Sept langues… mais pas de français

La Ville de Toronto «regrette l’erreur» d’avoir omis le français sur un document distribué aux foyers

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les Franco-Torontois n’ont plus à distribuer leurs déchets dans des poubelles vertes, bleues ou grises comme les autres citoyens de la métropole.

C’est ce qu’on serait tenté de conclure du pamphlet 2016 de la ville de Toronto sur le recyclage, distribué à tous les foyers, qui fournit de l’information en anglais, tamoul, chinois, italien, tagalog, portugais et espagnol, mais plus en français comme en 2015.

Une lectrice a remarqué cette omission la semaine dernière en comparant le document 2016 qu’elle venait de recevoir avec celui de 2015 qu’elle avait conservé. «Ça vaut le coup d’avoir un maire qui parle un peu français», commente-t-elle.

Le maire John Tory se targue, en effet, d’être francophile et avait même prononcé ses premiers mots de remerciement en français le soir de son élection l’an dernier.

Son attaché de presse a refilé nos questions au département municipal incriminé, Solid Waste. Éventuellement, une «consultante» en communications et marketing pour les communications stratégiques, Anita Zutis, a reconnu que l’omission du français était une «erreur» due à la confusion qui existerait entre la pratique d’annoncer en français chaque fois que d’autres langues que l’anglais sont utilisées et «la politique exigeant d’annoncer dans les six langues les plus parlées à Toronto».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mme Zutis indique que le paragraphe en question sera traduit en français et «rendu disponible sur demande».

Le Comité consultatif francophone de la Ville examinera cette affaire lors de sa première réunion de 2016, indique à L’Express Gilles Marchildon, qui était co-président du Comité l’an dernier et qui en est encore membre cette année.

«Il était trop tard pour la réunion du 14 décembre», dit-il.

«Nous devons poursuivre l’investigation pour savoir comment cette erreur s’est produite.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur