Première réunion du Comité français de la ville

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Comité consultatif de langue française de la Ville de Toronto a élu le 14 décembre Lise Marie Baudry à sa co-présidence, aux côtés du conseiller municipal Norm Kelly, déjà désigné par ses collègues.


Lise Marie Baudry est directrice générale du Centre francophone de Toronto et l’une des six représentant(e)s de la communauté au Comité, avec Diane Charperon-Lor du Club canadien de Toronto, Isabelle Girard des Centres d’accueil Héritage, Gilles Marchildon de Reflet Salvéo, Guy Mignault du Théâtre français de Toronto et Léonie Tchatat de La Passerelle I.D.É.



Cette première réunion du Comité survenait plus d’un an après les élections municipales.

Comme les autres comités consultatifs, le Comité français est dissous avant les élections et reconstitué par les nouveaux élus municipaux.

 Ses réunions bilingues (on en prévoit quelques-unes par année) sont ouvertes au public et, à un mois de préavis, on peut demander d’y intervenir.


«Le nouveau Comité repart sur des bonnes bases», indique Lise Marie Baudry à L’Express. Son abolition par Rob Ford, puis sa renaissance dans le sillage de la quasi-destitution du maire, «a fait réfléchir», dit sa nouvelle co-présidente.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Celle-ci avertit qu’au lieu de «s’attarder sur des réclamations», le Comité favorisera une «approche systémique» en demandant notamment un meilleur accès aux données socio-démocraphiques de la Ville de Toronto pour mieux comprendre qui sont les francophones et ce dont ils ont particulièremet besoin.

L’objectif du Comité consultatif – dont le mandat est justement d’informer la Ville sur les francophones – sera donc aussi de consulter les analystes de la Ville pour mieux connaître les citoyens qu’il représente.

«Par exemple», cite Mme Baudry, «sur la section démographique du site Internet de la Ville, on trouve le nombre de Syriens à Toronto, mais pas le nombre de Syriens francophones; les analystes de la Ville peuvent trouver cette donnée si le Comité consultatif en fait la demande formelle».

Le co-président Norm Kelly ne parle pas français… «mais j’ai eu une très bonne conversation avec lui en anglais», indique la co-présidente, qui le décrit comme un «vétéran de la politique, qui a beaucoup d’influence et qui connaît bien tous les rouages de l’administration municipale», donc un atout pour le Comité francophone.

* * *
À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:
3 novembre 2015: Le Comité français de la ville peut maintenant se réunir
18 août 2015: Presqu’un an sans Comité français à la Ville
22 juillet 2014: Deuxième et dernière réunion du Comité francophone de la Ville
27 mai 2014: Comité francophone de la Ville de Toronto: c’est (re)parti!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur