TFS solidaire de MSF

Partagez
Tweetez
Envoyez

Selon une tradition bien ancrée, la Toronto French School (TFS) a organisé ce vendredi 17 octobre sa soirée de talents. Chaque année en effet, le Comité d’approche communautaire organise une activité (danse, musique) à laquelle est conviée la communauté TFS afin de lever des fonds pour soutenir une cause.

Cette année, les fonds amassés seront versés à Médecins Sans Frontières (MSF).

Selon une des responsables du Comité, Mlle Garima Karia, «c’est à l’unanimité que les élèves ont décidé de soutenir MSF en raison de son rôle de premier plan dans la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest».

Une épidémie qui a occasionné à ce jour 4 492 morts pour 8 914 cas recensés, selon la macabre comptabilité de l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle est maintenant une terreur pandémique!

Les «French Doctors»

L’Organisation non gouvernementale (ONG) MSF a été créée le 20 décembre 1971 par des médecins français, témoins impuissants de la guerre civile qui ravageait la République fédérale du Nigeria dont voulait faire sécession l’État fédéré du Biafra. Pour cette naissance en milieu anglophone, l’ONG fut connue, pendant longtemps, sous l’appellation de «French Doctors».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dès sa fondation, l’organisation s’est donnée pour mission d’allier l’aide humanitaire et à des actions de sensibilisation auprès des médias et des institutions politiques.

Selon l’un des fondateurs, le Dr Bernard Kouchner, «le principe était très simple: se rendre là où se trouvent les patients. C’est peut-être une évidence, mais il s’agissait à l’époque d’un concept révolutionnaire puisque les frontières représentaient un obstacle. Ce n’est pas une coïncidence si nous avons baptisé le groupe ‘Médecins Sans Frontières’».

C’est au nom de ce même principe que l’expression «ingérence humanitaire» a été inventée à la fin des années 1980 par le Dr. Kouchner, qui a été ministre, et M. Mario Bettati, professeur de droit international public, et cautionnée par les Nations Unies résolution 43/131 du 8 décembre 1988 relative à l’«assistance humanitaire aux victimes des catastrophes naturelles et situations d’urgence».

L’impartialité et l’indépendance ont permis à Médecins Sans Frontières d’obtenir le prix Nobel de la Paix en 1999 et de mener aujourd’hui ses activités dans plus de 60 pays, en dépit des difficultés. Notons que MSF est actuellement dirigée par la Québécoise d’origine chinoise, la Dre Joanne Liu.

Du local au global

Le modeste appui de TFS tombe à un moment de grands défis pour MSF qui intervient massivement au Soudan du Sud, en République Centrafricaine, en Irak et surtout se trouve en première ligne dans la crise ouest-africaine d’Ebola.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

D’ailleurs, l’ONG avait lancé «Le défi Marche Sans Frontières» afin de recueillir des fonds qui l’aideraient à apporter l’aide médicale vitale aux victimes des crises de tous genres. Pour MSF, la pierre angulaire reste, encore et toujours l’action humanitaire fondée sur l’indépendance financière. Un adage enseigne, après tout, que l’on ne peut insulter quelqu’un si on a le doigt dans sa bouche!

Élèves engagés

Le plaidoyer de MSF a été partagé avec la communauté de la TFS par une de ses représentantes, Nancy Graham. Ce qui conforte ce sens du devoir d’agir chez les jeunes de TFS qui ont cultivé, au fil des années, cet esprit de solidarité par l’action!

Tournée vers l’extérieur selon sa vision internationaliste, TFS appuie des institutions comme War Child (dont la fondatrice est une ancienne élève de l’établissement) ou la Fondation Stephen Lewis qui essaient, au mieux de leurs capacités, d’améliorer la condition humaine hors du Canada.

Les élèves de TFS n’oublient pas, pour autant, leur cadre immédiat. Ainsi, ils participent, activement à la campagne annuelle des banques alimentaires ou au ramassage des jouets destinés à des familles francophones de Toronto. Ce sont là des gestes et des actions qui marqueront durablement ces jeunes, leur apprenant déjà l’attitude à adopter face aux défis toujours plus grands d’un monde devenu plus petit!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur