Une chaire de recherche en médecine familiale à Ottawa

Intéressée aux francophones minoritaires

L'hôpital Montfort à Ottawa.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Fruit de la collaboration entre l’Institut du Savoir Montfort et le Département de médecine familiale de l’Université d’Ottawa, une chaire de recherche de langue française sur la santé familiale voit le jour à Ottawa.

Si l’objectif général de la nouvelle chaire est d’améliorer les soins de santé primaires pour tous les Canadiens, elle ciblera particulièrement les communautés francophones en situation minoritaire.

Canaliser les efforts

«Nous voulons faire une différence concrète dans la vie des communautés francophones, et les chercheurs n’y sont pas insensibles», souligne Dr Denis Prud’homme, chef intérimaire de la direction et directeur scientifique de l’Institut du Savoir Montfort.

La chaire viendra canaliser les efforts de recherche déjà en cours à l’Institut, l’hôpital Montfort et l’Université.

Le Dr Prud’homme précise que parmi les axes des futurs travaux, on retrouve les maladies chroniques et la relation entre la santé mentale et la santé physique. «On sait que dans les cas de diabète, de cancer ou de maladies cardiaques, il peut y avoir jusqu’à 30% de ces patients-là qui vont développer des problèmes de santé mentale.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Denis Prud’homme

Collaborations pancanadiennes

Bien que la priorité ira vers les besoins et la situation des francophones de l’Ontario, la chaire cherchera également l’expertise et la collaboration de chercheurs d’autres institutions francophones du pays, notamment l’Université de Saint-Boniface, au Manitoba, et le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, à l’Université de Moncton.

L’établissement acadien particulièrement intéressé de collaborer avec la nouvelle chaire. «On a vraiment plusieurs thématiques qu’on a déjà lancées ici sur lesquelles on pourrait collaborer ou, à tout le moins, fournir des informations», affirme Jalila Jbilou, professeure-chercheure au Centre de formation médicale.

Études comparatives

«On pourrait imaginer des études comparatives, par exemple sur la santé des ainés. On pourrait voir est-ce que les ainés ont besoin des services différents, ont accès de la même manière aux services ici, au Nouveau-Brunswick, comparativement à l’Ontario.»

La professeure aimerait explorer davantage les comparaisons entre les communautés francophones et anglophones.

«Je ne dis pas que les anglophones ont une meilleure santé que les francophones. Ce que je dis, c’est que les comportements sont différents, les besoins sont différents et ça ne veut pas nécessairement dire que les services sont adaptés à ces besoins.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
AVC ACV
Les besoins diffèrent selon les groupes sociaux et les régions. (Photo: Dragonimages, Dreamstime.com)

Une équipe à former

Les démarches afin d’embaucher un ou une titulaire de la chaire de recherche sont amorcées.

Le Dr Prud’homme mentionne que l’objectif est de recruter une ou un médecin-clinicienne ayant développé un programme de recherche depuis plusieurs années dans un domaine touchant la médecine familiale.

«Cet expert-là va jouer aussi un rôle de mentor pour de plus jeunes cliniciens-chercheurs et va surement attirer aussi des étudiants, des résidents qui vont venir à Montfort en études familiales pour justement bénéficier de son expertise du côté de la recherche clinique.»

Le futur titulaire de la chaire d’études va donc créer sa propre équipe qui mettra en marche plusieurs projets de recherche.

«On souhaite avoir des projets qui viseront à améliorer l’accès aux services de santé pour les francophones et trouver les lacunes dans le système actuel», ajoute la Dre Clare Liddy, clinicienne-chercheuse du département de médecine familiale de l’Université d’Ottawa.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

2 millions $ sur 10 ans

La Chaire de recherche en médecine familiale pourra compter sur un financement de deux millions de dollars sur dix ans.

L’Institut du Savoir Montfort et le Département de médecine familiale de l’Université d’Ottawa contribueront chacun 500 000 $, alors que la Fondation Montfort fournira 1 million $.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur