Skip The Use : réveil rock ‘n’ roll

En tournée à l'automne pour leur nouvel album

Mat Bastard a enflammé la scène du Great Hall samedi 11 mai dernier. (Photos : Vinciane Couffy)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Après trois ans de séparation, Skip The Use signe un retour explosif sur la scène du rock français. Le groupe, emmené par le chanteur Mat Bastard, a enflammé le Great Hall lors de la Canadian Music Week, samedi 11 mai dernier. Nouvel album à l’automne.

Mat Bastard et Yan Stefani se confient sur le nouveau Skip The Use.

Un Skip The Use 2.0

Mat Bastard et Yan Stefani, son guitariste, n’ont pas fini de faire parler d’eux. Après s’être séparés de leurs anciens acolytes avec lesquels ils s’étaient fait connaître en tant que Skip The Use dès 2008, les deux artistes se retrouvent sur scène.

Deux nouveaux musiciens les accompagnent, batteur et bassiste, plus jeunes mais tout autant énergiques. «Ça a directement accroché avec eux, ils sont jeunes et compensent des manques que nous avons, tandis que nous leur apportons notre expérience: c’est formidable», explique Mat Bastard.

Deux nouveaux membres viennent compléter les rangs du groupe.

Début de tournée au Canada

Depuis un an, le nouveau Skip The Use prépare son retour. Cette date torontoise est la première d’une longue série. «On aime ce Skip The Use 2.0 dans une ville qu’on ne connaît pas. On découvre quelque chose que l’on n’a jamais fait auparavant. En plus, le monde entier est représenté à Toronto, c’est une nouvelle expérience géniale», s’enthousiasme le chanteur du groupe.

«On ne prémédite rien»

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mat Bastard et son guitariste affirment que le concept du groupe n’a pas changé, même si ce Skip The Use paraît nouveau. «Notre dernier album sortait en 2014, donc aujourd’hui forcément, nous avons évolué musicalement», explique Yan Stefani.

«On avance avec notre époque, on a forcément changé! Mais notre but, c’est d’être dans la fusion et dans la modernité», complète Mat Bastard.

Le groupe, encore en pleine préparation de l’album, n’aime pas planifier et se laisse porter. «Nous n’aimons pas prévoir, on agit sur le coup.»

Mat Bastard, chanteur du groupe, électrise son public.

Seul ou à deux

Mat Bastard, qui s’est lancé dans des projets personnels durant cette pause Skip The Use, affirme être heureux de retrouver son acolyte. «J’aime la musique à deux, ce que je fais avec Yan n’a rien à voir avec ce que je fais seul. Mais faire les deux m’est nécessaire pour m’enrichir toujours plus», explique-t-il.

Le chanteur apprécie que ses différents projets soient compatibles même si incomparables.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Public électrique

Doués pour enflammer les salles, Skip The Use a de nouveau réussi son pari au Great Hall, rue Queen ouest, où une majorité de francophones ont répondu présent.

«On a toujours aimé les petites salles, ce sont des jauges qui nous vont bien», expliquent les deux musiciens qui affirment avoir appris des bars-concert et des publics réduits.

«Cela nous permet davantage de proximité avec notre public. On est heureux de repartir en tournée à l’automne pour reconnecter avec eux et notre musique.»

La tournée ne fait que commencer pour les membres du groupe.

«On n’est jamais blasés de la scène, on en a toujours besoin.»

 

Toujours à 300%, les artistes communiquent leur énergie au public. «C’est libérateur d’être sur scène et c’est aussi naturel pour moi», assure Mat Bastard. «La vie n’est pas simple, alors si l’on ne peut pas se marrer quand on travaille, à quoi bon?» plaisante-t-il tout sourire.

Le nouveau bassiste du groupe.

Une tournée qui commence

À l’affiche de festivals estivaux comme Le Printemps de Bourges, le Main Square ou encore Lollapalooza, leur tournée automnale est très attendue en Europe, tout comme leur nouvel album qui sortira dans la foulée.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur