Réfugiés syriens: le Centre francophone est prêt

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Centre francophone de Toronto est prêt à aider un bon nombre des 25 000 réfugiés syriens qui devraient être transportés vers le Canada d’ici la fin de l’année. Quelque 10 000 d’entre eux se retrouveront vraisemblablement en Ontario, notamment dans la métropole.

On ignore combien de ces familles syriennes sont francophones, ni si le gouvernement fédéral compte installer certains de ces francophones à l’extérieur du Québec. (Ottawa devait préciser lundi les modalités d’entrée et de répartition de ces réfugiés.)

C’est l’organisme Lifeline Syria, le principal partenaire du gouvernement provincial, avec qui le CFT est déjà en contact depuis le mois de septembre, qui lui enverra ces réfugiés, indique la directrice générale Lise Marie Baudry en entrevue à L’Express.

«Nous sommes prêt. On ne s’attend pas à traiter un nombre de cas beaucoup plus élevés qu’à l’ordinaire», dit-elle, «mais nous pouvons recevoir au moins 50 nouveaux clients par mois.»

Le Centre francophone de Toronto, qui gère une clinique médicale, des services de santé mentale, de recherche de logement et d’emploi, ainsi que d’aide juridique, a également l’habitude des cas «lourds» comme celui des réfugiés traumatisés par la guerre. «C’est notre pain et notre beurre depuis longtemps», indique Mme Baudry.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans le cas des Syriens, «on n’aura pas à s’occuper de leur statut juridique puisqu’ils auront déjà été validés par Immigration Canada». C’est donc surtout la recherche d’emploi et les services de santé qui seront mobilisés au CFT.

Du côté de La Passerelle I.D.É., qui s’occupe surtout d’intégration, la directrice générale Léonie Tchatat se dit «prête à soutenir l’effort collectif pour l’accueil et l’intégration des réfugiés syriens, selon nos forces et domaines d’expertise».

«Nous pensons que les organisations et institutions franco-ontariennes ont toutes un rôle important à jouer.»

La directrice générale d’Oasis Centre des femmes, Dada Gasirabo, elle aussi, «suit de près la mobilisation en faveur de l’accueil des réfugiés syriens aux côtés d’OCASI (Ontario Council of Agencies Serving Immigrants) dont nous sommes membres».

«Alors que la communauté francophone localement (Toronto) n’est pas encore sortie avec un plan coordonné, nous restons à l’affût de toute action dans cette ligne», indique-t-elle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Toutefois nous sommes prêtes, de par notre programme Femmes Immigrantes et Réfugiées à accueillir et soutenir toute réfugiée syrienne qui s’identifierait comme francophone. Ces réfugiées pourraient en outre bénéficier de tous les programmes économiques en cours à Oasis ainsi que des groupes de soutien pour une intégration soutenue.»

Le gouvernement de l’Ontario a établi un comité ministériel spécial concernant les réfugiés de la guerre en Syrie. «Nous sommes fiers de notre société inclusive et ouverte en Ontario», déclarait la première ministre Kathleen Wynne la semaine dernière. «À l’exception des peuples autochtones, tout le monde dans notre province est venu d’ailleurs, à la recherche d’un monde meilleur.»

Coprésidé par le ministre des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international, Michael Chan, et le ministre de la Santé et des Soins de longue durée, Eric Hoskins, le comité spécial encadre les préparatifs en vue d’accueillir les réfugiés.

Précédemment cette année, le gouvernement de l’Ontario a affecté 2 millions $ aux initiatives d’aide aux réfugiés syriens. Il investit aussi 8,5 millions $ pour promouvoir le parrainage de réfugiés et pour assurer que les organismes d’aide aux immigrants et aux réfugiés sont en mesure d’élargir leurs services selon les besoins.

Les besoins prioritaires comprennent les services d’établissement, le soutien au logement, les soins de santé, le counseling à la suite de traumatismes, les soutiens en santé mentale, la formation linguistique et le soutien à l’emploi.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Procureure générale et ministre des Affaires francophones, Madeleine Meilleur, ne fait pas partie du comité, mais en entrevue à l’émission #ONfr de TFO, elle a indiqué que plusieurs de ces réfugiés syriens pourraient être intégrés en français (leur première langue est l’arabe).

On a repéré plus de 250 interprètes en arabe qui aideront les réfugiés à s’établir et à s’intégrer. En 2014, l’Ontario a accueilli plus de 11 400 réfugiés de partout dans le monde.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur