Un beau grand bateau

Partagez
Tweetez
Envoyez

En interviewant Diane Greene, co-propriétaire du seul bateau Bed & Breakfast de Toronto, je pensais aller à la rencontre d’une passionnée de l’eau qui a trouvé sa… voie (maritime). Mais ce que j’ai trouvé est encore plus intéressant: un modèle inspirant de femme utilisant son gros bon sens pour rester connectée avec ce qu’elle veut.

On peut dire que Diane et Ted Greene avaient de «grosses jobs». Elle, top-vendeuse d’une grande firme de logiciels; lui, dirigeant 65 employés en tant que directeur IT pour la région York. S’étant rencontrés sur le tard, alors qu’ils étaient tous deux parents de grands ados et au sommet de leur carrière, ils se sont mis à réfléchir à deux têtes à ce qu’ils voulaient faire du reste de leur vie, qu’ils voulaient passer ensemble.

«Qu’est-ce que t’aimerais faire à ta retraite?», lui demandait Ted à leur troisième rendez-vous. «Rester sur un bateau!», a-t-elle répondu sans réfléchir. Ni elle ni Ted n’avaient prévu mener la vie de bateau. Mais Diane avait passé les étés de son enfance près de la mer ou sur le bord d’une rivière. Elle se considérait une «fille d’eau».

Élément déclencheur

Un des éléments déclencheurs qui les a mis sur la route de la pré-retraite: un parent qui avait prévu une foule de projets après une retraite qui n’est jamais venue, remplacée par une longue maladie. «Après toute une vie élevée à travailler dur jusqu’à la retraite, pour “vivre” après 65 ans… Ça fait penser.» Ce à quoi Diane, bilingue originaire du Nouveau-Brunswick, ajoute: «Comme ils disent, we stepped out of the corporate threadmill.»

Loin de se moquer de ceux qui font d’autres choix de vie (Diane admire énormément tous ceux qui sont passionnés par leur travail), il est clair qu’elle a senti qu’elle s’était fait monter un beau grand bateau en acceptant les longues heures et le grand stress du monde corporatif (comme le dit si bien Gerry Boulet dans sa chanson Vous m’avez monté un beau grand bateau).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’était écrit

En participant à un encan silencieux, ils gagnent une croisière d’un jour avec un charter sur le Lac Simcoe. En voyant tout le bien que cette journée coupée de la folie de leur quotidien leur avait fait, ils ont constaté, simplement: «On pourrait faire ça!» Le nom du bateau responsable de cette expérience marquante: Meant to be.

L’hiver suivant, ils ont suivi tous les cours requis de navigation. Puis se sont acheté un bateau de 38 pieds (pour se pratiquer) qui est devenu leur chalet de weekend durant trois ans. Les enfants grandis et leur chien qui meurt, résultent en des weekends de plus en plus longs. La retraite-dans-10-ans se modifie naturellement en retraite-dans-5-ans.

En 2003, une visite «pour le fun» d’un bateau à vendre à Montréal fait tout basculer. C’est un bateau à moteur de 65 pieds, comptant quatre chambres, un grand salon et deux decks. De retour à leur voiture en route vers Toronto, suite à leur après-midi sur ledit bateau, ils échangent deux courtes phrases. Ted: «Qu’est-ce que t’en dit?»; Diane: «Let’s do it!».

Une vie plus simple

Ils achètent le bateau, vendent leur maison, acceptent une offre alléchante de pré-retraite présentée à Ted, qui se met à temps plein à la préparation du bateau pour la vie dans le Sud. Diane quitte son emploi encore plus rapidement que prévu.

«Pourquoi ne pas attendre encore un peu?», demande son fils à Diane. «Pour une meilleure pension? Pour quoi faire?», répond-elle. Pour une plus grosse maison? Plus de voitures? Ce qu’ils désirent par-dessus tout, c’est une vie plus simple, moins stressante… et des hivers sur l’eau dans le Sud.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’idée de base du Bed & Breakfast sur le Boatel (voir www.boatel.ca pour plus d’information) était de la tenir occupée en attendant novembre (la fenêtre d’opportunité pour entreprendre le voyage dans les canaux jusqu’à la mer tout en évitant la saison des tempêtes).

Ils ont offert des charters dans leurs premières années dans le Sud, mais ont réajustzzé leur tir en constatant que c’était réellement beaucoup de travail. «C’est pas pour ça qu’on a pris notre retraite!», ont-il réalisé.

Les clients du Boatel sont beaucoup plus autonomes. Ils trouvent en leurs hôtes d’excellents guides pour les diriger vers les activités intéressantes du centre-ville de Toronto. Chaque matin, devant un copieux déjeuner avec Diane et Ted, les invités ont le loisir d’en apprendre plus sur la vie de bateau et les voyages dans le Sud (un des grands attraits du Boatel, à en juger par les commentaires laissés à différents endroits sur l’internet).

De nombreux clients ont confié à Diane qu’ils se sont acheté un bateau suite à leur expérience sur le Boatel. Amarré aux abords du parc HTO, avec vue sur le Rogers Centre et la Tour CN, le Boatel offre une surprenante oasis de tranquillité permettant aux visiteurs de goûter à la vie de bateau.

Question de priorités

Comme ils ont le muscle de «l’identification de leurs priorités» bien développé, Ted et Diane s’apprêtent maintenant à vendre le Boatel. Depuis 8 ans qu’ils ont le Boatel, il y a eu quelques années où ils n’ont pu se rendre dans le Sud avec leur bateau, pour des raisons techniques ou climatiques. Ils ont convenu qu’en achetant un plus petit bateau qu’ils laisseraient dans les Keys, ils ne seraient plus à la merci des éléments extérieurs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De plus, une nouvelle priorité non négligeable s’est ajoutée dans l’équation: la venue de petits-enfants dans la famille!

Sous peu, ils passeront donc le flambeau du plus cool des Bed & Breakfast de Toronto à quelqu’un d’autre, mais ils ne seront pas pour autant coupés du monde des bateaux quand ils seront en ville. Suite à tous leurs cours, ils sont tous deux accrédités pour assister les gens qui désirent faire évaluer un bateau avant d’en faire l’achat. Et Ted est maintenant capitaine de charter autour de Harbourfront durant l’été… sur un autre bateau.

INFORMATION

www.boatel.ca

Contact: Diane Greene

Il est encore possible de réserver une nuit à bord du Boatel jusqu’au 30 septembre 2012. La grande chambre avec petite salle de bain attenante n’a rien à envier à une chambre dans un bon hôtel du centre-ville. Les deux autres chambres sont séparées par une petite salle de bain. Elles offrent un lit double lové dans un cocon. Une véritable expérience de bateau.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Note pour les familles: Ils acceptent les enfants de 10 ans et plus. Les familles se partagent souvent les deux petites chambres avant. Notez que le Boatel n’est pas accrédité pour faire du charter autour de Toronto et reste amarré durant votre séjour.

Tarif (occupation double, incluant le petit déjeuner): $210 par nuit pour la grande chambre avec salle de bain privée et télévision. $170 pour chaque petite chambre avec salle de bain partagée. Il faut réserver pour un minimum de deux nuits.

Vous trouverez cet article et une foule d’autres faits et considérations sur le blogue passions100facons.blogspot.ca. Nathalie Prézeau est l’auteure de Toronto Fun Places… For Families et de Toronto Urban Strolls… For Girlfriends, en vente en librairies et sur ses deux sites. Son blogue torontofunplaces.blogspot.ca est un complément à ses deux guides.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur