Une boisson ontarienne à base de sève d’érable

Partagez
Tweetez
Envoyez

Peu de choses sont plus symboliques que l’érable du Canada.

Bien que la sève d’érable soit plus souvent associée avec le sirop d’érable, l’entrepreneur canadien Keith Harris l’a présentée dans le marché des boissons.

Son eau d’érable sucrée – KiKi Maple Sweet Water – se fait remarquer à l’échelle mondiale; cette eau est tellement riche en éléments nutritifs qu’il l’appelle la «boisson naturelle pour sportif».

«La sève d’érable contient 80 nutriments différents dont votre corps a besoin pour survivre. L’eau de coco, qui provient également d’un arbre, est une boisson très populaire à l’heure actuelle aux États-Unis; toutefois, la sève d’érable est une ressource inexploitée en Ontario», explique-t-il. «Cette eau prendra de l’essor et sera en demande à l’échelle mondiale.»

Un amoureux de la vie à la campagne, M. Harris a longtemps rêvé de quitter son emploi dans l’industrie automobile pour revenir à la nature là où l’air est vivifiant.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 2009, lorsqu’il fonda son entreprise Troll Bridge Creek, son rêve est devenu réalité. Conjointement avec son épouse Lorraine, ils ont lancé sur le marché l’eau d’érable sucrée – KiKi Maple Sweet Water – une boisson à base de sève qu’il se souvient avoir dégusté directement des arbres lorsqu’il était un jeune garçon de la région rurale de l’Ontario.

L’eau d’érable sucrée est ce que les autochtones appellent la sève d’érable; ils la consomment pour ses propriétés stimulantes pour la santé et le but de M. Harris est de faire connaitre cette sève d’érable au monde entier sous forme de boisson.

À l’échelle mondiale, M. Harris fait la distribution du produit aux États-Unis, en Europe, en Australie et en Corée; il espère le présenter au Japon en 2016. Ici, au pays, son produit est principalement offert dans les magasins d’aliments santé et de spécialités. Il est également offert dans certaines épiceries Sobeys et Foodland.

«Le Japon est le deuxième plus grand importateur de sirop d’érable canadien, et cela permettra d’excéder les ventes du sirop d’étable sur le marché», prédit-il.

Il produit actuellement quatre saveurs. La saveur de bleuets est la plus populaire, suivie par l’érable, la fraise et la canneberge.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’eau KiKi Maple Sweet Water est vendue dans des bouteilles en verre écologiques de 300 ml à un peu moins de 3,00 $ la bouteille; un plus grand format de 946 ml est actuellement en voie de développement.
Ayant peu d’argent pour en faire la publicité, M. Harris compte sur les dégustations en magasin et les événements comme des salons professionnels pour faire la promotion de son produit.

Il donne crédit à Bioenterprise et Ontario Agri-Food Technologies (technologies agroalimentaires de l’Ontario), lesquels l’ont aidé à obtenir des fonds pour assister à des événements à l’extérieur du pays, comme à l’exposition des produits naturels en Californie.

Il indique que Bioenterprise a également apporté son soutien pour l’établissement des prix, la logistique et les contacts. De plus, un investissement par l’entremise de l’ancien Programme canadien d’adaptation agricole (PCAA) a aidé avec le traitement, la préservation et les technologies d’emballage.

Et on le remarque!

En 2014, lors du Congrès mondial de l’eau embouteillée à Budapest, il a remporté la compétition dans le domaine des bossions novatrices, et en Ontario, il a remporté le Prix de la première ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire. En 2014, il a également été nommé parmi les 10 premiers Innovateurs de l’année par la revue Food in Canada.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le milieu médiatique lui accorde également de l’attention avec une couverture sur CBC, CTV, Business News Network, 680 News, Newstalk 1010, l’émission Marilyn Dennis Show et le Financial Post entre autres.
Selon M. Harris, il faut faire bouillir 40 litres de sève pour obtenir un litre de sirop d’érable. Par contre, un litre de sève produira 900 ml ou trois bouteilles de 300 ml de boissons à base de sève d’érable, ce qui accroît considérablement le revenu pouvant être généré par chaque érable.

«Nous ajoutons de la valeur à l’économie ontarienne, et bien que nous ayons eu des demandes pour expédier de la sève brute à l’extérieur du pays, nous voulons conserver les emplois ici», dit-il. «Ce produit est un acquis; il aurait dû être commercialisé depuis des années, et nous sommes déterminés à accroître ce que nous avons ici en Ontario.»

Malgré le fait que M. Harris achète la totalité de la sève une fois par année, au cours de la récolte hivernale, d’une érablière du sud-ouest de l’Ontario près de Komoka, l’eau d’érable sucrée KiKi Maple Sweet Water est produite et embouteillée à longueur d’année dans une installation de Toronto.

L’embouteillage, au besoin, prolonge la durée de conservation, laquelle est d’environ deux ans. Aucun sucre ni eau n’est ajouté, et la boisson n’a pas besoin d’être entreposée dans un endroit frais.

Dans un avenir rapproché, M. Harris envisage de nouvelles saveurs ainsi que de nouveaux marchés en Amérique du Sud, où l’eau de coco est populaire, au Brésil, en Asie et en Europe, là où les consommateurs sont familiers avec l’eau de bouleau. «S’ils boivent de l’eau de coco ou de bouleau, ils comprennent qu’il y a des bienfaits de l’eau provenant des arbres. Ses bienfaits pour la santé en font une boisson naturelle pour les sportifs», indique-t-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des boissons concurrentes à base de sève d’érable font lentement leur apparition en Amérique du Nord, une présence appréciée par M. Harris puisqu’il croit que cela contribuera à la croissance du marché.

L’eau KiKi Maple Sweet Water peut être dégustée directement de la bouteille ou ajoutée à des boissons fouettées, de l’eau gazeuse ou même comme mélange dans des boissons alcoolisées.

Le financement pour le PCAA a été fourni par Agriculture et Agroalimentaire Canada. En Ontario, ce programme est offert par le Conseil de l’adaptation agricole.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur