Théâtre francophone au Canada: prestigieux prix de formation pour Natalie Feheregyhazi


3 juin 2014 à 11h42

C’est la Franco-Torontoise Natalie Feheregyhazi qui a reçu cette année le Prix Formation du Ministère de la Culture de l’Ontario, d’une valeur de 5 000 $, remis par la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada dans le cadre du Carrefour international de théâtre qui avait lieu à Québec dimanche.

C’est la directrice artistique du Cercle Molière, de Saint-Boniface, au Manitoba, Geneviève Pelletier, qui lui a remis la bourse au nom de la Fondation.

Originaire de Saskatoon, Natalie Feheregyhazi est fondatrice et directrice artistique du théâtre Apuka à Toronto.
Apuka signifie «père» en hongrois, nom qu’elle a choisi pour rendre hommage à son père Tibor Feheregyhazi, qui a dirigé le Persephone Theatre de Saskatoon de 1982 à 2007, «et à tous les dramaturges qui m’ont précédée», a-t-elle expliqué en entrevue à L’Express.

Cette comédienne, metteure en scène, dramaturge et directrice de production est une ancienne étudiante en immersion française, mais les trois productions qu’elle a montées à Toronto jusqu’à présent étaient en anglais: Frankie and Johnny in the clair de lune dans un loft du quartier Leslieville; une adaptation de La duchesse de Langeais d’après la pièce de Michel Tremblay, en divisant le personnage principal en trois; et Lady Julie, d’après Strindberg, dans le sous-sol de la maison historique Campbell.

«Apuka veut amener le théâtre dans des lieux inusités», dit-elle. C’est sa marque de commerce.
Natalie a complété, il y a quelques années, une formation en jeu au Cours Florent, à Paris, mais c’est plus récemment, après avoir été appelée à jouer en français au Cercle Molière, qu’elle a «repris confiance» en ses capacités bilingues.

Elle aspire désormais à pratiquer le théâtre en français et en anglais à Toronto («et dans tout le pays»). Elle développe d’ailleurs présentement une pièce à quatre personnages sur les francophones de l’Ouest canadien. «Le français canadien, le français parisien et le franglais s’y côtoieront.»

Elle vise à éveiller les gens à cette réalité linguistique unique, ainsi qu’à l’importance de lutter pour la survie de la francophonie dans l’Ouest canadien. Cet automne, cependant, elle s’envolera pour Paris suivre une formation d’un an en mise en scène, grâce à la bourse remportée cette semaine.

Créée en 1998, la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada, présidée par Jean-Daniel Lafond, a pour mission d’appuyer le développement du milieu théâtral francophone en situation minoritaire.

La Fondation a récompensé cette année huit artistes:

Au plan national, Prix national d’excellence RBC pour un artiste émergent: Ludger Beaulieu (Moncton); et Prix du Centre des écritures dramatiques Wallonie-Bruxelles: David Baudemont (Saskatoon).

En Ontario, outre Natalie Feheregyhazi, Sarah Migneron (Ottawa) a remporté le Prix Création du Ministère de la Culture de l’Ontario.

En Acadie, Prix Banque Nationale: Isabelle Bartkowiak (Moncton); Prix Viola Léger: Joannie Thomas (Moncton); Prix spécial Suzanne-Cyr: Ludger Beaulieu (Moncton).

Dans l’Ouest, Prix Power Corporation du Canada: Jean-Philippe Deneault (Saskatoon); Prix Roland Mahé-Banque Nationale: Émilie Leclerc (Vancouver).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur