tous pour dénoncer la laïcité étatique à la française préconisée par le gouvernement du Parti québécois – dans ce qui est sans conteste le débat national de l’heure.

C’est au début de la semaine dernière – confirmant le scoop des journaux de Quebecor au mois d’août – que le ministre québécois Bernard Drainville a dévoilé les propositions gouvernementales en vue de baliser les demandes d’accommodement ethno-religieux et d’établir, dans la loi, un devoir de réserve et de neutralité religieuse pour le personnel de l’État.

Si l’obligation de se découvrir le visage pour donner ou recevoir un service public n’est guère contestée, il en va tout autrement de l’idée d’interdire à tous les fonctionnaires, y compris aux enseignants, le port du turban, de la kippa, du foulard ou d’autres accessoires visibles associés à une croyance religieuse.

Cette démarche heurte de plein fouet la tradition canadienne-anglaise du multiculturalisme, où c’est le pays d’accueil qui fait tout pour accommoder les coutumes des nouveaux arrivants, allant jusqu’à modifier l’uniforme des policiers pour y intégrer le turban.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’Express est allé à la pêche aux commentaires sur le projet de Charte québécoise auprès des notables de la francophonie d’ici.

Réflexions officielles

Bien qu’on puisse imaginer qu’un amalgame puisse se faire, dans l’esprit des Canadiens-Anglais, entre Franco-Ontariens et Québécois (et, de fait, de nombreux Franco-Torontois sont d’anciens Québécois), «l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario ne s’est pas penchée précisément sur cette question, ni n’a eu eu de réflexion là-dessus», indique un relationniste de l’AFO, le lobby politique des Franco-Ontariens.

Il n’est donc pas encore possible au directeur général Peter Hominiuk ou au président Denis Vaillancourt de se prononcer publiquement sur la Charte québécoise. Le feront-ils éventuellement? Suspense…

Même son de cloche à l’ACFO-Toronto, le chapitre torontois de l’AFO. Le président Gilles Marchildon a répondu à L’Express que «l’ACFO-Toronto n’a pas pris de position sur ce sujet. On suit le débat de loin. Toutefois, il n’y a pas d’impact immédiat ou direct sur les communautés francophones de Toronto.»

Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, suit l’actualité avec intérêt et est généralement une fontaine d’opinions. Mais il ne s’aventurera pas, lui non plus, dans le débat qui nous occupe ici.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Kathleen Wynne

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, mentionnait récemment que le caractère inclusif de la société canadienne méritait d’être préservé et qu’elle s’opposerait à toute initiative contraire. C’est la teneur de la plupart des réactions politiciennes au Canada anglais.

Dans ce sillage, le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), par la voix de sa présidente Nathalie Dufour Séguin, s’est réjouie «de voir le gouvernement de l’Ontario, avec l’appui de l’ensemble des partis, s’opposer à toute forme de législation qui limiterait ou interdirait la liberté d’expression et de religion dans la fonction publique».

«En cohérence avec la foi catholique», explique Mme Dufour-Séguin, «nous valorisons la dignité de chaque personne humaine, ce qui sous-tend la promotion de la diversité et de l’équité pour tous, en salle de classe comme en dehors».

Silence radio du côté des élus du Conseil scolaire Viamonde à Toronto, mais Louise Pinet, la directrice de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), a indiqué que l’organisme «suit de près le débat sur le dossier, mais ne se prononcera pas sur la proposition du gouvernement du Québec».

Mme Pinet précise toutefois qu’en ce qui a trait au système d’éducation publique de langue française en Ontario, «nous valorisons la personne dans toute sa diversité. L’école publique de langue française respecte le choix de l’élève, des parents et de son personnel d’adhérer, ou de ne pas adhérer, à une religion.» Quant au port d’objets religieux par les élèves ou les enseignants, «c’est une question personnelle, l’école publique n’intervient pas».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Toutefois, le personnel des écoles publiques «ne fait aucunement la promotion de son choix de religion ou de son choix de ne pas adhérer à une religion».

Approche inclusive

L’Express proposait aussi aux gens de commenter à titre personnel, mais peu s’y sont risqués. Les directeurs de centres francophones de la région se sont montrés laconiques.

«Je vous remercie de vous intéresser à mes opinions politiques», répond Lise Marie Baudry, du Centre francophone de Toronto. «Cependant, à cause du rôle que j’assume au sein de la communauté francophone de Toronto, je ne désire pas me mêler de la politique de la province du Québec, où je n’habite plus depuis presque 30 ans.»

«Je préfère ne pas répondre à ces questions», indique Mireille Coulombe-Anifowose, la présidente du Cercle de l’amitié de la région de Peel. «La situation du Québec est totalement différente de celle de l’Ontario, où nous adoptons une approche inclusive des cultures, religions et origines.»

Le principal du Collège Glendon de l’Université York, Kenneth McRoberts, un expert de la politique canadienne, estime qu’il ne serait pas approprié pour lui de se prononcer sur les questions politiques. «Par contre, à partir du 30 juin 2014, je ne serai plus principal, alors…»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Exclure l’exclusion

De fait, certains universitaires ne se font pas prier pour commenter l’actualité.

Le politicologue Alexandre Brassard, membre du conseil de l’ACFO-Toronto et professeur au Collège Glendon, est l’un des signataires de la lettre ouverte Nos valeurs excluent l’exclusion, opposés au projet de Charte québécoise.

C’est parce qu’il appuie «le principe de la neutralité religieuse de l’État» qu’il s’oppose au projet de Charte de valeurs «précisément parce qu’il exclut les Musulmans, Juifs ou Sikhs de la fonction publique et stigmatise ces minorités. Les effets de la Charte sont tout sauf ‘neutres’. Ils mènent à la discrimination systématique de certaines minorités religieuses.»

«Comme citoyen», ajoute-t-il, «je suis ravi d’être servi par une fonction publique qui reflète la diversité canadienne. Pour tout dire, je suis bien plus préoccupé par l’efficacité et la qualité des services gouvernementaux que par les galurins des fonctionnaires.»

«Je doute que l’exercice soit utile», poursuit-il. «Au Québec cette question a été débattue en long et en large en 2008. La Commission Bouchard-Taylor avait conclu que le psychodrame entourant les accommodements déraisonnables avait été monté en épingle. Pour les quelques cas légitimes, la Commission avait formulé des recommandations fort sages et nuancées. Il suffisait de les mettre en oeuvre.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le projet de Charte des valeurs n’est pas dicté par l’urgence sociale, mais par les stratégies électorales du Parti Québécois.»

Cela dit, «le Canada n’est pas complètement exempt de discrimination religieuse», selon Alexandre Brassard. «Avant de lancer la première pierre et de succomber au Quebec bashing, il faut se rappeler que les règles de successions nous imposent un monarque anglican. De même, le régime scolaire de l’Ontario force les contribuables juifs, musulmans, bouddhistes ou sikhs à financer le système scolaire public catholique sans pouvoir y être embauchés comme enseignant, et sans bénéficier du même financement public pour leur propre religion.»

Un débat légitime

Francis Garon, lui aussi politicologue à Glendon, trouve «tout à fait légitime de débattre publiquement de toute cette question». Il rejette les accusations de racisme et de xénophobie lancées à l’endroit du PQ ou des Québécois en général: «C’est un sujet sensible, c’est évident, mais on a le droit d’en discuter collectivement».

Il considère aussi que les critiques obsédés par la stratégie électoraliste du PQ sont «simplistes». «C’est toujours le cas: on peut rarement distinguer entre les idées et les intérêts», dit-il. «Justin Trudeau aussi fait un calcul électoral en s’opposant au projet péquiste.»

Par contre, «les politiques publiques visent normalement à régler des problèmes. Or, ici, on peut se demander s’il y avait vraiment un problème». Le PQ, selon M. Garon, «a été plutôt malhabile de ne pas arriver mieux documenté sur les cas de demandes déraisonnables d’accommodements» qui seraient résolues par un tel projet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au sujet de la séparation de l’Église et de l’État, le professeur Garon souligne que c’est là «un objectif de toutes les sociétés démocratiques modernes», même si le respect et la pratique de cet idéal diffèrent beaucoup d’un endroit à un autre. «Ici, des Canadiens-Anglais sont étonnés ou choqués de découvrir qu’il existe d’autres modèles que le leur.»

Une telle greffe prendrait-elle en terre nord-américaine? M. Garon prévoit de multiples contestations devant les tribunaux.

Selon lui, certaines parties du projet pourraient recueillir l’appui majoritaire des Québécois et de leurs élus: des balises aux accommodements; les relations à visage découvert; l’interdiction du port de signes religieux aux juges, policiers et gardiens de prison, mais pas nécessairement aux autres fonctionnaires…

Pauline Marois et Bernard Drainville ont peu de chance de faire des émules au Canada anglais, mais Francis Garon remarque déjà que les lecteurs des journaux canadiens-anglais sont souvent plus «nuancés» dans leurs commentaires que les éditorialistes qui «déchirent leur chemise» contre le projet québécois.

Des opinions personnelles

Jacques Charette, organisateur du festival Francophonie en fête cette semaine, mais qui s’exprime ici à titre personnel, se dit favorable au principe de la neutralité religieuse de l’État et de ses employés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Personnellement, qu’un fonctionnaire porte un symbole religieux ne le dérange pas, «mais le but est la neutralité de l’État», justifie-t-il.

Il trouve la démarche du gouvernement du Québec utile, «mais pas vraiment nécessaire; c’est plus une position politique». Il refuse d’ailleurs de prôner la même réforme en Ontario, du moins pas sans «éclaircissements» sur ses tenants et ses aboutissants.

Pour sa part, Jean-Rock Boutin crois que le Québec est «dans son droit de réaffirmer et de souligner ses valeurs importantes, mais d’imposer un code vestimentaire strict me semble empiéter sur la liberté d’expression et les droits individuels… Est-ce qu’un jour ils interdiront le rose flamboyant aux gais dans la fonction publique? Terrain glissant s’il en est un.»

La France, un modèle

Marcelle Lean, fondatrice et directrice du festival torontois Cinéfranco, est elle aussi «favorable à la neutralité religieuse de l’État et de ses employés» comme en France.

«Dans certains domaines comme l’enseignement ou la transmission de valeurs à des jeunes», précise Marcelle Lean, «le port de signes religieux me dérange, car je m’inquiète de l’intégrité des points de vue partagés avec les jeunes et de l’interprétation de certains faits historiques. Le port de ces signes religieux me gêne moins au guichet du gouvernement ou autres.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par ailleurs, selon Mme Lean, «le gouvernement du Québec avait bien tracé les règles dans ce domaine, mais les groupes ultrareligieux ne les ont pas respectées. Les religieux extrémistes se sont montrés intransigeants dans le port ostentatoire de leur croyance religieuse sans vouloir nécessairement s’adapter à la société qui les abrite et donc la respecter.»

Elle déplore qu’en Ontario «les bien-pensants se révoltent contre une telle politique et traitent le Québec de raciste», et elle encourage le Canada anglais à «garder un équilibre entre les religions existantes et à maintenir le caractère laïc de l’État sous toutes ses formes possible».

Remise en question des religions

L’artiste et graphiste Denis Leclerc, qui se définit comme «agnostique et athée», se dit «favorable au principe de la neutralité religieuse de l’État et des ses employés».

Il n’est toutefois pas troublé qu’un enseignant, un employé d’un guichet du gouvernement ou un policier porte le turban indu ou la kippa juive ou le foulard musulman: «Ce sont des signes d’appartenance culturelle qui», croit-il, «vont se dissiper graduellement avec l’intégration des générations futures.»

Par contre, Denis Leclerc trouve «essentiel que le gouvernement de l’Ontario cesse de subventionner l’enseignement religieux en abolissant les conseils scolaires catholiques, et que l’enseignement des religions soit remplacé par des cours de morale et de philosophie».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il souhaite «une société de droit libre de l’emprise de la religion, de la superstition et du fanatisme idéologique».

«Je pense que nous venons d’entrer dans une nouvelle phase où la société en général s’interroge sur la validité des religions», dit-il.

* * *
Le projet du gouvernement québécois

Un Manifeste pour un Québec inclusif a déjà recueilli des milliers de signatures.

À lire aussi dans L’Express:
Coup de barre salutaire? (27 août 2013)
Charte, chape, écharpe… (3 décembre 2013)
Sociologie antisociale (16 janvier 2014)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur