Santé des aînés franco-ontariens: Quelques indicateurs à surveiller

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les indicateurs de santé sont moins bons chez les aînés francophones du Nord de l’Ontario, chez les femmes âgées de 65 ans et plus d’origine immigrante dans la région de Toronto et du Centre/Sud-Ouest de la province, et chez les aînés isolés.

Ce sont là quelques-uns des éléments d’un portrait de la santé des aînés franco-ontariens dressé récemment par le Réseau de recherche appliquée sur la santé des francophones de l’Ontario, basé à Université d’Ottawa

«L’étude montre que les aînés francophones de l’Ontario appartiennent plus souvent que le reste de la population ontarienne à une catégorie de faible revenu, détiennent un niveau de scolarité plus bas et sont plus nombreux à résider dans les zones rurales ou éloignées» à l’exception de la région de Toronto et du Centre/Sud-Ouest, lit-on dans le résumé du rapport de L. Bouchard, E. Makvandi, G. Sedigh et S. van Kemenade.

Il y a d’ailleurs une plus grande proportion de personnes âgées de 65 ans et plus chez les Franco-Ontariens (22%) que dans l’ensemble de la population de la province (15%)

Les chercheurs ont trouvé une plus grande proportion d’aînés francophones en surpoids ou obèses, et moins actifs physiquement, par rapport à la population totale de l’Ontario. Ils sont également «plus nombreux à rapporter une mauvaise santé physique et mentale, souffrent d’au moins une maladie chronique, d’une restriction connue des activités quotidiennes ou ils ont souvent besoin d’aide avec les activités quotidiennes».

Par contre, ils boivent moins d’alcool et fument moins que la moyenne provinciale.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’étude n’a cependant pas établi de comparaison entre les aînés francophones et les aînés anglophones. La chercheuse Louise Bouchard explique à L’Express: «Nous avons choisi de ne pas comparer francophones et anglophones parce que ceci rend les rapports très lourds (trop de chiffres). Nous avons pensé qu’il était plus important d’avoir les profils des francophones et de comparer à la population totale, parce que ceci montre le ‘fardeau’ du groupe par rapport à la moyenne provinciale et donne une bonne indication des besoins de la population, surtout pour les planificateurs.»

Selon le sondage mené par le RRASFO, les aînés francophones étaient plus satisfaits que les Ontariens en général de la qualité des services de santé en général (96% contre 87%) et les services reçus dans les hôpitaux (90% contre 82%).

Les aînés francophones de la région de Toronto et du Centre/Sud-Ouest ont été hospitalisés le moins souvent (19% contre 27% dans le Nord et 34% dans l’Est/Sud-Est). Ils ont reçu aussi moins de soins à domicile (10% contre 11% dans le Nord et 17% dans l’Est/Sud-Est).

Difficile cependant d’établir si le faible taux d’hospitalisation et de soins à domicile vient d’une bonne santé ou du manque de disponibilité des services.

Cependant, les aînés franco-ontariens du Nord «ont tendance à être plus impliqués dans la vie communautaire et avoir un fort sentiment d’appartenance à leur communauté», ce qui serait plutôt sain.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur