Thunder Bay, capitale canadienne du meurtre

Partagez
Tweetez
Envoyez

Avec 11 homicides l’an dernier, Thunder Bay décroche le titre peu enviable de capitale canadienne du meurtre pour la troisième fois en cinq ans. Radio-Canada rapporte que la ville du nord-ouest de l’Ontario n’a d’ailleurs jamais quitté les cinq premières positions du classement depuis 2009.

Thunder Bay compte environ 120 000 résidents. De ce nombre, Statistique Canada évaluait à plus 10 000 la population autochtone de la région en 2006, soit environ 8%. Presque quatre Autochtones sur dix à Thunder Bay vivaient alors sous le seuil de faible revenu.

La violence et la dépendance aux drogues et à l’alcool y sont particulièrement problématiques. Il s’agit de premières pistes pour trouver une solution au problème, selon le maire Keith Hobbs, croyant cependant qu’il est impossible d’empêcher complètement les humains de se tuer entre eux.

L’ancien policier ajoute que sa ville en fait déjà beaucoup pour corriger la situation et que ses efforts seront éventuellement récompensés. Pourtant, le bilan s’alourdit.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Rares sont les crimes qui n’ont pas été élucidés. Seulement trois des 56 meurtres commis entre 1998 et 2014 à Thunder Bay ne sont pas des affaires classées. 

La coordonnatrice d’un conseil local de prévention du crime n’est pas surprise par les données, qui montrent aussi que les crimes violents sont généralement en hausse. Lee-Ann Chevrette ne peut cependant pas expliquer pourquoi sa ville a enregistré un aussi grand nombre de crimes violents en 2014, puisqu’on trouve les mêmes difficultés sociales ailleurs.

Lee-Ann Chevrette précise que plusieurs groupes à Thunder Bay s’attaquent au problème, à commencer par le sien. Le conseil de prévention du crime à Thunder Bay compte 32 membres dans 18 secteurs, comme la police, les services aux jeunes et aux autochtones ou encore ceux spécialisés en prévention et traitement des dépendances aux drogues et à l’alcool.

Jusqu’à présent, la police de Thunder Bay ne rapporte qu’un seul homicide en 2015. «C’est un de trop», commente Lee-Ann Chevrette.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur