En partenariat avec
TFS – l’École internationale du Canada

TFS homologuée par le ministère français de l’Éducation

Un établissement original dans sa façon d'enseigner

Le campus principal de TFS, sur Lawrence à l'ouest de Bayview.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Créée en 1962 par des parents soucieux d’offrir à leurs enfants une éducation bilingue, TFS – l’École internationale du Canada, se dit pionnière dans le système d’immersion en français et des écoles bilingues au Canada.

Mais TFS fait aussi partie de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE: 522 établissements scolaires dans 139 pays totalisant 370 000 élèves). Depuis 1982 déjà, elle est homologuée par le ministère français de l’Éducation nationale pour la petite section (maternelle) jusqu’à la classe de 3e (9e année en Ontario).

L’école indépendante torontoise convient donc autant aux élèves canadiens que français (ou francophones) qui souhaiteraient suivre des cours issus du programme scolaire de France, nous explique Sylvie Allonas, la proviseure adjointe des études françaises à TFS.

Sylvie Allonas, proviseure adjointe des études françaises de TFS.

En poste à Toronto depuis 2016, elle a travaillé en France en tant qu’enseignante, directrice d’école et proviseure adjointe. Elle est originaire de Strasbourg.

Le programme scolaire français

TFS offre donc des cours basés sur le programme scolaire français et prépare ses élèves aux mêmes examens et diplômes que ceux des établissements d’enseignement public français, en ayant toutefois des différences au sein des cours.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par conséquent, un élève issu d’un établissement homologué peut poursuivre sa scolarité sans examen préalable dans un autre établissement homologué ou dans un établissement public en France.

L’école fait donc passer en classe de 3e, le diplôme national français du brevet, qui est le diplôme attestant de l’acquisition de connaissances générales au terme de la scolarité du collège.

Les élèves passent également l’attestation scolaire de sécurité routière, qui est une certification française, prouvant que les élèves connaissent les connaissances élémentaires en sécurité routière.

En maternelle, les cours sont donnés exclusivement en français. À partir du CE1 (2e année ontarienne), 70% des cours sont en français, et 30% en anglais. À la fin de leur scolarité, les élèves deviennent donc parfaitement bilingues, quelle que soit leur langue maternelle.

Une formation axée sur l’international

TFS, qui se définit comme «une école française internationale, d’esprit canadien et de vocation universelle», a pour but de promouvoir une perspective internationale dans son cursus, appréciée par les élèves anglophones et francophones.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ainsi, en plus de sa formation basée sur les programmes scolaires français jusqu’en classe de 3e, l’école prépare ses élèves au Baccalauréat international et propose des «contenus ontariens qui concourent au développement d’une conscience nationale chez nos élèves» explique Sylvie Allonas.

La valeur ajoutée du Baccalauréat international, qui est reconnu dans de nombreux établissements à travers le monde, est de «développer chez les élèves les qualités essentielles que sont la curiosité intellectuelle, l’esprit critique, l’empathie et la compréhension d’autrui, mais aussi la capacité à travailler en collaboration et dans des environnements culturels différents.»

Cette perspective internationale est d’ailleurs renforcée par les voyages que TFS propose à ses élèves, ainsi que par une équipe d’enseignants provenant de diverses aires géographiques comme le Liban, l’Afrique du Nord, la Belgique, la France, etc.

Un cours à TFS avec des tablettes.

Études de vraies problématiques

L’établissement se démarque par sa façon d’enseigner et ses parcours éducatifs.

En effet, TFS est axé sur «l’épanouissement de l’enfant et sur une certaine modernité pédagogique». Concrètement, cela veut dire qu’il y a des cours magistraux, mais en majorité, les enseignements sont donnés «à partir d’une problématique, d’une idée générale, qu’on essaye de faire comprendre aux élèves, en étudiant différents faits.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«C’est vraiment la promotion de la curiosité intellectuelle, c’est une approche beaucoup plus interactive», explique Sylvie Allonas.

Élèves citoyens

L’autre originalité de TFS réside dans les différents parcours éducatifs à destination des élèves qui permettent de développer «leurs connaissances, leurs compétences, mais d’une autre façon. Pas seulement en classe. Ce sont des activités pédagogiques complémentaires.»

Les élèves peuvent donc suivre des activités sur la santé, les arts, ou encore l’environnement.

De plus, les élèves doivent suivre un enseignement sur la citoyenneté. Cela se traduit concrètement par l’éducation aux médias et l’information, l’enseignement moral et civique, l’éducation au développement durable (l’école dispose d’un espace naturel, le ravin Don Valley, et est classée comme une «éco-école»), des discussions à visée philosophique et démocratique…etc.

L’idée est de faire des élèves les citoyens de demain, en leur permettant d’acquérir une conscience sur les libertés individuelles, les responsabilités sociales, les grands enjeux internationaux et l’ouverture interculturelle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Des élèves de la TFS plantent un érable à sucre dans leur ravin.

Canadiens, Français, Américains…

TFS compte approximativement 1475 élèves pour l’année scolaire 2019/2020. Ces derniers, viennent de partout dans le monde: Canada, États-Unis, France, Chine, Royaume-Uni, Iran, Suisse, Colombie, etc. Au total, 42 nationalités sont représentées.

Au niveau de la répartition des élèves par niveau d’enseignement, 38% d’entre eux sont à l’école élémentaire, 29% au collège, 18% au pré-élémentaire et 15% au lycée.

L’ouverture à l’international que promeut l’école, est donc d’autant plus forte du fait de la multiculturalité des origines des élèves.

«On tient compte des nationalités de nos élèves», confirme Sylvie Allonas. «Cette année on va organiser la semaine de la Suisse et du Japon. On valorise chaque année deux pays, dont certains de nos élèves sont originaires.»

Bourses d’études

L’établissement veut également ouvrir ses portes aux élèves issus de milieux sociaux divers, avec la mise en place de bourses d’études.

Celles-ci, éligibles sur plusieurs critères, permettent de couvrir les frais de scolarité, mais aussi tous les frais annexes comme pour financer les voyages scolaires, l’uniforme, ou encore, les manuels scolaires. Elles sont attribuées à partir de la classe de 5e (7e année) et plus.

En partenariat avec

TFS – l’École internationale du Canada

La communauté de TFS – l’École internationale du Canada développe des citoyens plurilingues et doués d’esprit critique qui valorisent les différences, dépassent les frontières et se consacrent à la poursuite du bien commun. Cliquez ici pour en savoir plus.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur