Pro-soldats ou pro-guerre?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le conseil municipal de Toronto, pourtant dominé par des socialistes et des multiculturalistes souvent hostiles aux politiques des gouvernements Harper et Bush, a autorisé récemment les pompiers à apposer sur leurs camions des autocollants « Support Our Troops » affichant leur appui moral aux soldats canadiens opérant en Afghanistan.

On peut bien sûr être patriotique et appuyer nos soldats, c’est-à-dire souhaiter leur succès et prier pour qu’aucun d’entre eux ne soit tué ou blessé, sans pour autant approuver la mission de combat dans laquelle ils sont engagés, ni même la présence des forces de l’OTAN en Afghanistan. Plusieurs opposants à la guerre expliquent d’ailleurs que leur volonté de rapatrier nos soldats d’Afghanistan constitue le meilleur appui qu’on puisse leur manifester.

Le retrait des forces américaines, britanniques et canadiennes d’Afghanistan, d’Irak, de l’océan Indien et de la Méditerranée est peut-être aussi le meilleur appui qu’on puisse offrir aux populations de ces régions qui, laissées à elles-mêmes, ne pourront plus nous blâmer pour tous leurs problèmes. Il faut cependant rester cohérent et, quand on exige un désengagement de l’OTAN de l’Afghanistan, ne pas ensuite réclamer son intervention si un nouveau gouvernement auquel participeraient les Talibans ferme les écoles de filles.

Logiquement, on ne peut pas approuver ces guerres d’Afghanistan et d’Irak sans appuyer nos soldats. Le slogan « Support Our Troops » signifie donc plus souvent « Support Our War ».

Nos conseillers municipaux et le maire David Miller le savent parfaitement mais ils ont jugé prudent de minimiser la controverse en cédant aux pompiers – qui avaient déjà commencé à décorer leurs camions – surtout que le vote s’est tenu le jour où trois soldats canadiens ont été tués dans l’explosion d’une mine sur le passage de leur véhicule sur la route considérée sécuritaire d’un avant-poste à l’ouest de Kandahar.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pendant ce temps, 2000 soldats du régiment de Valcartier en partance pour l’Afghanistan défilaient dans les rues de Québec sous les applaudissements de la foule et de nombreux politiciens locaux, tandis que les pacifistes manifestaient ailleurs contre la guerre en général et celles de l’Afghanistan et de l’Irak en particulier – une opinion que partagent la très grande majorité des Canadiens-Français et même un peu plus de la moitié des Canadiens-Anglais selon les sondages.

À l’Assemblée nationale du Québec, quelques députés péquistes sont restés assis quand on leur a donné l’occasion de saluer des soldats du 22e régiment, un geste disgracieux que Gilles Duceppe, le chef du Bloc québécois à Ottawa, a approuvé, jugeant l’opération de relations publiques des Forces armées trop politisée au profit du gouvernement conservateur.

Et en effet, on sent bien que les commandants de l’armée canadienne sont heureux de pouvoir sortir de leur casernes et participer à des missions comme celle de l’Afghanistan aux côtés de leurs amis de l’OTAN. Ils avaient manqué l’invasion de l’Irak à cause de Jean Chrétien et ils peuvent se rattraper sous Stephen Harper. Sauf que le besoin d’exercice de nos soldats – pour ne rien dire de la création d’emplois dans l’industrie de l’armement et de la sécurité – n’est jamais une très bonne raison pour le Canada ou pour qui que soit d’intervenir à l’étranger.

Les Forces armées canadiennes doivent servir à défendre le Canada qui, malheureusement pour elles, heureusement pour nous, a très peu d’ennemis dans le monde. Nos voisins américains, qui sont devenus experts en amplification des conflits internationaux pour justifier leurs interventions tous azimuts et entretenir leurs industries militaires, offrent plutôt le modèle à ne pas suivre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur