Trois rassemblements torontois en solidarité avec la France

Je suis Charlie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Environ 600 Français et francophiles de Toronto se sont rassemblés ce dimanche après-midi 11 janvier devant l’hôtel de ville, brandissant drapeaux tricolores, bougies et crayons, pour manifester leur solidarité avec la France et affirmer leur attachement à la liberté d’expression après trois jours d’attentats islamistes lancés le 7 janvier par la fusillade au journal satirique Charlie Hebdo.

Dès mercredi soir, quelque 200 personnes avaient manifesté devant le consulat de France à Toronto, à l’angle de Bloor et Yonge, en mémoire des 10 journalistes, dessinateurs et des deux policiers abattus ce matin-là à Paris par trois hommes criant «Nous avons vengé le prophète».

Brandissant des pancartes, tablettes et téléphones affichant «Je suis Charlie», l’expression solidaire déjà virale quand les Canadiens se réveillaient mercredi matin, les manifestants ont bravé un froid intense pour exprimer leur horreur face à cet attentat, qualifié par plusieurs de «11-septembre de la France».

Le rassemblement torontois a été organisé par une page Facebook créée le matin même par Florent Guérard, qui a aussi organisé la manifestation de dimanche avec Sophie Perceval et Marjorie Roulmann.

Jeudi, une policière était assassinée en banlieue de Paris par un homme qui, le lendemain, a tué quatre autres personnes dans une épicerie juive avant d’être abattu par les forces de l’ordre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quelques minutes plus tôt, deux des trois responsables du massacre à Charlie Hebdo étaient tués en sortant de l’imprimerie dans laquelle ils s’étaient retranchés. Un troisième complice s’était rendu à la police la veille. Le bilan des événements, les pires du genre en France depuis un demi-siècle, est de 20 morts.

Jeudi soir, l’Alliance française de Toronto a modifié sa programmation pour projeter le film Fini de rire, d’Olivier Malvoisin, sur les nouvelles frontières de la liberté d’expression vues à travers le dessin de presse.

La soirée s’est poursuivie par un hommage aux victimes à la galerie Pierre Léon, un endroit d’autant plus approprié que le romancier, essayiste et chroniqueur franco-torontois Pierre Léon (décédé en 2013) était un farouche défenseur de la liberté d’expression et, justement, de l’humour iconoclaste.

De grandes manifestations de solidarité ont eu lieu ce dimanche à Paris, dans plusieurs villes de France et dans de nombreux pays, dont chez nous à Montréal et Québec notamment.

À la tribune du rassemblement torontois, le maire John Tory et le ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, ont partagé leurs sentiments face à ces événements, mais aussi leur intention de résister à ces assauts contre nos libertés, contre la démocratie et contre ce que les Français appellent «les valeurs républicaines». Le maire a aussi insisté sur la nécessité de continuer d’inclure tous les groupes culturels et religieux dans la gestion de nos sociétés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À l’extérieur de l’hôtel de ville, on pouvait signer un livre de condoléances qui sera transmis aux autorités françaises. Le rassemblement s’est éventuellement transformé en marche dans les rues de Toronto jusqu’au Yonge/Dundas Square.

Charlie Hebdo était la cible de nombreuses menaces depuis la parution de caricatures de Mahomet en 2006. Le journal avait remis ça à quelques reprises, ce qui lui avait valu en 2011 d’être attaqué au cocktail molotov. L’équipe du journal, qui promet de sortir dès cette semaine à cinq millions d’exemplaires (contre 60 000 normalement), revendique fièrement son droit de se moquer des religions et des grands de ce monde.

* * *

À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:

L’humour sans peur et sans reproche

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La liberté d’expression pour tous

L’intégrisme: un choix personnel, mais…

Cher 2015

Charlie: French bashing et faux musulmans

D’autres commentaires sur les attentats de Paris…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur