Pollution: transformer le sentiment d’impuissance en passion pour l’action

Festival Planet In Focus

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les films sur l’environnement suscitent des questionnements qui pourront désormais s’extérioriser lors de forums spéciaux, au festival international Planet In Focus (PIF) qui a lieu cette année du 21 au 24 novembre au théâtre Tiff Bell Lightbox (350 King Street West).

En effet, les nouveaux «Fest Forums» suivant certaines projections permettront au public d’interagir avec des invités. «Il est important que le public se sente connecté au film», fait valoir la directrice de PIF, Dawn Kuisma.

Les plus jeunes aussi auront l’occasion d’exercer leurs facultés critiques. Le festival organise un «Green Family Day» le samedi 23 novembre à 9h au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Une épisode de la série Green Heroes, sur le peintre Robert Bateman, y sera présentée.

Cette série s’intéresse au «détachement des humains face à la nature». Dawn Kuisma reconnaît que plusieurs personnes ne veulent pas regarder de films environnementaux dû au sentiment d’impuissance et de culpabilité qu’ils leur font ressentir.

«Il faut transformer ce malaise en passion et agir», dit-elle. Elle recommande de visiter le site de PIF après un visionnement, puisque chaque film est accompagné de deux suggestions d’actions («Actionable Items») qu’on peut entreprendre pour améliorer la protection de l’environnement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une trentaine de films

Parmi les 400 films soumis au PIF, le festival en présente une trentaine, la plupart relatant des histoires choquantes reliées à divers dossiers environnementales.

Cette 14e édition de PIF commence jeudi le 21 novembre à 10h avec The Water Brothers, un film dont la durée n’est que de 25 minutes mais qui fait état de l’énorme quantité d’ordures en plastique dans les océans.

Ce sera suivi par Revolution, réalisé par le Canadien Rob Stewart, qui a signé en 2007 le grand documentaire Shark Waters, qui a réussi à changer les lois de plusieurs pays sur la pêche des requins. Revolution est considéré un des films vedettes du festival, ayant gagné le premier prix dans quatre festivals de films cette année (Santa Barbara, Vancouver, Atlantic, Victoria).

À 17h30, la cérémonie d’ouverture officielle sera suivie du visionnement du film Arctic Defenders.

La soirée se terminera au Hyatt Regency pour une levée de fonds ouvert à tous qui contribuera à l’expansion des programmes scolaires offerts par l’organisation PIF.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Samedi le 23 novembre, quatre films accompagnés d’un Fest Forum seront projetés.

Burning Ice documente l’expédition de 40 artistes à bord d’un bateau qui explore les changements climatiques au Groenland. La discussion sera menée par Katherine Bruce, directrice du développement à la fondation Cape Farewell.

GMO OMG jette un regard sur «l’un des plus grands secrets de l’industrie alimentaire»: les organismes génétiquement modifiés. Pour le forum qui suivra ce film, Rachel Parent, une jeune environnementaliste canadienne âgée de seulement 14 ans, discutera du problème.

Bidder 70+ raconte l’histoire d’activistes qui expriment leurs plaintes contre des grandes corporations.

Carpe Diem: a Fishy Tale aborde la menace que cause les espèces aquatiques envahissantes des eaux nord-américaines. Peter Gross, ingénieur océanographique, mènera la discussion qui suivra ce film.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De l’Arctique à l’espace

Par ailleurs, Planet In Focus honore cette année deux personnalités qui, selon les organisateurs, ont grandement contribué à éveiller les consciences: le cinéaste Zacharius Kunuk, «Éco-héro canadien 2013» et l’astronaute Chris Hadfield, «Éco-Héris international 2013».

Kunuk est un cinéaste canadien qui s’intéresse particulièrement à la culture Inuit. Son film Atanarjuat : The Fast Runner, qui a remporté un prix au festival de Cannes en 2001, est présenté au PIF le 24 novembre à 16h45.
De son côté, le colonel Hadfield, qui a pris sa retraite, fut cette année le premier commandant canadien de la station spatiale internationale.

Il est aussi reconnu pour sa musique, la riche correspondance qu’il a réussi à entretenir avec une foule de gens sur Terre par le moyen des réseaux sociaux lorsqu’il était dans l’espace, et les magnifiques photos qu’il a prises de la Terre, dont plusieurs démontrent les dommages causés à l’environnement par nos civilisations.

Le festival Planet In Focus a d’ailleurs utilisé une de ses photos des Grands Lacs pour son affiche officielle cette année.

Renseignements

L’horaire complet du festival est disponible sur le site web de Planet In Focus

Les billets sont en vente à planetinfocus.org et au guichet du Tiff Bell Lightbox (350 ouest, rue King).

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur